SI JEUNESSE SAVAIT
Pour que le choix de la jeunesse compte
Association des jeunes féministes de la République Démocratique du Congo
session avec les prestataire de sante

PREMIERE SEANCE DE SESSION DE REFLEXION DES PRESTATAIRES DE SOINS

Depuis son lancement, en  2022, Le projet Masculinité positive et Santé Co-responsable qui vise à lutter contre la culture de la virilité et du risque chez les jeunes en RDC plus précisément dans la ville de Kinshasa pour le compte de si jeunesse savait  évolue bon trait.

Ces derniers jours les activités ont été centrées sur les séances de réflexions avec les prestataires au sein des communes cibles du projet à savoir masina, bandalugwa, kintambo, kimbanseke et Ndjili. Ayant plusieurs thème à développer par séance, la première séance a eu lieu dans la commune de bandalugwa et a porté sur les fondamentaux pour la préparation des hommes au voyage transformationnel. 

Lors de cette séance, les prestataires ont bel et bien compris les éléments essentiels de la transformation individuelle, et promet de travailler en synergie afin de combattre de pesanteur socio culturelle.

Sous une ambiance de débats et réflexions les prestataires de santé ont élaborés une liste de quelque principale raison pour lesquels ils doivent travailler ensemble pour construire l'égalité des sexes dans leur milieu de travail qui sont :

  1. Eviter des incompréhensions au tour de l'égalité genre et soins de santé de la reproduction.
  2. Vulgariser les informations et les bonnes pratiques sur la Santé Sexuelle et de Reproduction.
  3. Mobiliser les prestataires sanitaires pour lutter contre les inégalités de genres.
  4. Acquérir les connaissances nouvelles en rapport avec le DSSR et le genre.
  5. Changer les stéréotypes et/ou les fausses croyances par rapport à la relation homme et femme.
  6. Lutter contre la stigmatisation des femmes et filles qui recourent au service de Santé Sexuelle et de Reproduction.
  7. Faire la différence entre Violence et Violence basée sur le genre.

Notons que pour ces activités certains points forts ont été soulevés du coté participant et facilitateur  dont :

LANCEMENT DU PROJET MASCULINITE POSITIVE ET SANTE CO-RESPONSABLE

La cérémonie du lancement officiel du projet MASCULINITE POSITIVE ET SANTE CO-RESPONSABLE a eu lieu le mercredi 07.12.2022 à silikin village, un projet qui vise à lutter contre les attitudes et pratiques violentes dans la communauté chez les  jeunes en RDC, il est implémenté par  SI JEUNESSE SAVAIT  « SJS » à Kinshasa et à Goma par l’association nationale de paysannes au Congo en sigle ANPC, avec ses partenaires de mise en œuvre ULB-COOPERATION et Monde selon les femmes,  telle était l’introduction de notre modératrice  et à remercier toutes les personnes qui ont rehaussé de leur présences.

la représentante de l’ambassade de la Belgique en RDC qui a rappelé l’importance de ce projet en ce mot « qui est un projet qui sert à  éradiquer le comportement toxique des hommes en vers les femmes, et demande aux femmes d’accroitre leurs liberté et leurs potentiel pour des fin d’autonomisations, la masculinité positive s’inscrit dans le cadre de coresponsabilité entre les hommes et les femmes , ce concept contribue à éradiquer toute forme de violence faite aux femmes et filles, cela nécessite de mener la campagne de sensibilisation  dans toute la communauté congolaise pour étendre l’objectif, cette campagne vise autant les hommes que les femmes car promouvoir l’égalité des genres n’est pas une haine envers les hommes, au contraire c’est un travail que les hommes et femmes doivent mener ensemble, c’est  les but de la masculinité positive, les jeunes sont l’avenir de demain  mais nous oublions que demain c’est maintenant , les jeunes ont tout le potentiel pour faire du monde de demain un lieu où l’égalité des genres et les droits des femmes seront respecter pleinement »

Il sied de signaler que SJS est une structure des jeunes féministes de la RDC qui milite pour bâtir les leaderships de jeunes et des communautés minoritaires congolais, en particulier des jeunes filles et des minorités sexuelles.

L’ANPC est une organisation  nationale des femmes  féministes de la RDC, travaillant dans la promotion du leadership des femmes paysannes congolaises.

L’ULB coopération est une structure de l’université libre de Bruxelles Membre du consortium UNI4COOP.

PRESENTATION DU PROJET

« Masculinité Positive  et  Santé co- responsable: Lutte contre la culture du risque et de la virilité chez les  jeunes en RDC

Objectif général: Les enseignants, les jeunes en cours de formation, les prestataires des soins, les usagers des soins dont les groupes professionnels spécifiques recourent de moins en moins à un comportement qui met la vie de leur entourage en danger y compris la violence (verbale ou physique), la violence basée sur le genre et refusent de s’y soumettre grâce au renforcement de leurs capacités et à la promotion d’un environnement favorable à la masculinité transformatrice dans les sites ciblées.

Objectif spécifique : Les attitudes et pratiques violentes sont réduits grâce à des formations, des pratiques réflexives et la promotion d’un environnement favorable sur « les masculinités transformatrices » dans leurs milieux d’activités et dans les familles»

Zone d’intervention : kinshasa  dans les communes ci-après (N’djili, masina, kimbanseke, kintambo et Bandalungua) et dans les zones de santé respectives de ces communes. A Goma  dans la commune suivante (Goma, karisimbi, mususa et bulengera ainsi que le territoire de béni) et dans les zones de santé ci- après (goma, karisimbi, katwa, vuhovi).

Résultats attendus du projet

Tous les résultats attendus sont à être visible dans nos familles, institution, individuelle et communautaires

Puis se suivie la session de témoignage dont 2 de bénéficiaire du projet ont témoigné en disant qu’avant ils étaient dans la masculinité toxique sans savoir qu’ils étaient toxique, et il pratiquait des comportements qui n’était pas net envers leurs épouses, leurs collègues et dans la société, depuis qu’ils ont suivi la formation par ce qu’eux même doivent sensibiliser dans la communauté, ils disent depuis ce jour-là ils ont changé leur comportement même la société commence à leurs demander comment il ont pu être transformer dans la société ainsi et leurs réponses étaient ‘’ avant on agissait sans connaitre les bonnes manière à vivre dans la société mais maintenant on est formé sur la masculinité positive et la santé co-responsable leur vie ne seront plus pareille’’ même du coté la santé nous avons appris les bonnes technique pour prendre soin de nos santé, qui fera en sorte qu’on vivent longtemps tel était en quelque ligne les témoignages recueilli pendant le lancement du projet.

Puis il y’a eu les échange entre les participants et les présentateurs autours des diffèrent présentations et approche abordé dont voici quelques questions posés aux présentateurs :

Pourquoi le projet est implémenté que dans quelque zones de Kinshasa et Goma, pourquoi pas d’autre zone et province ?

Comment et par quoi les changements seront-elles mesurer ?

Comment travaillez-vous à Goma avec toute l’insécurité qui est là.

Comme contribution, l’enabel travail avec quelques structures sanitaires sur les violences basées sur le genre en cas de référencement qu’on contacte enabel.

Puis c’était la clôture de la cérémonie, qui a été faite par la directrice exécutive de SJS en remerciant tous les participants présents des organisations pilote et les membres de son équipe pour la réalisation dudit cérémonie  suivi d’un cocktail

Les personnes vivant avec albinisme subissent dans la plupart de temps différentes formes des violences dans la communauté.
Pour célébrer la Journée internationale de sensibilisation à l'albinisme, notre équipe du projet "Intégrité corporelle", a tenue une séance de sensibilisation des jeunes de la fondation Mwimba-Texas dans la commune de Mont-Ngafula.
Au cours de cette activité, nos deux chargés du projet ont échangé avec les jeunes albinos sur les notions des droits à l'autonomie et l'intégrité corporelle.

Viols, membres sectionnés à la machette, les agressions, insultes, les jeunes albinos en sont victimes au quotidien. Ces pratiques résultent essentiellement de croyances populaires qui prêtent aux corps des albinos des pouvoirs magiques sur le marché noir.

Ainsi, à travers cette activité, financée par notre partenaire La Fondation David et Lucile PACKARD, nous avons encouragé les jeunes albinos à développer l'estime de soi, de s'accepter, s'assumer, afin de prendre part pleinement à la société et être acteur du changement. Egalement, nous avons partagé avec eux sur les cadres juridiques qui les protègent et sécurisent leurs droits, qu'ils peuvent en tout le temps brandir en cas des violences ou autres discriminations faites à leur égard.

#MonDroit, #MaSanté
La République Démocratique du Congo est parmi les pays de l'Afrique Subsaharienne qui affiche un taux de mortalité maternelle le plus élevé au monde, et on compte 251.160 adolescentes qui avortent chaque année et perdent leurs vies, contribuant ainsi à l'échelle de 20% de la mortalité maternelle !

Pour réduire ce taux considérablement élevé, nous avons lancé une série des sensibilisations pour promouvoir les droits à la santé sexuelle et reproductive des adolescents et jeunes de 14 à 24 ans et toutes les questions y relatives sans tabou.

Ces activités sont menées dans le cadre du projet "Droit Na Ngayi, Santé Na Ngayi" (Mon Droit, Ma santé) mis en œuvre par Si Jeunesse Savait grâce à notre partenaire Monde Selon les femmes et exécuté dans quatre (4) communes de la ville Kinshasa.

Les activités communautaires permettront aux adolescents (es) et jeunes d'avoir une connaissance approfondie sur le Protocole de Maputo ainsi que leurs droits aux soins complets d'avortement selon les prescrits de la loi en RDC.

Fondation David & Lucile Packard et L’ONG Si Jeunesse Savait lancent le Projet sur L’intégrité corporelle

Si Jeunesse Savait en collaboration avec son partenaire Packard, initient un projet de 3 ans autour de « l'Intégrité corporelle ». Ce projet donne une base de prévention et de lutte pour les jeunes femmes et les adolescentes qui sont plus souvent touchées par les violences basées sur le genre.
L’intégrité corporelle est une thématique très importante et transversale pour les adolescents et jeunes en RDC avec tout ce qu’il représente en termes d’inviolabilité du corps humain.

Le principe d'intégrité corporelle recouvre le droit de chaque être humain (et donc des enfants) à l'autonomie et à l'auto-détermination par rapport à leur propre corps. En d'autres termes, seule la personne concernée a le droit de prendre des décisions concernant son propre corps, et personne d'autre.
A travers ce projet, nous aborderons quatre domaines principaux suivants dont Les agressions sexuelles, Les violences entre partenaires intimes, Les violences domestiques et les dictats sociaux tels que ceux relatifs à la mode, à la beauté qui peuvent être nuisibles pour la santé mentale et physique des filles.

Si Jeunesse savait vise à travers ce projet atteindre tout adolescent et jeune aussi bien que dans les écoles qu’en dehors des systèmes d’éducation classique. Notons également que les questions de groupes spécifiques dont les jeunes vivant avec le VIH, les jeunes LGBTQIA+, les jeunes vivant avec handicap, etc, feront partie intégrante de ce projet qui a un caractère inclusif.

16 Jours d'activisme, 16 Jours de renforcement et accentuation des activités communautaire pour lutter contre les violences faites aux femmes. Au cours de cette période, nous avons organisé des activités tant pour les jeunes que pour les adultes

Visite de la ministre Belge Meryame KITIR

Pour le lancement de nos activités des 16 Jours d'activisme, nous avons eu l'occasion d'échanger avec la ministre belge de la Coopération au développement, Méryame Kitir, et ce, en compagnie des jeunes adolescents de la commune de bandalungwa dans nos clubs des jeunes lors de la sensibilisation communautaire.

Sensibilisation avec les personnes de petites tailles

Notre deuxième activité pendant cette période était axée sur la sensibilisation des personnes des petites tailles sur les formes des violences et un échange sur leurs vécus et les différentes violences dont elles font face afin de trouver les mécanismes d'y mettre fin.

Journée Portes Ouvertes

Pour faire redécouvrir notre univers et notre travail à la communautés, nous avons organisé une journée portes ouvertes où nous avons reçu des jeunes et adultes afin de discuter sur nos actions et thématiques de travail en mettant plus un accent sur la santé sexuelle et reproductive.

Campagne en ligne ''Agir Avec Elle''

La lutte pour la défense des droits de la femme ne s'arrête pas que pendant les 16 Jours d'activisme, de ce fait, nous avons initié la campagne en ligne ''Agir Avec Elle'' qui s'étend du 13 au 25 Décembre 2021. Cette campagne vise la promotion des droits à la santé sexuelle et reproductive des femmes et jeunes filles particulièrement le droit à l'avortement.

Cette campagne de deux semaines se veut un moyen d’amener des hommes et des jeunes garçons à être les premiers promoteurs des droits à la santé sexuelle et reproductive des femmes et des jeunes filles, particulièrement les droits à l’avortement sécurisé.

Les seize jours d’activisme contre les violences basées sur le genre ont pris fin le 10 décembre, mais le combat continue. Ainsi, cinq organisations, Si jeunesse savait, Santesexuelle.cd, Amour Afrique Congo, Racoj, et Cfleg lancent-elles une campagne en ligne dénommée « AGIR AVEC ELLE ».

Cette campagne de deux semaines se veut un moyen d’amener des hommes et des jeunes garçons à être les premiers promoteurs des droits à la santé sexuelle et reproductive des femmes et des jeunes filles, particulièrement les droits à l’avortement sécurisé.

Il sera surtout question de sensibiliser les internautes sur le danger et les conséquences des avortements clandestins en présentant des chiffres officiels. Mais aussi de rappeler le cadre légal des questions d’avortement en République démocratique du Congo, particulièrement de l’article 14 du Protocole de Maputo.

Plus de 250 mille internautes sont ciblés à travers des courts messages et des articles de presse qui seront publiés dans différentes pages réseaux sociaux et sites web des organisations qui prennent part à cette campagne.

La RDC a signé sans réserve depuis 2008 le Protocole de Maputo, une charte africaine qui autorise l'avortement en cas de viol, inceste et toutes autres raisons thérapeutiques pour préserver la santé et la vie de la femme. Malgré cela, des nombreuses femmes et filles continuent d’avorter clandestinement soit par ignorance soit par la peur de voir ces droits leur être refusés par une société conservatrice.

Selon l'Etude démographique de la santé (EDS 2013-2014), l'avortement non sécurisé est la deuxième cause de mortalité maternelle en RDC (846 décès sur 100 000 naissances vivantes). 

