Il y a plus d’une année, Anne*, la vingtaine révolue, devait choisir entre soigner une tuberculose osseuse aigue et garder sa première grossesse après le mariage. Aujourd’hui guérie et à nouveau enceinte, elle nous partage, non sans peine, une page la plus difficile de sa vie.

« En mai 2019, j’avais de sérieuses douleurs au dos. Je ne pouvais plus me lever. Mon mari, c’est mon héros. Il pouvait bien m’aider à tout faire, mais ce n’était pas facile», témoigne Anne, non sans laisser échapper quelques gouttes de ses yeux perçantes, en se remémorant ce qu’elle qualifie de « pire moment de son existence ».

« Nous sommes allés voir un ami à mon mari qui est médecin. N’étant pas spécialiste en la matière, il va tout de même constater une anomalie et va nous recommander chez un médecin spécialiste dans un centre hospitalier de la place où je vais subir quelques examens  », raconte-elle.

La radiographie va révéler une tuberculose osseuse, à la grande incrédulité du couple.

« Le cliché démontrait que j’avais trois vertèbres, au total, qui s’abimaient déjà. Au niveau de ma hanche, j’avais un os gonflé. Mais, on a eu du mal à y croire et nous avons pris l’option d’aller dans un grand hôpital de la capitale », renchérit Anne.

« J’ignorais que j’étais enceinte »

Le couple espère que dans ce grand hôpital situé dans la commune de Limete, les résultats du cliché précédent seront démentis.

« Nous avons passé un tas d’examens, dont celui de VIH/Sida. Le médecin va nous demander de tout recommencer à zéro : la radiologie, l’IRM … Mais avant tout, il avait constaté que j’étais enceinte, ce dont j’ignorais. Il a pris le temps d’en parler à mon mari. Pour le médecin, avant d’entrer dans toutes ces machines, il n’était pas bon pour moi de garder cette grossesse, explique Anne. Et avec les anciens clichés qui évoquaient une tuberculose osseuse, le médecin parlait d’une impossibilité de garder la grossesse qui était à ses premières semaines ».

Choix difficile

Ainsi, Anne devait-elle choisir entre soigner une tuberculose osseuse aigue et garder une première grossesse après le mariage.

«Après mon mari, le médecin a décidé de m’en parler, car c’est de mon corps qu’il s’agissait. Après l’avoir écouté, j’avais des larmes. C’était ma première grossesse et je voulais bien avoir cet enfant. Mais le médecin m’a dit : ‘’nous devons te sauver, le bébé viendra toujours. Ce n’est pas grave et tout va bien se passer ».

Et de poursuivre : « Je n’avais plus de choix. J’avais tellement mal… Il était encore 9 heures lorsque la grossesse a été interrompue en toute sécurité. Après quelques heures de repos, nous sommes repartis sur d’autres examens. Au finish, l’hôpital va confirmer la tuberculose osseuse aigue. Je devais prendre des médicaments sans interruption pendant douze mois ».

Un avortement sécurisé sauve des vies

Aujourd’hui, Anne a retrouvé le sourire. Totalement guérie de cette tuberculose, elle est retombée enceinte depuis 32 semaines et sera bientôt mère d’un garçon. Sa grossesse évolue bien et sans complications.

L’histoire d’Anne est riche en enseignements. Elle démontre que, très souvent, des femmes se retrouvent dans des situations où l’avortement s’impose comme la seule alternative pour leur santé ou leur vie.

Cette histoire souligne aussi, à elle seule, la nécessité de recourir aux soins d’avortement dans des conditions sécurisées, selon les normes de l’OMS. Un avortement sécurisé sauve non seulement des vies, mais épargne également des complications qui peuvent avoir des conséquences sur la procréation.

Face à une grossesse qui met en danger la vie d’une femme, le recours à l’avortement sécurisé est autorisé en RDC, conformément à l’article 14, alinéa 2, point C, du Protocole de Maputo publié en avril 2018 au Journal Officiel. D’ailleurs depuis 1990, le Code d’éthique des médecins autorise les avortements thérapeutiques.

Le cadre légal sur les questions d’avortement ayant évolué en RDC, la perception des uns et des autres devait aussi évoluer. Stigmatiser une femme ou une fille pour avoir recouru au service d’avortement, sans connaître ses vraies raisons est une atteinte à ses droits.

Equipe de campagne

*Anne, prénom d’emprunt