Pour la seule ville de Kinshasa, il se produit plus de 400 avortements clandestins par jour, selon une étude réalisée en 2016 par l'Ecole de santé publique et Guttmacher Institute. 

L’implication des hommes aux côtés des femmes est une nécessité pour mettre fin à ces avortements clandestins.

AGIRAVECELLE

Depuis 1992, la Journée internationale des personnes handicapées est célébrée chaque année le 3 décembre à travers le monde. Cette journée vise à promouvoir les droits et le bien-être des personnes handicapées dans toutes les sphères de la société et du développement et à accroître la sensibilisation à leur situation particulière dans tous les aspects de la vie politique, sociale, économique et culturelle.

Au niveau mondial, l’OMS estime que 15% des personnes vivent avec un handicap, et que cette proportion augmente en situation de crise. Ainsi, la RDC n’échappe pas à cette réalité et les prévalences sur les zones de crises doivent être attendues comme supérieures au seuil global de 15%.

Fort malheureusement, le constat fait en RDC est qu’une grande partie des personnes vivants avec handicap se livrent à la mendicité ou sont dans des mauvaises conditions de vie par manque d’accès à l’éducation ou le taux réduits d’accéder à un emploi. Elles ont également un accès moindre que quiconque aux soins de santé, à la vie sociale.

De par ces faits, les personnes vivant avec handicap sont exposées à un risque élevé de pauvreté, de violence, de négligence ou d’atteintes et sont au nombre des personnes les plus marginalisées dans nos  communautés.

Autisme, handicap mental, handicap visuel, handicap auditif, handicap moteur ou autres types, constituent pour certains un motif de discrimination ou stigmatisation à l’égard des personnes qui en sont atteintes et les femmes sont doublement marginalisées selon La Convention des Nations Unies relative aux Droits des Personnes Handicapées.

Réalisant les inégalités préexistantes et l’ampleur de l’exclusion dont les personnes vivants avec handicap subissent démontrent comment le respect des droits humains est bafoué et pourtant ces droits sont inscrits dans la constitution congolaise et le pays a ratifié la convention des Nations unies sur le sujet en 2015.

Trop souvent, ceux qui vivent avec un handicap sont considérés comme des sujets de gêne et, au mieux, de condescendance et de charité … Même s’ils jouissent des mêmes droits que d’autres sur le papier, en réalité, ils ont souvent été marginalisés et se sont vu refuser les chances que d’autres tiennent pour acquises.

Le handicap ne doit pas constitué un frein dans la vie et une raison d’exclusion. Cette journée internationale instauré doit être une occasion de questionnement : « Est-ce que cette journée a raison d’être célébré en RDC si les inégalités continuent à être perpétré contre les personnes vivants avec handicaps ? »

Nous devons repenser aux stratégies pour résoudre le problème d’intégration sociale et favoriser l’insertion économique des personnes vivant avec un handicap étant qu’acteur du changement dans notre pays.

Les questions de lutte contre les violences basées sur le genre demeurent encore d’actualité en République Démocratique du Congo. Cette année pour le lancement des activités des 16 Jours d’activisme contre les violences basées sur le genre  qui débutent le 25 Novembre, la Ministre belge de la Coopération au développement et de la Politique des Grandes villes, Meryame Kitir a saisi cette occasion pour s’imprégner de notre travail sur cette thématique.

Dédiée chaque année comme la journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes et aux minorités du genre, le 25 Novembre de cette année a été marqué par la visite de la ministre belge chargée de la coopération et de sa délégation. Etant une journée significative dans notre lutte, nous avons, à l’occasion tenu nos clubs des jeunes pour une sensibilisation sur les formes de violences qui existent et des mécanismes pour l’élimination de ce fléau.

Au cours de sa visite, la ministre a eu l’occasion d’échanger avec le staff de Si Jeunesse Savait sur les différents projets réalisés entre autre sur la masculinité positive, également s’imprégner de notre travail terrain dans la lutte contre les violences dont les femmes subissent et plus particulièrement les jeunes filles.

Profitant de cette occasion, la ministre a échangé avec des jeunes dans les clubs organisés par SJS et aussi avec les jeunes artistes des différentes disciplines afin de prendre connaissance de leurs travaux, leurs réalités et leur  vision du monde artistique.

Témoignant son engagement pour la défense des droits des femmes, l'égalité de genre et la lutte contre la violence basée sur le genre, la ministre Meryame Kitir a, au terme de sa visite, manifesté l’intérêt de subventionner les activités sur la masculinité positive afin d’intensifier nos actions sur terrain.

30 novembre - 18h-20h30 - 10 Rue du Méridien

Que signifie être féministe au Brésil et en République Démocratique du Congo aujourd’hui ? Comment s’organise cette militance ? Quelles sont les stratégies de résistance, les avancées et les écueils ? Les alliances avec d’autres combats ?

Pour répondre à ces questions, Si Jeunesse Savait partagera son expérience à travers Patrick Maliani Issa, notre Responsable Programme DSSR qui sera l'un des intervenants de cette conférence, au coté de Danielle Coenga-Oliveira, universitaire brésilienne.

Deux regards singuliers, deux contextes très différents mais certainement des analogies et des ponts à construire et cela pour éclairer l'opinion sur la militance des droits de la Femme.

Patrick Maliani Issa est Responsable du programme DSSR (Droit à la santé sexuelle et reproductive), Il accompagne entre autres les efforts de plaidoyer de SJS pour un avortement sécurisé en RDC. Il est le lauréat du prix YO PE OKOKI HOPE AWARD, (JEUNIALISSIME, 2019), pour son investissement personnel dans la mise en œuvre des droits et le renforcement des capacités de la communauté LGBTQI en RDC.

Danielle Coenga-Oliveira est candidate au doctorat en science politique et études féministes à l’Université du Québec à Montréal. Dans le cadre de sa thèse doctorale, elle se penche sur le rapport entre les politiques antiféministes « anti-genre » et la démocratie à l’intérieur de l’État brésilien. Elle est aussi titulaire d’une maîtrise en psychologie sociale (Université de Brasilia, au Brésil) et d’une maîtrise en études internationales (Université de Montréal).

Un évènement organisé par le Monde selon les femmes et l’Université des femmes.

En consensus avec ses partenaires, Cuso International a mis en place un concept pour réunir ses organisations partenaires autour des différentes thématiques.
Share-Meeting constitue un projet visant un partage d’expérience et de savoir-faire de chaque organisation partenaire de Cuso International.
En amont, le projet SHARE vise à améliorer le mieux-être économique et social des personnes les plus pauvres, les plus marginalisées et les plus vulnérables, en particulier les femmes et les filles dans les pays en développement, avec la mission de contribuer aux objectifs de développement durable (ODD).
En plus de renforcer l’engagement des Canadiens pour le développement international et les principaux enjeux mondiaux, ce projet vise à améliorer le rendement des partenaires des pays en vue de promouvoir des initiatives novatrices et un développement environnemental durable plus inclusif qui feront progresser l'égalité des genres en mettant en œuvre les champs d’action pour la Politique d’aide internationale féministe du Canada.
De ce projet, le concept Share-Meeting a été créé dont le but à travers ces rencontres est que chaque partenaire du projet SHARE opte pour un sujet faisant partie de son axe d'intervention afin de le partager aux autres organisations dans le cadre d'un renforcement des capacités.
Pour ces rencontres dont la première séance débutée en Septembre 2021, Share Meeting aspire être un espace qui réunit des organisations évoluant sur différents axes d’intervention mais ayant en commun le désir d’apprendre sur le travail des autres, leurs réussites, les obstacles liés à leur travail et leur façon d’aider leurs communautés.
Pour rappel, Cuso International est un organisme de développement international sans but lucratif qui s’est donné pour mission d’éradiquer la pauvreté et les inégalités.
Cuso collabore avec des gouvernements, des organismes de la société civile, des organisations multilatérales et des entreprises du secteur privé à la création et la prestation de programmes visant l’égalité des sexes, l’autonomisation des femmes et des filles et l’accès à des emplois de qualité pour les jeunes.


Les droits à la Santé Sexuel et reproductifs sont des droits de la personne liant la sexualité aux principes du respect de la vie privée, de l’égalité ainsi qu’aux valeurs d’intégrité, d’autonomie et de dignité des indivisdus (fédération laïque de planning familial)

Même en mettant de côté des us et coutumes d’un autre siècle ou pratiques de religion qui dictent un certain nombre de comportements sexuels et reproductifs, il existe encore des usages qui nuisent au bien être sexuel et reproductif des populations. (Les viols et autres formes de violences sexuelles, l’excision, les mariages précoces/ forcées la reconstruction de l’hymen, etc.)

Si jeunesse contribue au plaidoyer pour que les femmes, les filles et minorités sexuelles du Congo puissent être libre de faire des choix quant à leur sexualité, qu’elles puissent accéder aux services de santé et à l’information qui respectent et soutiennent leurs choix.

Autrefois, l’avortement était interdit sous toutes ses formes en RDC y compris par le code pénal. mais depuis le 14 mars 2018, date de la publication au journal officiel de la charte africaine des droits de l’homme et des peuples, relatifs aux droites de la femme en Afrique communément appelé Protocole de Maputo , l’avortement sécurisé  est autorisé dans certains cas suivant les prescrits de l’article 14, alinéa 2 point C de ce protocole qui indique que les états s’engagent à :

« Protéger les droits reproductifs des femmes, particulièrement en autorisant l’avortement médicalisé, en cas d’agression sexuelle, de viol, d’inceste et lorsque la grossesse met en danger la santé mentale et physique de la mère ou la vie de la mère ou du fœtus. »

Pour plus amples d’explication contacter nous au numéro Whatsapp :  0890000660/ 0840114114

Peu de Congolais cernent aujourd’hui tous les contours de la loi en vigueur sur les questions d’avortement. A Kinshasa, même celles qui en ont légalement droit recourent à des avortements clandestins, craignant les stigmatisations et le regard des autres…

Ozone, quartier situé dans la commune de Ngaliema, à l’Ouest de Kinshasa. Sur une des avenues qui jouxtent la Route de Matadi, une parcelle (résidentielle) a, d'emblée, un air commode : une cour commune. Pourtant, dans une des maisons annexes contigüe à une grande bâtisse, un "hôpital" clandestin de deux pièces fonctionne uniquement sur rendez-vous. On peut y trouver une table – sans dossier – sur laquelle montent des femmes enceintes qui désirent avorter. Au coin de l’angle de la fameuse table, un vase de curettes utérines visiblement rouillées par le mauvais nettoyage après usage. Pas des gants stérilisés. Le maitre du lieu (qui joue le rôle d'un médecin) fait le toucher vaginal au moyen d’un préservatif masculin porté comme un gant.

A l’entrée à droite, un lit grinçant réservé à la récupération des femmes qui se font avorter sous anesthésie générale. Un peu comme une sorte de salle de réveil. Sur ce lieu servant également de salle de réception, une dame – la cinquantaine révolue – attend avec un air inquiet la sortie de sa fille de 15 ans qu’elle a accompagnée pour une IVG.

La fille est enceinte d’un homme d’environ 40 ans que sa mère estime être un inconnu pour la famille. « Cette fille va me faire tuer. Ma réputation et celle de la famille sera mise en mal, si cette histoire [de grossesse] ne s’arrête pas », murmure la mère de la fille. Elle dit éviter d’amener son enfant à l’hôpital où est abonnée toute la famille par crainte de propager la nouvelle de cette grossesse et de l’avortement qui s’en suivra, affirmant que la tante paternelle de cette mineure travaille également dans ce grand hôpital. « Si elle apprend que c’est pour l’avortement, notre vie est foutue », craint-elle.

*La loi congolaise et le Protocole de Maputo*

Pourtant sa fille, 15 ans, était en droit de bénéficier d’une assistance médicale par des prestataires qualifiés. La loi congolaise considère tout rapport sexuel, quoique consenti, entre une personne majeure et une personne mineure comme un viol. Au-delà du fait que sa mère pouvait porter plainte pour viol, la grossesse de sa fille est donc issue de cette circonstance. L’article 14, alinéa 2, point C, du Protocole de Maputo d’application en République démocratique du Congo, depuis 2018, autorise l’avortement sécurisé « en cas d’agression sexuelle, de viol, d’inceste et lorsque la grossesse met en danger la santé mentale et physique de la mère ou la vie de la mère ou du fœtus. »

Sur le plan médical, cet avortement doit aussi obéir aux normes universelles édictées par l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Ce qui n’est pas le cas du lieu secret où cette mère a amené sa fille par peur des stigmatisations. Cela, avec le risque de perdre la vie de son enfant ou d’hypothéquer ses chances de devenir mère, à son tour, dans l’avenir.  Parmi les femmes et jeunes filles qui vont dans cet endroit, se trouvent celles dont la loi interdit l’interruption volontaire de grossesse. Mais, aussi, d’autres dont les cas entrent – sans le savoir – dans la catégorie des avortements autorisés par la loi.

Equipe de campagne

Quelques semaines après avoir sollicité discrètement un avortement, une fille de 16 ans se dispute avec sa voisine et amie qui trahit leur confidence. Depuis, les regards des habitants du quartier sur la fille ont changé négativement.

Nicha*, c’est l’histoire d’une fille de 16 ans, dans la commune de Kintambo, à Kinshasa, née au moment où sa mère décède après son accouchement. Elle ne vit désormais qu’avec son père dans la maison familiale. Son grand frère est parti de la maison suite aux mésententes avec la compagne de son père. Une compagne qui a fini, elle aussi, par quitter le père de Nicha un peu vieillissant.

Alors, quand Nicha réalise qu’elle est enceinte, elle se tourne vers une voisine proche, la mère de son amie du quartier. Cette mère va la conseiller de garder la grossesse et d’avoir le courage de partager la nouvelle à son père. Mais Nicha connaît peut-être mieux son père que quiconque et décide de prendre le chemin inverse. Elle va finalement interrompre cette grossesse.

Mais quelques mois après l’avortement, lorsqu’une dispute sur un sujet banal éclate entre Nicha et son amie, cette dernière balance la confidence au milieu de plusieurs curieux. Des mots qui vont bouleverser le quotidien de Nicha.

« Elle est, depuis, catégorisée dans le quartier comme un mauvais exemple. Beaucoup de parents ont même interdit à leurs enfants de la fréquenter. Je me mets parfois à sa place et imagine ce que cela représente d’être pointée constamment du doigt, raconte Emilie, une autre voisine de Nicha. C’est tout le monde qui est au courant que la fille avait avorté ».

La confidentialité est une des armes contre la stigmatisation des soins d’avortement. Si elle est trahie comme pour le cas de Nicha, elle peut avoir un effet inverse nuisible. La Loi sur la Santé publique de 2018, dans son article 15, stipule  qu’en « matière d’accès aux soins de santé, nul ne peut faire l’objet de discrimination, de brimade ou de toute autre forme ou de privation en raison des considérations tribale, ethnique, religieuse, raciale, professionnelle, sociale, philosophique, politique ou de sexe ».

Dans la société congolaise, des pesanteurs socioculturelles et religieuses continuent d’être des freins à l’acceptation des évolutions légales dans l’accès à l’avortement.

Par ailleurs, la loi congolaise considère  tout rapport sexuel, quoique consenti, entre une personne majeure et une personne mineure comme un viol. La grossesse de Nicha à 16 ans est donc issue d’un viol. L’article 14, alinéa 2, point C, du Protocole de Maputo d’application en RDC, depuis 2018, autorise l’avortement sécurisé notamment si la grossesse est issue d’un viol. Sur le plan médical, cet avortement doit obéir aux normes universelles édictées par l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Equipe de campagne

*Prénom d’emprunt

Ayant grandi dans une banlieue de Kinshasa, Louise* – 15 ans – est devenue mère à 14 ans après avoir été violée par un jeune homme de son quartier. Orpheline de mère, sa tante qui l’héberge n’a pas voulu la soumettre à l’IVG pour, lui disait-elle, éviter la honte de la famille. Et pourtant, c’est ce que Louise  a toujours vécu depuis ce malheureux accident de la vie.

Silhouette d’enfant, faible de poitrine, Louise n’affiche aucune apparence d’une mère. Pourtant, elle l’est devenue depuis plus d’une année. Fin 2018, elle fréquentait une famille dans son quartier où elle avait une amie. « Pendant que je somnolais chez mon amie,  un de ses cousins m’a demandé d’aller me coucher puisque je ne me sentais pas aussi bien. Pendant que mon amie s’attelait à autre chose un peu  plus loin dans la parcelle, son cousin m’a violé », explique Louise.

Un fait qu’elle n’a communiqué qu’à son amie. Celle-ci l’a fait savoir à sa famille et le cousin a été renvoyé de la maison.  Mais près de trois mois après, Louise réalise que l’acte n’était pas sans conséquence. Elle était enceinte. « J’ai parlé de cette situation à ma tante, elle a menacé aussi de me chasser du toit familial. Je lui ai demandé si elle pouvait m’aider à se faire avorter, elle m’a répondu qu’elle ne devait pas assumer cette honte de la famille. Ma grossesse était le fruit de mon imprudence, je devais m’assumer », relate-t-elle.

Son amie qui connaissait déjà sa situation de grossesse a contribué à la propagation de la nouvelle dans le quartier. « J’étais devenue doublement un sujet de moquerie. A la fois de ma tante qui me qualifiait de ‘‘pute’’ par ce que j'ai pensé à l’avortement et de certaines personnes du quartier parce qu’on m’a rendu grosse par un inconnu », se rappelle Louise.

Après son accouchement, la jeune femme n’a pas pu allaiter le bébé. Un  des membres de la famille de l’auteur du viol a récupéré le bébé.

" Ma vie a basculé, regrette Louise. Puisque j’ai arrêté mes études et je ne vis plus comme un enfant. Ma famille me demande parfois de cotiser pour la nourriture. Quand je réponds en blaguant que je ne suis qu’un enfant et que je ne travaille pas, certains se moquent en s’interrogeant : mais comment tu as pu enfanter ? ».

Pourtant, le problème de Louise pouvait bénéficier d’une assistance, étant un des cas repris dans le Protocole de Maputo qui apporte un assouplissement au Code pénal congolais qui  interdit toute pratique d'avortement. Le Protocole de Maputo en vigueur en RDC autorise l'avortement dans des cas spécifiques, notamment « en cas d’agression sexuelle, de viol, d’inceste et lorsque la grossesse met en danger la santé mentale et physique de la mère ou la vie de la mère ou du foetus. » La peur de la stigmatisation a empêché Louise d'agir selon son choix. Et malheureusement, elle vit cette stigmatisation chaque jour.

 

Équipe de campagne

 

Louise*, prénom d’emprunt

Ignorant qu'elle était enceinte, Prisca, 28 ans, a pris des antibiotiques pour guérir ce qu'elle pensait être des infections vaginales. Mais ces produits, pris sans consulter un médecin, vont mettre en danger sa vie et celle du fœtus. 

Dans le cadre de la campagne #RespectezMonChoix, Prisca s'est confiée à santesexuelle.cd.

La jeune dame sort d'un mariage, il y a plus d'une année.

" Mon ex-mari et sa famille estimaient que j'étais stérile", raconte-t-elle.

Après la fin de l'union coutumière avec le premier homme de sa vie, Prisca a trouvé un nouveau compagnon avec qui elle partage une vie amoureuse depuis 7 mois. Et, c'est dans cette relation qu'elle est tombée enceinte, sans le savoir.

Influencée par son passé, elle ne croyait plus être capable de procréer. Et quand elle ressent l'inconfort dans son intimité féminine, Prisca a pensé à tout sauf à un malaise de grossesse.

" Mes amies m'ont dit que ça devait être des infections ovulaires et m' ont proposé de prendre quelques antibiotiques ", révèle-t-elle.

"Après quelques semaines, rien ne changeait. Au contraire, mon état s'était aggravé. Je commençais à avoir de petits saignements régulièrement.  C'est alors que je me suis rendue à l'hôpital. Là, le médecin m'a diagnostiqué une grossesse en souffrance.  Ce n'était plus possible de la garder au regard des médicaments que j'avais pris pour me soigner des infections. A ma grande surprise, le médecin m'a proposé un avortement par perfusion. Après trois séances, les choses s'aggravaient toujours. D'après le médecin, mes  trompes avaient des problèmes. En harmonie avec la famille, je devais subir une intervention chirurgicale pour extirper tous les déchets dans mon utérus".

Après cette dure épreuve, Prisca doit maintenant faire face à la stigmatisation dans le quartier, voire dans sa famille. Même sa relation avec l'auteur de la grossesse est au bord de la rupture. "Il m'accuse, comme presque tout le monde, d'avoir volontairement chercher cet avortement. Or, j'ignorais totalement être enceinte", regrette-t-elle.

Selon l'article 14 du Protocole de Maputo, un avortement est notamment autorisé si la grossesse met en danger la vie de la mère ou du fœtus. Et Prisca s'est retrouvée, sans le souhaiter, dans ce cas.

Jules Ntambwe

 

Il y a plus d’une année, Anne*, la vingtaine révolue, devait choisir entre soigner une tuberculose osseuse aigue et garder sa première grossesse après le mariage. Aujourd’hui guérie et à nouveau enceinte, elle nous partage, non sans peine, une page la plus difficile de sa vie.

« En mai 2019, j’avais de sérieuses douleurs au dos. Je ne pouvais plus me lever. Mon mari, c’est mon héros. Il pouvait bien m’aider à tout faire, mais ce n’était pas facile», témoigne Anne, non sans laisser échapper quelques gouttes de ses yeux perçantes, en se remémorant ce qu’elle qualifie de « pire moment de son existence ».

« Nous sommes allés voir un ami à mon mari qui est médecin. N’étant pas spécialiste en la matière, il va tout de même constater une anomalie et va nous recommander chez un médecin spécialiste dans un centre hospitalier de la place où je vais subir quelques examens  », raconte-elle.

La radiographie va révéler une tuberculose osseuse, à la grande incrédulité du couple.

« Le cliché démontrait que j’avais trois vertèbres, au total, qui s’abimaient déjà. Au niveau de ma hanche, j’avais un os gonflé. Mais, on a eu du mal à y croire et nous avons pris l’option d’aller dans un grand hôpital de la capitale », renchérit Anne.

« J’ignorais que j’étais enceinte »

Le couple espère que dans ce grand hôpital situé dans la commune de Limete, les résultats du cliché précédent seront démentis.

« Nous avons passé un tas d’examens, dont celui de VIH/Sida. Le médecin va nous demander de tout recommencer à zéro : la radiologie, l’IRM ... Mais avant tout, il avait constaté que j’étais enceinte, ce dont j’ignorais. Il a pris le temps d’en parler à mon mari. Pour le médecin, avant d’entrer dans toutes ces machines, il n’était pas bon pour moi de garder cette grossesse, explique Anne. Et avec les anciens clichés qui évoquaient une tuberculose osseuse, le médecin parlait d’une impossibilité de garder la grossesse qui était à ses premières semaines ».

Choix difficile

Ainsi, Anne devait-elle choisir entre soigner une tuberculose osseuse aigue et garder une première grossesse après le mariage.

«Après mon mari, le médecin a décidé de m’en parler, car c’est de mon corps qu’il s’agissait. Après l’avoir écouté, j’avais des larmes. C’était ma première grossesse et je voulais bien avoir cet enfant. Mais le médecin m’a dit : ‘’nous devons te sauver, le bébé viendra toujours. Ce n’est pas grave et tout va bien se passer ».

Et de poursuivre : « Je n’avais plus de choix. J’avais tellement mal... Il était encore 9 heures lorsque la grossesse a été interrompue en toute sécurité. Après quelques heures de repos, nous sommes repartis sur d’autres examens. Au finish, l’hôpital va confirmer la tuberculose osseuse aigue. Je devais prendre des médicaments sans interruption pendant douze mois ».

Un avortement sécurisé sauve des vies

Aujourd’hui, Anne a retrouvé le sourire. Totalement guérie de cette tuberculose, elle est retombée enceinte depuis 32 semaines et sera bientôt mère d’un garçon. Sa grossesse évolue bien et sans complications.

L’histoire d’Anne est riche en enseignements. Elle démontre que, très souvent, des femmes se retrouvent dans des situations où l’avortement s’impose comme la seule alternative pour leur santé ou leur vie.

Cette histoire souligne aussi, à elle seule, la nécessité de recourir aux soins d’avortement dans des conditions sécurisées, selon les normes de l’OMS. Un avortement sécurisé sauve non seulement des vies, mais épargne également des complications qui peuvent avoir des conséquences sur la procréation.

Face à une grossesse qui met en danger la vie d’une femme, le recours à l’avortement sécurisé est autorisé en RDC, conformément à l’article 14, alinéa 2, point C, du Protocole de Maputo publié en avril 2018 au Journal Officiel. D’ailleurs depuis 1990, le Code d’éthique des médecins autorise les avortements thérapeutiques.

Le cadre légal sur les questions d’avortement ayant évolué en RDC, la perception des uns et des autres devait aussi évoluer. Stigmatiser une femme ou une fille pour avoir recouru au service d’avortement, sans connaître ses vraies raisons est une atteinte à ses droits.

Equipe de campagne

*Anne, prénom d’emprunt     

 

 

Agressivité, violences domestiques, comportements nocifs ou agressifs envers les femmes ou les hommes, la domination par la violence : toutes ces actions énumérées et pleines d’autres encore constituent les signes d’une masculinité toxique.

Ces comportements sont surtout liés à la répression des émotions, à la fausse idée que pour être un “homme” il faut d’abord être invulnérable, insensible et se donner au maximum à son travail.

Bien souvent dans nos familles, nos communautés, nos écoles, nous observons des comportements agressifs de nos amis ou de nos frères ; quelles attitudes avons-nous face à cela?

Face à ce comportement qui plonge les jeunes dans des actes des violences, nous, Jeunes de Si Jeunesse Savait, à travers le projet EKOKI nous sensibilisons les jeunes filles et garçons dans les clubs dans le souci de prévenir ce comportement toxique, diminuer l’incidence de la violence auprès des jeunes et renforcer l’empouvoirement des filles pour dénoncer ces violences.

A travers ce projet, d’un côté, les filles participent aux clubs des jeunes filles et voient leur pouvoir renforcé pour dénoncer et ne pas se soumettre à la violence, d’un autre côté, les garçons intègrent des attitudes et des comportements équitables entre les garçons et les filles et ainsi, les communautés sont impactées par les campagnes et le relais des messages antiviolence.

Le projet est mis en œuvre pour créer effectivement des environnements favorables pour empêcher la participation des jeunes et des adolescents dans les situations de violences et ainsi transformer les comportements toxiques en comportement positifs.

Face aux comportements toxiques, nous devons tous agir, agir pour stopper cela, agir pour changer des mentalités, agir pour instaurer le respect et l’égalité entre tous.

Nous ne sommes pas obligés de faire la même chose, nous devons imiter les bonnes choses et abandonner celles qui sont nuisibles à nous et aux autres pour mettre fin aux masculinités toxiques et les transformer en masculinités positives.

Au cours d’une cérémonie organisée le mardi 03 Décembre 2019 à l’espace Bilembo, Si Jeunesse Savait a été honoré de recevoir par les mains de sa Directrice exécutive, Richine Masengo, le Prix Human Rights Tulip Award 2019 décerné pour la première fois à une congolaise et pour la deuxième fois en Afrique.

Ce prix organisé par le gouvernement néerlandais, récompense dans le monde, des hommes et des femmes qui promeuvent et défendent les droits humains de façon courageuse et novatrice.

Depuis sa création en 2008, la Human Rights Tulip Award a été décernée à des personnes et des organisations originaires de divers pays. A partir de 2013, une attention particulière a été accordée au caractère novateur de leurs efforts. Le caractère novateur implique que le défenseur des droits humains travaille à impulser un changement au niveau social, politique ou technologique.

Cette année, et pour la première fois, le prix a été décerné, au niveau national, à un défenseur des droits humains congolais Richine Masengo, choisi par le Ministère néerlandais des Affaires Etrangères pour le combat qu’elle mène avec Si Jeunesse Savait à Kinshasa contre les inégalités et injustices que subissent certaines communautés et minorités.

De par cette récompense, Richine Masengo a rappelé l’importance d’aborder des questions taboues au sein de la société congolaise et la reconnaissance de la liberté et des droits des jeunes. “Nous, les jeunes de Si Jeunesse savait, avions décidé de ne pas tourner autour du pot, et de mettre carte sur tables les questions pertinentes qui nous concernent et  qui gênent. Nous avons décidé d’en parler sans tabou. Nous prônons le respect de la vie privée de tout un chacun, raison de notre dévouement dans la lutte pour les droits à la Santé sexuelle et de la reproduction de tous les jeunes y compris les droits des LGBTI (lesbiennes, gays, bisexuels, transgenres et les personnes intersexes)”. Retrouvez l’integralité de son Discours de Richine Masengo lors de la remise du Trophée Human Rights Tulip Award DRC 2019

A travers sa lutte pour une meilleure prise en compte des droits sexuels et reproductifs, pour une réduction du risque liés aux avortements clandestins et pour l’accompagnement de la communauté LGBT en RDC, l’ambassadeur des pays bas en RDC, Robert Schuddeboom, a reconnu en elle l’exemple par excellence d’une défenseuse des droits humains.

Le Ministère néerlandais des Affaires Etrangères a salué Richine pour ce travail important, et espère que ce prix sera un encouragement pour tous ceux qui luttent pour le respect des droits humains dans leurs communautés.

Ainsi, ce prix donne à Richine Masengo l’avantage de participer à un programme qui se tiendra aux Pays-Bas et de bénéficier d’une contribution financière du gouvernement néerlandais dans le cadre d’un projet de promotion des droits humains.

Le Comité Technique Multisectoriel de la Planification Familiale (CTMP/PF) a organisé du 03 au 05 Décembre 2019 à Kinshasa la 4e Conférence Nationale pour le Repositionnement de la Planification Familiale(CNRPF) sous le thème : « Emergence de la RDC en 2030 : place et rôle de la planification familiale ».

Initié depuis 2004, la CNRPF de cette année avait pour objectif de mobiliser plus de fonds et améliorer l'accès aux services de planification familiale auprès des adolescents et jeunes.

En marge de cette conférence, une pré-conférence des jeunes a été organisée du 02 au 04 Décembre 2019 à l’Institut National Pilote des Sciences de Santé, INPESS en sigle.

Présentation du Directeur de PNSA

Réunis autour des sujets qui traitent des problèmes de la santé sexuelle et reproductive des jeunes, les services et offres que proposent les organismes ainsi que les questions relatives à la planification familiale, les jeunes des différentes associations ont savouré des moments des partages et des connaissances enrichissants.

Plusieurs organisations nationales tant qu’internationales ont pris part à cette activité en disposant des services de la SSR et de la PF aux participants.

Stand Si Jeunesse Savait, les jeunes sensibilisent les participants sur les méthodes de contraception

 

Saisissant cette opportunité pour faire connaitre ce que nous sommes et ce que nous faisons,  l’ONG Si Jeunesse Savait à travers son stand a sensibilisé les participants sur l’usage des méthodes contraceptives afin de se protéger des Infections Sexuellement Transmissibles et d’éviter des grossesses non désirées.

Ainsi, à l’issu de cette pré-conférence réunissant des jeunes ; les préoccupations majeures de la jeunesse sur la Santé Sexuelle et Reproductive ont fait office d’une déclaration des jeunes qui a été lu dans la grande conférence devant le gouvernement, les partenaires et les bailleurs des fonds.

Le Harcèlement Sexuel est une forme de la masculinité toxique, ensemble des caractères propres aux hommes. La société dicte à l’homme sa façon de se comporter, comme par exemple souvent on dit « l’homme ne doit pas exprimer ses émotions » ou « mobali alelaka te ».

Les formes toxiques de masculinité sont définies comme un ensemble de comportements tels que :

C’est une image stéréotypée de l’homme : un homme doit être viril, maître de lui-même, courageux, volontaire, fort et dominant. Le sexe est vu comme un acte de domination et non d’affection et la violence est vue comme un indicateur de pouvoir. En d’autres termes: un homme, un vrai, ne pleure pas, ne craque pas, doit se battre pour se faire respecter, doit subvenir aux besoins de sa famille et ne doit pas exprimer ses émotions ouvertement. Tout autre comportement le rendra « féminin » ou faible.

Les formes positives de masculinité : serait cependant celle qui est dépourvue des violences, des   injustices, des viols, d’harcèlement et autres méfaits »,

Les masculinités toxiques ont des conséquences néfastes, ce n’est pas le fait d’être un homme qui est toxique. Heureusement! Mais, le fait que certains hommes peuvent avoir un comportement qui déstabilise, inhibe ou écrase les autres personnes comme les violences physiques ou mentales, abus de pouvoir, arrogance, engagement dans les bagarres, harcèlement sexuel, agression sexuelle, etc.…sont des comportements toxiques.

Même parmi les hommes, les formes toxiques de masculinité font des victimes. Et bon nombre d’hommes la subissent au quotidien parce qu’ils ne sont pas dans la « norme » de leur genre ou qu’ils ne respectent pas les attentes qui pèsent sur leurs épaules.

Il faudra noter qu’il y a des avantages à transformer les masculinités toxiques en masculinités positives.

Comment transformer les masculinités toxiques en positives ? S’attaquer aux obstacles et saisir les opportunités de changement ; engagement pour arrêter la violence ; fixer des limites : collaboration et négociation dans le respect mutuel ; dispositions juridiques qui réprimandent la violence.

Il existe des différences entre les hommes et les femmes. Cependant, bon nombre des différences ne sont pas biologiques. Elles sont plutôt construites par la société. Ce sont des caractéristiques avec lesquelles nous ne sommes pas nés mais qui nous dictent comment nous sommes censés nous comporter, agir et ressembler. Il est important de définir pour nous-mêmes ce que signifie être des hommes et des femmes, et de changer ces stéréotypes et / ou croyances qui sont nuisibles.

Selon la culture, et même certaines religions l’homme est éduqué de sorte qu’il soit supérieur, le plus cultivé, préparer à diriger pour qu’une fois adulte il prend les postes de prise de décision le plus élevés dans la société.

Il suffit d’observer les cadeaux que les parents offrent à leurs

 

enfants, quand il s’agit d’un garçon c’est des motos, des voitures de course, des fusils, jeu de Monopoli etc.… parce que un jour il prendra le rôle du chef et pour les filles des poupées, des jeux de cuisine ainsi le rôle de la procréation est attribué à la fille. Elle est préparée à la maternité et à être femme au foyer.

Puisque le genre (masculin et féminin) est dictée par la société, la culture elle peut être changé. Petit illustration avec un tableau des manières ou comportements que la société dicte, ce qu’il faut ou pas dire ou encore ce que tu penses ne le dit pas tout haut.

Le genre peut changer, nous pouvons donc changer certaines cultures qui n’aident pas la fille à émerger dans une société patriarcale. Et pour parvenir à ce changement, une éducation égalitaire entre fille et garçon est impérieux.

Ensemble mobilisons-nous pour avoir une génération qui ne distingue point le sexe mais valorise les compétences.

Pour prévenir les violences à l’égard des femmes et des filles, chaque année depuis 28 ans, le monde célèbre la campagne 16 jours d’activisme pour mettre fin à toutes formes des violences faites aux femmes. La campagne annuelle débute le 25 novembre qui est la journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes et s’achève le 10 décembre dédié à la Journée des droits de l’homme.

 

Cette année, à travers le projet EKOKI (Assez en français) : « les jeunes femmes et les jeunes hommes contre les masculinités toxiques et les violences basées sur le genre à Kinshasa », projet qui a pour objectif de prévenir et répondre à la violence faite aux femmes et aux filles perpétrée en milieu scolaire (harcèlement, violences sexuelles, violence entre partenaires intimes, etc.) en incluant à la lutte contre ses violences la stratégie complémentaire de lutte contre les masculinités toxiques qui s’adressent aux hommes, Si jeunesse savait s’engage dans cette campagne pour continuer d’exiger que les Etats en générale et en particulier l’Etat congolais prennent toutes les mesures nécessaires pour que toutes les femmes et les filles soient à l’abri. SJS veut ainsi devenir un canal de communication pour la lutte contre les violences sexuelles, physiques, économiques, ou harcèlements à l’égard des femmes et filles.

Et pour y arriver, plusieurs activités de sensibilisation sont prévues dans les 4 communes de la villes provinces de Kinshasa à savoir : Bandalugwa, Masina, Kimbaseke et Nd’jili. Au travers de ces activités dans les clubs de jeunes, sensibilisation de masses dans les écoles, dans la communauté, les centres de formation et universités, Si Jeunesse Savait se donne la mission de faire comprendre à la communauté d’ici et d’ailleurs, le danger de la masculinité toxique et ses conséquences néfaste dans la promotion du genre.

Ceci dit, la difficulté de l’homme à reconnaitre qu’homme et femme sont égaux favorise les violences basées sur le genre ainsi que les masculinités toxiques. Nos cultures, communautés, nos croyances sont remplies des attitudes toxiques qui contribuent aux actes de violences à l’égard des femmes et des filles. Et aujourd’hui, nous disons EKOKI !

Ce n’est qu’ensemble que nous pourrons y arriver. Joignez-vous à nous et ensemble tressons des stratégies simples de lutte contre les violences basées sur le genre et les masculinités toxiques pour un monde libre et égalitaire.

Dans la province, des cas provoqués d’avortement sont signalés dans certains coins. Ils s’opèrent dans la pure clandestinité sans se rendre compte des conséquences sur le plan à la fois sanitaire et psychologique. Dans le territoire de Kabare, plus d’une adolescente est tentée par la tendance à avorter une fois engrossée. Des témoignages piquant de certaines personnes qui ont pratiqué ces avortements relèvent des conséquences néfastes.   

Interrogée sur cette situation le week-end dernier par mamaradio, une fille de 17 ans a reconnu, larmes aux yeux pour avoir provoqué l’avortement.  Elève en cinquième année secondaire, elle se retrouvée engrossée par son copain, puis abandonnée.

« Le garçon a renié être l’auteur de cette grossesse. Depuis, il m’a détesté me traitant de tous les noms d’oiseaux. Je ne pouvais pas en parler à mes parents, sachant que mon père, militaire de son état, pourrait dans son agressivité me loger une balle dans la tête en apprenant que je suis enceinte. J’ai dû aller me faire discrètement avorter chez un ‘’médecin’’ de fortune », signale Claire Mugisha.

Une autre fille rencontrée à Katana, toujours dans ce territoire, reconnait, non sans tristesse, avoir décidé d’interrompre la grossesse au motif que son rêve serait brisé si elle mettait au monde. Encore que le garçon disait ne pas avoir besoin de la voir enfanter.

Avortement criminel justifiable ?

Des cas de ce genre, il y en a souvent dans plus d’une zone de santé de Kabare, et mieux encore, sur l’étendue du Sud-Kivu. Tout se passe dans la plus grande clandestinité et ignorance, estime le médecin gynécologue obstétricien à l‘hôpital Skyborne à Bukavu, docteur Ernest Munjo Munzenze. Il distingue les deux types d’avortement en indiquant que tout n’est pas si mauvais qu’on le croirait.

« Il y a l’avortement criminel ou clandestin qui souvent entraîne plus de complications. Il y a aussi l’avortement thérapeutique qui est plutôt sécurisé pour des raisons raisonnables. La législation le reconnait en tant que tel ».

Selon les réactions des jeunes adolescents, plusieurs facteurs poussent à l’interruption volontaire de la grossesse.

« L’entourage nous influence aussi pour autant qu’une fois grosse sans être mariée, on est mal vue. La peur d’être chassée du toit parental, l’incapacité du garçon, auteur de la grossesse à prendre ses responsabilités, le souci de sauver son honneur, la crainte de ne pas interrompre ses études ou laisser son ambition détournée,’’.

D’autres sources ajoutent le problème de la sexualité considérée comme un tabou en famille est un autre acteur favorisant.

Un acte, plusieurs inconvénients

Dans tous les cas, l’avortement provoqué comporte des sérieuses conséquences du point de vue de la santé de la fille ou la femme.

Le médecin directeur du centre de santé MALKIA WA AMANI, docteur Boshabo Hembi s’explique :

« Lorsque le curetage est mal fait, il peut créer chez la fille un saignement abondant, delà, une forte anémie avant de causer la mort. Des risques d’infection aussi dans le cas où cet avortement est clandestin, et effectué par des profanes, des plaies à l’utérus qui peuvent, à la longue, rendre infertile la femme, des risques de perforation de l’utérus et consorts ».

Ce n’est pas que sur ce point sanitaire que les filles ou femmes se heurtent aux conséquences. L’état psychologique est également affecté, argumente Héritier Djunga.

« Plusieurs sentiments négatifs peuvent envahir la personne qui avorte de manière provoquée, et non donc spontanée. La culpabilité, le traumatisme, la dépression, des troubles anxieux, la peur d’être mère dans sa vie, et ainsi de suite ».

Au vu de ce chapelet d’inconvénients, Noëlla Bahati du projet Jeune S3 à l’ONG ‘’SOS Sida’’ exhorte les filles à se rendre dans une structure de santé pour des conseils en cas d’une grossesse non désirée.

« Au lieu d’aller chez des charlatans, il vaut mieux voir les médecins pour des conseils, ce qui donnerait un choix éclairé à qui veut avorter ». Une précision de taille est à signaler, dit-elle.

« La fille ou la femme peut provoquer l’avortement sous quelques conditions, entre autres si la santé de la mère et/ou du fœtus est en danger, si elle a subi le viol ou l’agression sexuelle ou connu l’inceste, comme l’autorise le protocole de MAPUTO ».

L’OMS indique que  97% des cas d’avortement provoqués se comptent dans les pays en voie de développement dont la RDC fait partie.

Alice Kajabika

Journaliste formée dans le cadre du projet « Mongongo na Biso 2 » à Bukavu (Sud-Kivu)

Jeune santé est allée à la rencontre d’une jeune ménagère rescapée d’un avortement « maison ». L'histoire révèle une dangereuse tendance au Nord-Kivu : se faire conseiller par ses amies du quartier sur les techniques d'avortement. Tombée dans les bras d’un homme marié peu de temps après la mort de son propre époux, Aïcha se retrouve enceinte. De peur d’être rejetée par ses proches, elle prend la décision d’avorter.

Au même moment, les femmes de son entourage rapportent que l’avortement en est tabou mais à la mode. La question qui fait tourner sa tête devient celle de savoir « comment avorter ».

Aïcha se lance dans sa propre course à l’avortement. « Comment avorter à la maison » ou « comment avorter à deux mois de grossesse » sont les phrases qui font le débat avec ses conseillères.

Et ce qu’elle entend comme réponses ferait frémir n’importe quel médecin. L’une d’elles, lui conseille de se procurer deux médicaments, notamment un traitement contre les ulcères et brûlures de l’estomac. En les combinant, apprend-t-elle, le fœtus devrait être expulsé en toute sécurité.

Aïcha sort du monde théorique pour entrer dans le monde pratique et s’embarque dans une procédure qui aurait pu lui être fatale.

Elle se procure les médicaments conseillés, dépose sa fille dans son village familial, se prépare à effectuer elle-même une intervention extrêmement risquée.

Avant de passer à la dernière étape, « elle se fait conseiller par une autre de ses débatteuses pour se rassurer ». Puis elle avale sa première tablette, suivie d’une deuxième six heures après.

La douleur devient vite insupportable. Aïcha est seule dans sa chambre et vit un enfer.

« Je me suis mise à crier, et entendre quelqu’un frapper à la porte. J’étais étendue au sol, suant et saignant à profusion. Je ne pouvais même pas me déplacer pour aller ouvrir la porte », se souvient-elle.

Elle est transportée d’urgence à l’hôpital et doit acheter le silence d’un de ses voisins qui menace de révéler son avortement.

C’est ainsi que la jeune Aïcha a enfin bénéficié après cette tragédie, d’une assistance médicale et des meilleurs soins pour son avortement (…)

Innocente KABANO

(Journaliste formée dans le cadre du projet « Mongongo na Biso 2 » à Goma)

Ils ont été 120 à être formés en techniques de communication en droit santé sexuelle et reproductive en Avril 2019 dans le cadre du projet « Mongongo na Biso 2 »  de Si Jeunesse Savait réalisé avec la Coalition de lutte contre les Grossesses Non Désirées, sous l’appui financier de Amplifychange

Ils sont des jeunes professionnels des médias des 4 provinces de la République Démocratique du Congo  ( Kongo central, Kinshasa, Nord et Sud-kivu)  et avaient pour mission de réaliser des productions journalistiques de tout genre sur la thématique de la Santé Sexuelle et Reproductive et de contribuer à la vulgarisation de l’article 14 du Protocol de Maputo ratifié et domestiqué par le gouvernement de la RDC.

Et parmi eux ; UN seul sera couronné comme lauréat du trophée « Mongongo na Biso » ce 3 octobre à Pullman Hôtel de Kinshasa pour avoir réalisé avec le respect de l’art  ces productions en éclairant l’opinion sur la question de la mortalité et de la morbidité maternelle. . Cette remise de trophée interviendra en marge de la célébration de la journée internationale de l’avortement sécurisé à la présence des invités et plusieurs personnalités issus de la société civile, des membres du gouvernement de la RDC, des ONG et ONGI ainsi sans oublier des institutions journalistiques de la place.

Notons que, 3 journalistes nominés des provinces précitées prendront part à cette grande journée, afin de tenter de remporter ce grand prix « Mongongo na Biso », le 1er en RDC en ce qui concerne  la santé sexuelle et reproductive.

Qui sera le (la) gagnant-e ? Quelle province marquera l’histoire en  remportant  le tout premier trophée qui récompense les journalistes sur la santé sexuelle et reproductive ? Et  comment se présente donc ce fameux trophée ? Nous le découvrirons tous ce 3 octobre 2019 !

Alors qu’il était déjà établi que nombre d’étudiants et étudiantes subissaient de multiples formes de harcèlement sexuel de la part de leurs professeurs et autorités académiques, une recherche-action menée par l’Association Si Jeunesse Savait dans le cadre de la mise en œuvre du projet « Ensemble avec les étudiantes pour lutter contre le harcèlement sexuel fait aux  femmes en milieu universitaire » financé par le Fonds Développement  pour la Femme Africaine a permis de mettre en lumière plusieurs cas avérés de ce type de violence sexuelle.

En effet, des témoignages anonymes recueillis dans trois grandes universités de Kinshasa, à savoir : l’Université protestante du Congo, l’Institut supérieur de commerce et l'Institut Facultaire des Sciences de l’Information et de la Communication ont conduit à prendre conscience de la gravité du problème.

D’autre part, il a été constaté que l’administration du ministère chargée de l’enseignement n’a pas pris des mesures adéquates pour protéger les étudiant(e)s vis-à-vis de leurs harceleurs et le personnel du ministère n’est pas outillé pour bien appréhender la notion même de « harcèlement sexuel ».

SI JEUNESSE SAVAIT  et HABARI RDC lancent aujourd'hui la campagne de sensibilisation #UnivSansharcelement. Cette campagne impliquera toute la communauté de blogueurs de Habari RDC ainsi que l’ensemble des lecteurs et followers de nos plateformes en ligne. Elle sera accompagnée en parallèle par des activités hors ligne (Face aux jeunes) dans les quatre régions de notre intervention (Katanga, Kasaï, Kivu et Kinshasa).

L’objectif général de cette campagne sera d’amplifier le travail de sensibilisation en partenariat avec l’association Si Jeunesse Savait, afin que :

Merci de dénoncer par vos multiples témoignages si vous avez été victime ou témoin du harcèlement sexuel dans nos milieux universitaires en écrivant des posts, des blogs avec hashtag #UnivSansharcelement #Harsexuniv #SJS #AWDF #HABARIRDC.

 

Guy Muyembe

Le forum en ligne est l’une des activités qui nous permet d’atteindre un grand nombre des participants issus des universités et autres corporations à savoir les associations de lutte contre les violences faites aux femmes, organisations de la société civile et d’assistance juridique, et clubs des étudiants. Au cours d’un forum en ligne sur la page Facebook https://www.facebook.com/Sjsawdf-163826447666632/ dont le thème était « quelles sont les formes que peut prendre le harcèlement sexuel dans l’enseignement supérieur et universitaire ? » , ce thème a abouti à une discussion en ligne très participative et interactive.

J’étais touché  par la contribution d’une participante  sur un fait vécu dans son auditoire. Elle était victime du harcèlement sexuel par son directeur de travail de fin de cycle, ce dernier lui a envoyé des mails et messages de menaces en lui spécifiant « si tu parles, tu seras grillée, moi la faculté me soutiendra toujours, alors tu ne pourras jamais être une financière. » La victime était très paniquée, pour remédier aux intimidations et menaces de son professeur, elle a relaté les faits répétitifs en exhibant les preuves écrites à quelques amis de son auditoire, elle s’est rendue compte que plusieurs filles de son auditoire aussi étaient victimes du harcèlement sexuel par le même professeur. Un jour, pendant que le professeur harceleur entrait dans l’auditoire pour dispenser son cours, toutes les étudiantes victimes avec le soutien des autres étudiants ont commencé à hurler sur l’enseignant :

‘’’’’SEMEKI !!! SEMEKI !!! SEMEKI !!! éééé ééééé ééééé éééé’’’’’’’’’ qui signifie beau-frère !!!!

Ce professeur réputé grand harceleur sexuel était convaincu qu’il bénéficierait d’une totale impunité, finalement il a été démasqué, et même s’il n’est pas allé comparaitre devant une juridiction compétente mais il a été sanctionné de façon diffuse par les victimes et l’ensemble de son auditoire.

Ensemble luttons contre le harcèlement sexuel fait aux femmes en milieu universitaire, par manque des mécanismes internes sur la sanction des auteurs de ces abus, ont poussés ces étudiants à agir.

Mettons en place de mesures disciplinaires de sanction pour qu’aucun abus ne reste impuni.

Pendant la vidéo projection organisée par Si Jeunesse Savait (SJS) dans le cadre de la clôture des activités des seize jours d’activisme, ces assises étaient une occasion de réunir les étudiants des universités suivantes : Université Protestante au Congo(UPC), Institut Supérieur de Commerce( ISC), Institut Facultaire des Sciences de L’Information et de la Communication (IFASIC), Université de Kinshasa( UNIKIN), Institut Supérieur des Techniques Appliquées (ISTA), Académie des Beaux-Arts (ABA), Université Technologique Bel Campus( UTBC), Université Simon Kimbangu(USK), Université Islamique Al-Mustapha(UIAM)… pour suivre les films et documentaires sur le harcèlement sexuel fait aux femmes en milieu universitaire.

Le silence lié au harcèlement sexuel, d'où provient-il? 

Cette vidéo projection a engendré un débat houleux qui m’a personnellement instruit sur la culture du silence lié au harcèlement sexuel, les victimes (étudiantes) n’ont jamais approchées les instances judiciaires ou l’administration de leurs universités respectives pour parler de leur expérience dont elles sont victimes, même si elles avaient  des preuves  du harcèlement sexuel.

Elles ont peur de dénoncer ce problème dont elles sont victimes de façon récurrente, pour des raisons suivantes : certains  harceleurs sont élevés en dignité, ils  occupent des fonctions influentes dans notre pays, Ces derniers se croient au-dessus de la loi et autres mécanismes internes de sanctions des universités. D’autre parce que ils ont des relations particulières avec les membres du comité de gestion, et ils savent que quoi qu’il arrive ils ne seront pas poursuivis ou chassés de l’université ou institut.

Cela décourage les victimes à déposées plaintes via les canaux institutionnels de l’université ou saisir les instances  judiciaires compétentes en matière du harcèlement sexuel et autres formes des violences, elles ont témoignées à tour de rôle pour signifier que ces harceleurs suite à leur positionnement dans la société et de l’impunité dont ils jouissent, ces derniers n’ont pas la crainte de laisser les traces écrites (sms), des vidéos pornographiques, des intimidations, des insultes…

Au cours de ce débat, c’est encore l’accoutrement des femmes qui revient comme cause du harcèlement sexuel. Étudiants, ont déclarés en disant « lorsque les femmes à l’université s’habillent de manière sexy, c’est une façon de dire aux hommes, suivez nous, nous sommes la proie du harcèlement sexuel !!! » ; ces croyances préjudiciables culpabilisent les victimes et déresponsabilisent les auteurs du harcèlement sexuel. Après avoir visionné le film prévu pour le débat de ce jour-là, les étudiants ont compris qu’être victime du harcèlement sexuel n’est pas seulement due à l’accoutrement, c’est l’état d’esprit de la personne qui veut à tout prix avoir des relations sexuelles avec son étudiante. Raison pour laquelle il multiplie des tacts, des chantages, menaces, des pièges etc…

Comment remédier à ce problème liée à l’impunité et d’abus du pouvoir des harceleurs

A mon humble avis, pour répondre à cette situation préoccupante liée à l’impunité et d’abus du pouvoir des harceleurs dignitaires de l’enseignement supérieur et universitaire, l’élaboration des normes disciplinaires par les experts de l’ESU et experts en droit, appuyé par Si Jeunesse Savait (SJS) est une urgence qui viendra en appui de la loi N° 017/002 du 3 octobre 2002 portant code de bonne conduite de l’agent public de l’Etat.

Les enseignants jouant de trafic d’influence ou de leur position hiérarchique dans la société doivent servir la génération future de modèles en cherchant à se corriger de toute immoralité qui ternie l’image de nos universités et instituts supérieurs.

En juin 2015, SJS a été choisi par PAI, une ONG américaine pour être partenaire sur le projet QUEST qui vise à comprendre la qualité des services de planification familiale dans 5 pays à savoir la RD Congo, l’inde, Myanmar, l’Éthiopie que le Pakistan. Cette recherche est financée par la fondation Packard

Le projet de recherche sur la qualité des services de planification familiale était focalisé principalement sur la ville de Kinshasa. Dont vous trouverez plus amples d’informations sur ce lien https://mwasi.com/planification-familiale-en-rdc-les-jeunes-recherchent-la-qualite-des-services-recus/

La recherche avait finalement démontré que Les adolescents surmontent de nombreux obstacles pour obtenir les services de santé de qualité et les produits de base dont ils ont besoin. C’est ainsi qu’une deuxième phase a été mené par Si jeunesse savait en partenariat avec SANRU pour faciliter l'accès aux services de qualité de planification familiale aux adolescents et jeunes en RDC.

Cette deuxième phase a eu comme objectifs :

Voici les fiches techniques PF actualisés pour répondre ce problème :

FICHES TECHNIQUES POUR PAIRS ÉDUCATEURS ET MENTORS

Lors d’une réunion organisée tôt dans la matinée par l’association des jeunes féministes « Si Jeunesse Savait » (SJS) les étudiants de l’UPC, l’ISP et l’IFASIC étaient invités à participer à des conférences sur le thème du harcèlement sexuel. Parmi ces étudiants, nombreux étaient ceux qui venaient pour la première fois et n’avaient jamais été sensibilisés sur la problématique du HS à l’université.

Certains des participants taquinaient une étudiante qui venait juste d’arriver. Ils l’ont fixée du regard et ont commencé  à la submerger de questions, du genre « pourquoi était-elle venue en retard ? Pourquoi était-elle mal-habillée comme ça? Ne savait- elle pas qu’elle faisait honte à voir ? »

L’accoutrement de la jeune étudiante , est une raison valable pour se faire harceler ?

Ces garçons lui demandaient donc la raison qui l’avait

poussée à porter une petite robe fleurie parce qu’ils trouvaient cette robe très sexy et ils la considéraient comme une impudique de se vêtir de cette manière. La jeune femme s’était retrouvée accablée de honte, mise extrêmement mal à l’aise et ne pouvait supporter de suivre sa formation tant l’attitude de ces garçons l’avaient dérangée. Heureusement que le thème de la formation parlait du Harcèlement Sexuel !

La première intervenante, avait comme thème « les violences sexuelles et le genre ». Ce thème tout justement nous avait emmené à faire un débat sur l’habillement des filles/femmes. Elle avait pris la parole pour interpeller ces étudiants sur le fait qu’ils avaient intimidé et menacé cette jeune étudiante en raison de son habillement. Elle leur avait expliqué et fait comprendre que ce n’est pas le fait que la fille s’habille en une courte robe qui leur donne le droit de la harceler.

Ce jour-là, cette histoire de robe  avait servi de parfaite illustration pour sensibiliser les étudiants sur la lutte contre le harcèlement sexuel en milieu universitaire. En effet, même des remarques anodines sur la manière de s’habiller peuvent être assimilé à du harcèlement sexuel.

Selon moi je pense que les étudiants avaient eu beaucoup de chance à pouvoir participé à cette réunion d’autant plus parmi ces étudiants, il y a encore une majeure partie qui vivent dans l’ignorance, et qu’ils n’ont pas souvent l’occasion de participer à des telles formation. Il sera donc impérieux de penser à sensibiliser également le corps professorale, académique et administratif car à nos jours le harcèlement sexuel est un fait réel qui semble être négligé.

Les enseignants aussi doivent s’investir dans l’éducation éthique et morale des étudiants et étudiantes, ce n’est pas seulement former des médecins, économistes, avocats ; mais aussi quand ils terminent l’université ils accèdent dans le monde professionnel avec un bagage d’éthique avec eux.

 

Les besoins en planification familiale (PF) chez les jeunes sont d’autant plus criants que les complications liées à la grossesse sont la première cause de mortalité chez les femmes de 15 à 19 ans. Il faut noter par ailleurs que les adolescentes contribuent à 20 % à la mortalité maternelle dans le pays. Mais l’analyse des normes et directives de la SRMNEA montre que ces dernières ne sont pas adaptées aux besoins des adolescents et jeunes tels que exigés par les normes actuelles de l’OMS qui recommandent la prise en compte des aspects spécifiques des adolescents et jeunes dans la prestation des services de santé sexuelle et reproductive, particulièrement les services de PF.

Pour répondre à ce problème, la DSFGS, le PNSA ont organisé en collaboration avec le PNSR avec l’appui financier de SANRU et SI Jeunesse Savait et les Partenaires Techniques intervenants dans le domaine de PF un atelier de mise à jour des documents normatifs SRMNEA interventions de Planification Familiale (Volume 6) du 22 au 23 aout 2018. Afin de Contribuer à l’amélioration de la qualité des soins de santé de la mère, du nouveau-né, de l’enfant et de l’Adolescent en R.D. Congo.

Découvrez le résumé de ces échanges qui permet aux documents normatifs de prendre en compte les besoin

s des adolescent et jeunes de la R.D. Congo en matière de Planification Familiale en cliquant sur ce lien Rapport atelier de mise à jour des docuements normatifs

Rapport mise a jour des documents normatifs

Le protocole de Maputo représente un enjeu de taille pour la grande communauté qui lutte pour que les femmes et les filles de la république démocratique du Congo accède aux services de santé reproductive.

En 2017 encore, au moins 3 différentes recherches produites par me ministère de la santé publique, Guttmâcher Institute et la Columbia university avec ses partenaires locaux a montré que la RDC continue de figurer parmi les 6 pays plus gros contributeurs à la mortalité maternelle et que les avortements clandestins en sont une des raisons.

Le fait que l’avortement sous toutes ses formes soit rendu illégal par un code pénal datant de l’époque coloniale a poussé la réalisation des besoins en avortements dans les mains des charlatans peu scrupuleux de l’hygiène, ne pouvant s’informer sur les techniques les plus récentes.

Ceci a exposé beaucoup de femmes et des filles surtout à des conséquences graves qui ont très souvent entrainé la mort.

C’est donc pour trouver des solutions à tout ceci que le ministère de la santé publique a mené une étude sur la contraception et les avortements en 2017, avec l’appui financier de IPAS. Cette étude a permis d’avoir des évidences sur les pratiques, conséquences et besoin en matière d’avortements sécurisés

Les résultats de cette étude ont été disséminé, avec le concours de la coalition de lutte contre les grossesses non désirées (CGND), auprès de différentes parties prenantes que sont les médecins et autres corps médicaux, les juristes ainsi que de la société civile en générale.

En mars 2018, une réunion a ensuite, été organisé avec les hauts magistrats du conseil supérieur de la magistrature (CSM). Cette dernière réunion a sorti 3 principales recommandations qui sont la publication du protocole de Maputo au journal officiel (1), l’harmonisation des textes (2) et l’application immédiate du dit protocole.

C’est en se basant sur ces recommandations de la haute magistrature du pays que le ministère de la santé publique de la RD Congo est allé vers le directeur de publication du journal officiel.

En outre, il a été saisi l’opportunité de publié également les observations générales par la même occasion.

Il faut rappeler ici que même si la RDC a signé et ratifié le protocole depuis 2008, son application restait suspendu au fait que ledit protocole n’avait jamais été publié au journal officiel, conditions sine qua non pour la rendre opposable à tous.

Avec cette publication, ainsi que les mesures d’applications et autres lignes directrices et fiches techniques qui seront élaborés cette fois-ci par les techniciens du ministère de la santé et les différents programmes nationaux, l’on peut dire certainement que cet accès à un service sécurisé est ouvert à toutes.

Il faut dire que dans un pays ou les violences sexuelles sont presque quotidienne, le protocole de Maputo qui enjoint les états de protéger les droits reproductifs des femmes, particulièrement en autorisant l’avortement médicalisé, en cas d’agression sexuelle, de viol, d’inceste et lorsque la grossesse met en danger la santé mentale et physique de la mère ou la vie de la mère ou du fœtus est d’une importance vitale pour assurer le respect et la promotion des droits de la femme à la santé, y compris la santé sexuelle et reproductive

A l’occasion du 8 mars, Journée international des droits des femmes, Seronet fait le point sur quelques chiffres relatifs au VIH concernant les femmes dans le monde.

VIH dans le monde : la part des femmes

En 2015, à l’échelle mondiale, environ 17,8 millions de femmes (âgées de 15 ans et plus) vivaient avec le VIH, soit 51 % de toute la population vivant avec le VIH. Environ 900 000 des 1,9 million des nouveaux cas d’infection par le VIH constatés dans le monde en 2015 – soit 47 % – ont concerné des femmes. Ce sont les jeunes femmes et les adolescentes de 15 à 24 ans qui sont particulièrement touchées. A niveau mondial, environ 2,3 millions d’adolescentes et de jeunes femmes vivaient avec le VIH en 2015, représentant 60 % de toute la population de jeunes (de 15 à 24 ans) vivant avec le VIH. 58 % des nouveaux cas d’infection par le VIH chez les jeunes de 15 à 24 ans en 2015 touchaient des adolescentes et des jeunes femmes.

Selon la même source, les différences régionales concernant les nouveaux cas d’infection par le VIH chez les jeunes femmes et la proportion de femmes (âgées de 15 ans et plus) vivant avec le VIH par rapport aux hommes sont considérables. Elles sont encore plus importantes entre les jeunes femmes (âgées de 15 à 24 ans) et les jeunes hommes infectés. En Afrique subsaharienne, 56 % des nouveaux cas d’infection par le VIH ont touché des femmes, et ce taux a été encore plus élevé chez les jeunes femmes de 15 à 24 ans, représentant 66 % des nouveaux cas d’infection.

Dans les Caraïbes, les femmes ont représenté 35 % des adultes nouvellement infectés, et 46 % des nouveaux cas d’infections ont touché les jeunes femmes de 15 à 24 ans. En Europe de l’Est et en Asie centrale, 31 % des nouveaux cas d’infection par le VIH ont touché des femmes ; toutefois, le taux des nouveaux cas d’infection touchant les jeunes femmes de 15 à 24 ans a atteint 46 %. Au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, les femmes représentent 38 % des adultes nouvellement infectés, alors que 48 % des jeunes femmes de 15 à 24 ans sont nouvellement infectées. En Europe occidentale, en Europe centrale et en Amérique du Nord, 22 % des nouveaux cas d’infection ont touché des femmes, ce taux étant plus élevé chez les jeunes femmes de 15 à 24 ans, avec 29 % de nouveaux cas d’infection (1).

Des inégalités entre les femmes elles-mêmes

Certaines femmes sont plus exposées au VIH que d’autres. C’est notamment fonction de l’appartenance à certaines groupes. L’incidence du VIH sur certains groupes spécifiques de femmes est disproportionnée. Selon une analyse d’études mesurant la prévalence cumulée du VIH dans 50 pays, on estime que, dans le monde, les travailleuses du sexe ont environ 14 fois plus de risques d’être infectées par le VIH que les autres femmes en âge de procréer (2). Par ailleurs, d’après des données émanant de 30 pays, la prévalence cumulée du VIH chez les femmes qui consomment des drogues injectables était de 13 %, contre 9 % chez les hommes qui consomment des drogues injectables (3).

Une féminisation de l’épidémie de VIH en France

Au fil des années, l’épidémie à VIH/sida s’est fortement féminisée en France aussi : la part de nouveaux diagnostics est passée, en France, de 13 % en 1987 à 33 % en 2009. La contamination hétérosexuelle est le principal vecteur de transmission du VIH (54 % des découvertes de séropositivité) et les femmes constituent la majorité de ces contaminations. Par rapport aux hommes, elles sont contaminées plus jeunes.

En France, les femmes représentent environ 30 % des nouvelles contaminations par le VIH chaque année, une part importante d’entre elles sont nées à l’étranger et en particulier en Afrique subsaharienne. Si on regarde les données de 2016, on note que les hétérosexuels, la majorité des découvertes de séropositivité est constituée par les 2 300 personnes nées à l’étranger. Il s’agit à 80 % de personnes nées en Afrique subsaharienne et à 63 % de femmes. Les découvertes à un stade avancé concernent plus particulièrement les hommes que les femmes.

Les femmes migrantes, en plus grand nombre que les hommes en France, subissent plus de problèmes liés à la santé sexuelle : complications propres à la grossesse et à l’accouchement, violences sexuelles. Ces états sont dépendants des conditions du pays d’origine (mutilations sexuelles, mariages forcés), et du parcours migratoire (viols, trafic d’êtres humains). Ils peuvent être renforcés à l’arrivée dans le pays d’accueil, la période d’installation correspondant souvent à une période de précarité sanitaire et sociale, qui accroît les risques d’exposition aux VIH et aux infections sexuellement transmissibles.

Quels facteurs exacerbent la prévalence du VIH ?

C’est une évidence… mais qu’il est bon de rappeler. La violence à l’égard des femmes et des filles augmente leurs risques d’infection par le VIH (4). Une étude menée en Afrique du Sud a démontré que le lien entre la violence infligée par un partenaire intime et le VIH était plus marqué en présence d’un comportement dominateur et d’une prévalence élevée du VIH.

Dans certains contextes, jusqu’à 45 % des adolescentes indiquent que leur première expérience sexuelle a été forcée. Dans le monde, plus de 700 millions de femmes en vie aujourd’hui ont été mariées avant leur dix-huitième anniversaire. Souvent, elles disposent d’un accès restreint aux informations de prévention, et de moyens limités pour se protéger contre une infection par le VIH. A l’échelle mondiale, sur dix adolescentes et jeunes femmes de 15 à 24 ans, seulement trois d’entre elles ont des connaissances complètes et exactes sur le VIH (5). Le manque d’informations sur la prévention du VIH et l’impossibilité d’utiliser de telles informations dans le cadre de relations sexuelles, y compris dans le contexte du mariage, compromettent la capacité des femmes à négocier le port d’un préservatif et à s’engager dans des pratiques sexuelles plus sûres, rappelle l’ONU Femmes.

La séropositivité : une double peine pour les femmes

D’autres données indiquent que les femmes vivant avec le VIH sont davantage exposées à des actes de violence (6), y compris des violations de leurs droits sexuels et génésiques (la santé reproductive). Des cas de stérilisation involontaire ou forcée et d’avortements forcés chez les femmes vivant avec le VIH ont été signalés dans au moins quatorze pays. De plus, les normes juridiques affectent directement le niveau de risque pour les femmes de contracter le VIH, rappelle l’Onu Femmes. Dans bon nombre de pays où les femmes y sont le plus exposées, les lois qui sont censées les protéger sont inefficaces. Le manque de droits juridiques renforce le statut de subordination des femmes, en particulier au regard des droits des femmes de divorcer, de posséder et d’hériter de biens, de conclure des contrats, de lancer des poursuites et de témoigner devant un tribunal, de consentir à un traitement médical et d’ouvrir un compte bancaire. Par ailleurs, les lois discriminatoires sur la criminalisation de la transmission du VIH peuvent avoir des répercussions disproportionnées sur les femmes, car elles sont plus exposées à être soumises à des tests de dépistage et ainsi à savoir si elles sont ou non infectées lors de soins au cours de la grossesse. Les mères séropositives sont considérées comme des criminelles en vertu de toutes les lois relatives au VIH en vigueur dans plusieurs pays en Afrique de l’Ouest et en Afrique centrale, ce qui leur interdit, explicitement ou implicitement, d’être enceintes ou d’allaiter, de crainte qu’elles transmettent le virus au fœtus ou à l’enfant (7).

La réponse face au VIH pour les femmes

A l’échelle mondiale, entre 76 et 77 % des femmes enceintes ont eu accès à des médicaments antirétroviraux pour prévenir la transmission du VIH de la mère à l’enfant, indique l’Onu Femmes (données pour 2015). Malgré ce taux encourageant, plus de la moitié des 21 pays prioritaires du Plan mondial d’Onusida ne parvenaient pas à répondre aux besoins en services de planning familial d’au moins 25 % de l’ensemble des femmes mariées. Autre élément : les gouvernements reconnaissent de plus en plus l’importance de l’égalité des sexes dans les interventions face au VIH qui sont menées à l’échelle nationale. Cependant, seulement 57 % (sur les 104 pays qui ont soumis des données) d’entre eux disposaient d’un budget spécifique. De leur côté, les dépenses du Fonds mondial de lutte contre le sida consacrées aux femmes et aux filles ont augmenté, passant de 42 % de son portefeuille total en 2013 à environ 60 % en 2015.

 
(1) : Onusida, estimations de 2015 provenant de la base de données en ligne AIDSinfo. Les données désagrégées supplémentaires correspondent aux estimations non publiées fournies par l'Onusida pour 2015, obtenues à partir de modèles des épidémies de sida spécifiques aux pays.
(2) : Stefan Baral et al. (15 mars 2012), "Burden of HIV among female sex workers in low-income and middle-income countries: a systematic review and meta-analysis", The Lancet Infectious Diseases, vol. 12, no 7. p. 542.
(3) : Onusida (2014) The Gap Report, p. 175.
(4) : R. Jewkes et al. (2006) « Factors Associated with HIV Sero-Status in Young Rural South African Women: Connections between Intimate Partner Violence and HIV », International Journal of Epidemiology, 35, p. 1461-1468 ;
(5) : Onusida (2015) Rapport 2015 sur la Journée mondiale de lutte contre le sida "On the Fast-Track to end AIDS by 2030: Focus on Location and Population", p. 75.
(6) : L’OMS et ONUSIDA (2010) "Addressing violence against women and HIV/AIDS: What works?", p. 33.
(7) : Commission mondiale sur le VIH et le droit (2012) « Risques, droit et santé », p. 23.

E2A
En Aout 2017, Le Programme national sur la santé des adolescents (PNSA) de la RDCongo avec l’appui du projet Evidence to action (E2A) a lancé un processus de sélection des jeunes pour un atelier de 3 jours (qui s'est tenu du 21 au 23 aout 2017) à travers les provinces de la RDC notamment les villes des provinces de Kinshasa, Lualaba, Kasaï-Central et Lomami. La sélection a pris en compte la parité entre les genres, l’âge, et l’expérience de travail sur la SSRAJ. En tout, 19 jeunes gens représentant les 4 provinces ont été sélectionnés pour participer à la réunion (12 jeunes des provinces dont 2 jeunes filles et 2 garçons de Lomami, 2 filles et 2 garçons de Lualaba, 1 fille et 3 garçons du Kasaï Central et 7 jeunes de Kinshasa dont 3 filles et 4 garçons).

un jour avant les représentants des jeune ont réfléchi sur les barrières qui se posent et qui empêchent aux adolescents et jeunes de la RDC d’accéder a la contraception.


Parmi les barrières cités

1. dans l'offre de service, il y a Le manque d’espaces d’information et de communication pour adolescents et jeunes, le manque de confidentialité de la part des prestataires des soins, le mauvais accueil de la part des prestataires des soins, le manque d’information sur l’existence des services de santé mis à la disposition des adolescents et jeunes, etc

2. dans la création de la demande, la loi autorisant le dépistage des mineurs en présence des parents ou des tuteurs, les us et coutumes (les barrières culturelles), etc

3. dans l'environnement juridique, l'absence de loi sur la santé reproductive

4. dans la coordination, Le manque de collaboration et de considération entre les différents secteurs concernés
Faible documentation des acquis par rapport aux bonnes pratiques enregistrées
Le manque des supervisions formatives

A lire absolument

ce rapport très riche qui a ensuite été présenté pendant deux jours à un groupe ou se sont rejoint les organisations internationales ayant des activités ciblant les adolescents ainsi que les organisations locales travaillant directement avec les adolescents.

le rapport complet de ces discussions peut être lit en cliquant sur ce liencinquantenaire.

La sexualité est une question qui m’a toujours intéressé depuis bien des années maintenant. En tant congolaise, ayant grandi à Kinshasa, une mégalopole de plus de 10 millions d ‘habitants mais avec très peu d’infrastructures d’une ville moderne, je me suis toujours considérer comme une rescapée.

Les réalités de Kinshasa

Puisque plus de 60% de la population de Kinshasa a moins de 30 ans, je ne comprends pas comment on espère de nous de grandir dans la promiscuité d’une telle ville, sans avoir les informations qu’il faut sur sa sexualité et s’assurer qu’on n’attrape pas des infections sexuellement transmissibles, qu’on arrive vierge au mariage et pire encore que ce soit notre époux qui nous apprenne les bases de notre vie sexuelle.
Kinshasa est une ville où tout ce qui a de bon et de mauvais se rencontre. Malgré le fait que, virtuellement, notre culture nous considère que les jeunes filles et garçons doivent être chastes, on peut y parler, on peut y entendre et voir des couples d’adolescents comme dans la plupart des villes du monde entier. Ces jeunes comme moi il y a une dizaines d’années, y ont régulièrement des relations sexuelles consenties. Mais les violences sexuelles que ce soit l’inceste qui est commis dans le secret d ‘une famille et que tout le monde s’efforce soit d‘ignorer soit de couvrir ou encore le viol aujourd’hui décrié, grâce aux nouvelles qui nous arrivent des zones minés par les conflits armés, y est monnaie courante.
Alors que tout le monde a plus ou moins une idée de la fameuse période rouge ou l’on peut tomber enceinte (on divise son cycle par deux, on laisse trois jours de chaque côté avant et après le jour fatidique de l’ovulation pour être sur), on en sait en réalité pas beaucoup plus que ça. Est-ce que les informations qu’on se passe en chuchotant correspondent à la réalité de toutes les filles, est-ce qu’elles ont toutes le loisir de ne pas avoir de relations sexuelles durant ces fameux 7 jours ?

A qui s’adresser pour trouver la bonne information.

Personne ne peut nous aider à y voir plus claire. Ni les parents qui considèrent que les questions est tabous, ni les grand-mères qui ont été depuis longtemps converties par les églises ou la modernité, de ne plus assurer comme le veut la tradition notre éducation s sexuelle, ni l’école ou on se résume à nous apprendre les noms des parties de notre corps ;
Il y a depuis quelques années quelques centres de jeunes. 4 pour la ville de Kinshasa avec ses millions des jeunes. De plus en plus, des polycliniques ouvrent ce qu’ils appellent des coins des jeunes. Des simples salles, parfois équipés d’une télé, parfois de quelques dépliants sur comment éviter les grossesses. Et un prestataire qui peut se rendre disponible en cas de besoin pour plus de détails que celles des films et pamphlets mais les jeunes n’y vont pas en masse.
Et la suit, ce qu’il résulte de ces relations sexuelles des adolescentes, des grossesses. Et comme quand on est encore à l’école, pris en charge par des adultes ou sans ressources propres, on ne couche pas pour avoir un bébé.
C’est ainsi que beaucoup de filles, comparant le risque de se faire chasser de la maison, de ne plus avoir le soutien scolaire pour poursuivre ses études ou d’être la honte de la famille, avec le risque de tomber sr un charlatan, qui ne connait pas l’âge de votre grossesse, qui utilisent des instruments non stérilisés ou interdits, dans des conditions hygiéniques qui laissent à désirer, préfèrent malgré tout cette deuxième solution. Elles recourent à l’avortement. Or l’interruption volontaire de grossesse est internet en RDC, Pr une loi qui date de 1952, a l’époque ou le pays était encore sous le joug colonial. Et malgré que le pays ait ratifié le protocole de Maputo qui donne accès à l’avortement en cas de viol, inceste, agression sexuelle, santé mentale t lorsque la grossesse n’est pas viable ou met en danger la santé de la mère, le gouvernement n’a pas encore fait le nécessaire pour que cela soit une réalité pour tous.

« je commence et ils vont terminer » ?legaliser avortementlegaliser avortement

Tous les avortements qui sont fait en RDC, le sont donc clandestinement. Parfois les filles s’administrent elles –mêmes les doses de Cytotec, un médicament anti-ulcère détourné pour la présence du misoprostol dans ces composantes ou s’arrangent avec un prestataire de santé qui lui a le droit de se procurer le misoprostol vendu en pharmacie, puisqu’il est utilisé comme tonifiant vaginale en post-partum et donc fait partie de la liste des médicaments essentiels.
Bien sûr, lorsque ces procédés approximatifs ne marchent pas, il faut pouvoir rattraper le coup pour sauver une vie. C’est ainsi que les soins après avortement, considérer comme une stratégie d’assistance à personne en danger est enseignés et rendues disponibles dans les centres de santé qui accueillent les services adaptés aux jeunes.
Face au silence des décideurs, à leur manque d’empressement à changer la loi, c’est comme si on se mettait des œillères. On sait que les filles ont des relations sexuelles, mais on n’organise pas de services d’éducation sexuelle complète, si pas très peu, on ne prévoit pas de contraception si ce n’est des préservatifs pour les jeunes. On n’organise pas de services d’avortements sécurisés, mais on s’attend à ce que ces mêmes personnes viennent pour des soins après avortements.
Alors voilà pourquoi à Kinshasa, les filles se disent : « je commence et ils vont terminer » ?

SI jeunesse savait (SJS) est heureuse d’annoncer qu’elle a été élue au 1er secrétariat exécutif de la coalition de lutte contre les grosses non désirées et les avortements à risques (CGND).
Cette coalition comprend 4 organisations locales (Afia Mama, Si Jeunesse Savait (SJS), le cadre permanent de concertation de la femme congolaise (CAFCO), et l’association pour le bien-être familial-naissances désirables (ABEF-ND) ainsi que quelques organisations internationales apportant leur expertise sur les questions de santé de la reproduction.
La coalition veut contribuer à ce que les décideurs d’une part respectent, protègent et appliquent les droits sexuels et reproductifs de tous ; et d’autre part facilitent l’accès aux soins complets en matière de santé sexuelle et reproductive, y compris l’accès à l’avortement sécurisé afin de réduire le taux de mortalité et morbidité materno-infantile pour le bien-être des femmes et des filles en RDC.

« C’est un honneur pour une organisation des jeunes comme la nôtre et nous avons les responsabilités de mettre fin à l’hémorragie, la cause la pus fréquente qi tuent les filles qui avortent dans les conditions d’hygiène déplorable, aux mains de charlatans véreux qui eur administrent n’importe quel médicament et à n’importe quel dose. C'est une opportunité pour nous d’appeler le chat par son nom, pour permettre aux décideurs de voir la réalité en face. Et de permettre à ce que l’avortement médicalisé soit disponible dans les conditions permises par le protocole de Maputo à savoir l’avortement médicalisé en cas de viol, agression sexuelle, inceste et lorsque la grossesse menace la santé physique ou mentale de la mère » a dit la directrice exécutive de si jeunesse savait (SJS), madame francoise Mukuku.


Sa déclaration est une référence aux nombreux diagnostics d’hémorragies
qui entourent en réalité des avortements clandestins, commencés à la maison, dans des petites chabrettes de charlatans et qui arrivent parfois après complications à l’hôpital.
Si jeunesse savait espère que d’ici 2019, sous la direction de son organisation, la coalition de lutte contre les grosses non désirées et les avortements à risque (CGND) va travailler pour que
• le Protocole de Maputo soit appliqué de manière effective en RDC, notamment en ce qui concerne l’accès à l’avortement sécurisé lorsqu’il y a viol, agression sexuelle, inceste ou lorsque la santé de la mère et de l’enfant est mise en danger.
• en accord avec le code déontologique médical, les mesures d’accès à l’avortement thérapeutique dans les cas spécifiés par le dit code seront allégé
Et soutiendra un environnement social, médical et judiciaire favorable à l’opérationnalité des structures médicales offrant les soins après avortement, au niveau local, provincial et national (technique) et augmenter/améliorer l’appui social/communautaire.

En 2015, le mouvement des femmes congolaises a présenté un projet de loi sur la santé de la reproduction ; ce projet de loi va permettre beaucoup d’avancer notamment celui de dire clairement que la planification familiale est ouverte à tous au Congo, y compris pour les adolescent-e-s et les jeunes, que l’État à le devoir de garantir à toutes les personnes en âge de procréer des services de qualité.
Alors que le parlement l’a renvoyé une fois à la cour suprême pour vérifier sa constitutionnalité, chose qui a été faite et dont la réponse est revenue affirmative.
C’est maintenant au tour du gouvernement de demander à ce qu’elle soit incluse dans a la proposition de loi sur la santé publique.
fille lisant 2017-03-08-MdM-Nicolon-53

Mais pourquoi est-il si important que cette loi soit discuté seule, sans être incluse dans une autre ? Et pourquoi doit-on le faire le plus vite possible ?
Ce recueil d’argumentaires nous donne un début de réponse.fille lisant 2017-03-08-MdM-Nicolon-53

Le Comité Technique Multi sectoriel Permanent pour le repositionnement de la planification familiale en RDC

Mis en place en 2009 par le Ministère de la Santé Publique avec l’appui de ses différents partenaires, ONG nationales et internationales. A la suite de la 2e conférence sur le repositionnement de la PF.

Ce comité sera rejoint plus tard par d’autres Ministères impliqués dans la PF comme le Ministère du Plan et de suivi de la mise en œuvre de la révolution de la modernité ; le Ministère du Genre, de la Famille et de l’Enfant ; le Ministère des Affaires Sociales ainsi que beaucoup d’organisations de la société civile, y compris les confessions religieuses et les associations des jeunes. Ce comité se réunit chaque dernier Jeudi du mois en session, et en session extraordinaire chaque fois qu’une question importante de PF l’exige.

Parmi les réalisations à l’actif de ce comité, on cite la mobilisation de la forte délégation de la RDC qui avait participé à la conférence internationale sur la PF organisée au siège de l’union Africaine à Addis Abeba en Novembre 2013 ; l’élaboration d’un plan stratégique national de PF à vision multisectorielle ; l’élaboration d’une proposition de loi sur la SR/PF en instance d’examen à l’assemblée nationale, et l’organisation technique de la 3ème conférence nationale de PF en cours.

Ce comité est présidé par le Dr Arsène Binanga.

Qui est Arsène Binanga ?

Dr. Arsène Binanga est le coordonnateur national du CTMP. Il est médecin docteur titulaire d'une maîtrise en santé publique de l'Université de Liverpool, directeur du pays pour l'Université de Tulane et directeur des programmes de planification familiale en République démocratique du Congo (RDC).

Mot de clôture du Dr Arsène Binanga à l’atelier sur la santé sexuelle et reproductive des adolescents et jeunes.

 Je voudrai sincèrement féliciter l’initiative d’organiser l’atelier

  1. Qui donne de la matinée et aussi les orientations que nous allons mettre dans le plan stratégique pour accélérer l’atteinte des objectifs
  2. Cet atelier a donné une grande opportunité de discuter des questions des Jeunes et Ado et avoir un contenu à mettre dans le rapport de la revue à mi-parcours

Le souhait

  1. Capitaliser cette activité et partager largement les acquis
  2. Que la DPS nous aide à avoir / inclure les éléments de cet atelier dans le PAO des provinces

Cependant

En conclusion :

Comme le pays a besoin d’accélérer :

  1. A la prochaine réunion de CTMP, le sous-groupe Jeune et Ado sera créé officiellement et une recommandation sera envoyée aux provinces avec CTMP pour faire la même chose : CREER le SOUS GROUPE ADO ET JEUNES
  2. Les recommandations seront incluses dans la revue mi-parcours du plan stratégique comme stratégie, orientation pour accélérer l’atteinte des objectifs 2020.
  3. Enfin nous allons capitaliser les conclusions sorties de cet atelier. Nous allons convoquer une réunion avec les bailleurs et les organisations de mise en œuvre pour partager ces pratiques et encourager leur utilisation.

Dr Arsène Baninga

Dr Arsène Baninga

[easingslider id="652"]

La sexualité des femmes en Afrique est très souvent mal interprétée et incomprise, surtout quand deux femmes sont concernées.

Ainsi la conception du sexe entre femmes est très souvent obscurcie par les représentations machistes que l’on trouve habituellement sous la catégorie «Lesbiennes » des sites pornos. ces films réduisent les relations érotiques entre femmes à des gémissements bidons, des jouets sexuels et des doigts aux ongles longs, irréalistes et franchement inquiétants.

Ce guide traduit de l’anglais se propose  de monter comment se satisfaire sexuellement, sensuellement et surtout, prudemment. Plusieurs trucs et astuces. Depuis l’utilisation des préservatifs pour recouvrir tout objet utilisé lors de la relation sexuelle, en passant par le bricolage des jouets sexuels ou à la discussion sur le consentement sexuel, ce guide en renferme pour tous les goûts.

???

Plusieurs recherches le montrent. La question a été au cœur de la conférence internationale sur le VIH/SIDA qui s’est tenu en Afrique du sud.

Les efforts dans la lutte contre le VIH/SIDA marchent bien. Sauf pour les adolescent-es.

La mortalité des personnes vivant avec le VIH/SIDA a chuté de 42 pour cent. De même que les nouvelles infections. Sauf pour les adolescent-e-s.

Les antirétroviraux, plus performants de jour en jour, les programmes de lutte contre la transmission de la mère à l’enfant sont plus efficaces.  Sauf pour les adolescents qui forment la majorité des nouvelles infections et meurent avant que l’on ne sache qu’il s’agit en fait du SIDA.

En 2017, on ne nait plus avec le VIH. Et on vit mieux, sans développer la maladie (qui est le SIDA) quand on a le virus du VIH dans le sang ; grâce aux tests qui se démocratisent et vont vers la population ;  grâce à un accès aux soins qu’on s’efforce de rendre plus facile et le moins cher possible, grâce à la mise sous traitement, dès le dépistage positif. Grace à un réseau de soutien entre personnes également affectées par la maladie qui rend l’acceptation plus facile.

Et même si la stigmatisation, qui est le fait de traiter de façon différente les personnes que l’on sait atteint par le virus, continue de poser problème. Que les personnes vivant avec le VIH/SIDA n’arrivent pas encore à en parler aussi ouvertement que le diabète, les efforts ont payés. Sauf pour les adolescent-es, ses filles et ses garçons qui ont entre 10 et 19 ans.

Quelques raisons pour comprendre le VIH/SIDA chez les ados.

Les adolescent-e-s se trouvent dans une phase transitoire de la vie. La médecine elle-même a du mal à dire si les ados dépendent de la pédiatrie ou de la médecine interne. Est-ce des grands enfants ou des jeunes adultes ?

L’adolescence est aussi l’âge des premières relations sexuelles pour la très grande majorité des congolais. La très sérieuse étude démographique et de santé de 2014, atteste que les premières relations sexuelles en RD Congo surviennent autour de l’âge de 15 ans.

Les méthodes préventives du VIH/SIDA (abstinence, bonne fidélité, condoms et dépistage) ne semblent pas adaptées pour les ados. La preuve, très peu d’entre eux ont utilisé le préservatif lors de leurs premiers rapports sexuels.

On peut changer la situation des adolescent-e-s

Il y a pourtant de l’espoir. Quelques modifications peuvent changer cette fatalité et garantir un Congo ou la relevé reste en bonne santé pour son développement

Si comme moi vous vous êtes posez la question, est-ce que cela changera quelque chose, je vous réponds, oui. Tout le prouve. Ce sera ça ou rien

En janvier 2017, cela faisait une année que l’union africaine a lancé la campagne pour la dépénalisation de l’avortement. Vous ne le saviez pas. Moi non plus.

L’idée est partie du fait que le protocole des droits des femmes ( à la charte africaine des droits de l’homme et des peuples) aussi connu en tant que protocole de Maputo, du nom de la capitale mozambicaine ou il a été signé, a déjà prévu que l’avortement soit rendu disponible en cas de viol, d’inceste et lorsque la grossesse menace la vie de la mère.

Ce protocole, véritable bible sur les droits des femmes africaines, source d’une modernité que nous envient même certaines pays européens tels que la Pologne, est au-dessus de la loi congolaise. Ratification du protocole de Maputo par la RD Congo C’est depuis 2006 que la RD Congo a ratifié le protocole de Maputo. Elle est donc au-dessus de la loi congolaise et donc applicable dès que publier au journal officiel (cela fait 11 ans qu’on attend que cette institution la sorte de ses imprimeries). Si la RD Congo l’a ratifié sans réserve aucune et que les questions de parité politique, d’égalité des femmes et des hommes dans le mariage et l’héritage est déjà choses faites, cela n’a pas été les cas pour d’autres pays africains.

Réserve liée à l’âge du mariage et l’héritage

La plupart des pays africains l’ont ratifié. Pour ceux qui ne l’ont pas fait, les réserves portent très souvent sur 2 choses :

• L’âge du mariage : des pays comme la Mauritanie qui ont une tradition (rétrograde) de marier les enfants à partir de très jeune Age (entre 12 et 14ans) ont posé une réserve quant à criminaliser le mariage avant 18 ans

• L’égalité devant l’héritage : sujet qui soulevé toutes les passions, l’héritage est dans la plupart des pays, une affaire d’hommes. la femme qui est considérée comme une perte pour sa famille et un enrichissement pour sa belle-famille ne devrait pas hériter au risque d’emporter avec elle la richesse de sa famille d’origine.

Combien de temps pour faire accepter l’égalité

Si nous comprenons tous pourquoi il faut avancer ces coutumes et traditions d’un autre âge, pour permettre aux filles d’aller à l’école, de devenir plus autonome et de gagner la chance de prendre des décisions éclairées, ces pays ont pensé qu’il faudrait du temps pour faire accepter cela à tous, la question reste combien de temps.

C’est le cas des avortements. Sujet tabou dans une Afrique perdue entre colonialisme et besoin de développement. Les avortements ont toujours existé en Afrique.

Chaque culture témoigne encore des plantes médicinales locales pouvant être utilisé pour cela. Aujourd’hui, en 2017, les femmes et les filles africaines avortent pour des raisons diverses. Beaucoup en meurent. Puisque les avortements clandestins sont organisés dans des conditions d’hygiène et d’asepsie plutôt déplorables.

Les lois qui l’interdisent depuis plus de 100 ans en RDC n’ont pas arrêté qu’elles se pratiquent malgré tout. Le permettre dans des conditions sécurisées, par de professionnels et pour les cas bien précis de viol, d’inceste et de menaces à la vie de la mère est ce que les 54 pays africains se sont engagés à faire.

Certains pays l’ont fait : l’Éthiopie a dépénalisé l’avortement. Il y a moins de mort de femmes et des filles. Le Ghana depuis 1981. Je peux en citer au moins 10 de mémoire. Nous attendons de voir concrètement ce que cela donnera au Congo.

L’union africaine est en marche. Plusieurs organisations de femmes, jeunes, médecins, journalistes etc. se mobilisent. La deuxième année de la campagne pour la dépénalisation de l’avortement en Afrique a commencé. Espérons qu’on l’entendra plus que la précédente.

[easingslider id="606"]

Le 25 novembre de chaque année, le monde célèbre la journée mondiale de lutte contre les violences faites aux femmes dont la convention sur l’élimination de toutes les formes de discriminations à l'égard des femmes.(CEDEF en sigle.)

Ce jour marque également le début des 16 jours d'activisme contre les violences faites aux femmes du 25 novembre au 10 décembre de chaque année.

les 16 jours d'activisme, une campagne mondiale permet de réfléchir également sur les interactions entre les différentes causes célébrées durant cette quinzaine +1 avec les violences faites aux femmes, tels que le VIH sida, le 1 décembre, journée mondiale de lutte contre le VIH/SIDA, les violences faites aux défenseures des droits des femmes ( le 29 novembre), journée internationale des personnes vivant avec handicap ou encore les droits humains le 10 décembre.

Si Jeunesse Savait (SJS) a participé à plusieurs évènements pour lancer cette campagne notamment la journée porte ouverte organisée à Kinshasa, par son partenaire Pépinière qui travaille à l'autonomisation économique des adolescentes et jeunes filles de Kinshasa, l'atelier d'un jour sur l'empowerment des femmes dans le contexte des violences sexuelles organisé à Bruxelles par le monde selon les femmes (MSLF) parmi tant d'autres.

Dans sa riposte contre le VIH/Sida, la République Démocratique du Congo n’a pas oublié d’associer l’environnement juridique aux efforts matériels et humains en vue de venir à bout de cette épidémie. C’est ainsi qu’elle s'est doté, en interne, d’un instrument juridique particulier, à savoir la loi n° 08/011 du 14 juillet 2008 portant protection des droits des personnes vivant avec le VIH/SIDA et les personnes affectées.

L’objectif mondial 90 – 90 – 90, une cible ambitieuse de traitement pour aider à mettre fin à l’épidémie du sida, veut à ce qu’à l’horizon 2020 :

Pour y arriver, la RDC devrait lever les différentes barrières, dont la barrière juridique liée au dépistage et à l’annonce du résultat du test VIH pour une meilleure prévention et prise en charge du VIH/SIDA.

Selon l’EDS 2014, plus de 83% de jeunes de 15-24 ans n’ont jamais effectué le test VIH et 55% de nouvelles infections sont survenues dans une population relativement jeune et active de 15 à 29 ans (NCU VIH/TB p.9).

La loi actuelle exige, tant pour le dépistage du mineur que pour l’annonce des résultats du dépistage au mineur, le consentement des parents ou du tuteur.

Or, en pratique, le non-accès du mineur au dépistage sans le consentement des parents/tuteur retarde bien souvent la connaissance de la sérologie et la prise en charge médicale, soit que l’enfant ne souhaite pas informer les parents/tuteur de sa démarche, soit que les parents/tuteur refusent le dépistage de l’enfant, soit encore que l’enfant n’ait pas la possibilité d’obtenir cette autorisation à défaut de représentant légal…

De même, le non-accès du mineur aux résultats du dépistage sans le consentement des parents/tuteur pose régulièrement des difficultés dans la prise en charge médicale du mineur, en particulier en empêchant l’adhérence du mineur à son traitement médical lorsque les parents/tuteur refusent que son statut sérologique lui soit communiqué.

Cette exigence de consentement des parents ou du tuteur pour le dépistage du mineur et pour l’annonce des résultats du dépistage au mineur met dès lors à mal la réalisation des objectifs poursuivis par la loi n° 08/011 du 14 juillet 2008 portant protection des droits des personnes vivant avec le VIH/SIDA et les personnes affectées, à savoir la lutte contre la pandémie du VIH/SIDA, l’amélioration de la jouissance du droit à la santé pour tous et la lutte contre toutes stigmatisations et discriminations des personnes vivant avec le VIH/SIDA et des personnes affectées.

Elle met également à mal la conformité de cette loi à plusieurs conventions internationales ratifiées par la République Démocratique du Congo, en particulier, la Charte Africaine des Droits et du Bien-être de l’Enfant, qui prévoit :

L’exigence du consentement des parents porte également atteinte au respect de la loi 09/001 du 10 janvier 2009 portant protection de l’enfant :

Il y a dès lors lieu de modifier les articles 37 et 39 de la loi.

Dans le cadre de la modification de l’article 39 relatif à l’annonce, il y a en outre lieu de tenir compte de la nécessité d’utiliser les moyens de communication les plus appropriés à l’âge et aux facultés de compréhension du mineur, en vue d’obtenir une meilleure adhérence du mineur à son traitement.

Par ailleurs, il est établi de tout temps que la stigmatisation et la discrimination ont largement aggravé les répercussions négatives de l’épidémie en ce que les personnes concernées sont alors maintenues à l’écart des services liés au VIH.

 

C’est ainsi que les Directives internationales sur le VIH /Sida et les droits humains, auxquelles notre pays a souscrit, recommandent vivement d’éviter l’aggravation de la stigmatisation notamment par l’adoption des lois pénales spécifiques, car cela peut conduire certaines personnes séropositives à ne pas s’afficher publiquement comme vivant avec le VIH et constituer un grand frein à la prévention et au traitement.

C’est malheureusement le cas des articles 41 et 45 de la loi susvisée qui vouent aux sanctions pénales sévères les personnes que la même loi a pourtant vocation de protéger.

L’article 41 punit le refus d’informer « aussitôt » son conjoint et ses partenaires sexuels de son statut sérologique au VIH.

A la rigueur, s’il faut réprimer le fait d’exposer autrui au VIH, c’est dans le code pénal ordinaire qu’il convient de le dire car là seront englobées toutes les infections sexuellement transmissibles incurables, y compris le VIH.

Le délai à fixer pour divulguer son état sérologique ne doit pas être trop contraignant comme l’exprime le terme « aussitôt ».

La personne infectée a besoin de plus de temps et d’un environnement plus propice pour dévoiler son secret à son conjoint ou ses partenaires sexuels.

L’expression « délai raisonnable », utilisée dans la loi type de la SADC, paraît répondre mieux au besoin de préparer le meilleur moment pour faire la déclaration sans contrainte, étant entendu qu’il faudra recourir aux services de prise en charge pour obtenir tout l’appui psychosocial nécessaire, soutenir et aider la personne infectée à en faire l’annonce à son conjoint ou ses partenaires sexuels.

Cependant, il serait abusif pour la personne infectée de continuer les rapports sexuels à risque ou entreprendre d’autres sans faire part au conjoint ou partenaire de son statut sérologique. C’est pourquoi l’information devra intervenir avant tout nouveau rapport sexuel.

Ainsi donc, la modification de cette disposition consiste en la suppression de la phrase « Sous peine de tomber sous le coup des dispositions de l’article 45 de la présente loi » et au remplacement du mot « aussitôt » par le bout de phrase « dans un délai raisonnable mais avant tout nouveau rapport sexuel ».

Quant à l’article 45, son abrogation pure et simple s’impose car, outre le fait qu’il est en discordance avec les Directives internationales sur le VIH/Sida et les droits humains, il engendre inutilement la stigmatisation dès lors que la transmission volontaire du VIH est punie par le code pénal ordinaire à son article 174i de même que par la loi portant protection de l’enfant à son article 177.

Si vous êtes au Congo, connaissez-vous ? Avez-vous déjà entendu parler d’une fille morte à la suite d’un avortement ? Si comme moi, votre réponse est oui à cette question, sachez qu’aujourd’hui, dans le monde entier, nous réfléchissons sur ce problème qui, selon une étude de Guttmacher, prend la vie de près de 50.000 femmes dans le monde. Ces filles et femmes meurent chaque année de complications liées à un avortement à risque. Ceci contribue à 13% de la mortalité maternelle.  En plus de cela, 8 millions des femmes dont 86% dans les pays sous-développés sont soignées annuellement pour les complications liées à l’avortement à risque.

285 millions de femmes qui souhaiteraient éviter ou repousser une grossesse n’ont pas accès aux méthodes de contraception moderne.

À Kinshasa, près d’une grossesse sur deux n’est pas désirée et dans le pays, une fille sur quatre est enceinte pour la première fois avant l’âge de 19 ans. Or l’accès à la contraception est illégal pour les mineures comme pour toutes les femmes en âge de procréer et l’avortement n’est autorisé qu’à des fins thérapeutiques. Même dans ces cas l’accès effectif est difficile.

Pourquoi à ton recours à un avortement à risque ?

Les adolescentes et jeunes (10 à 24 ans) contribuent de façon significative à ces statistiques car ils sont  confrontés à de multiples problèmes de santé sexuelle et reproductive.

Des rapports révèlent que 27.2% d’entre eux ont déjà commencé leur vie procréative. Ces jeunes femmes âgées de 15-19 ans constituent un groupe à risque car la fécondité précoce a souvent des effets négatifs sur la santé des enfants et des mères jeunes.

Concernant les violences sexuelles, ces mêmes études indiquent que 71 % de toutes les femmes en RDC ont connu une certaine forme de violence par un partenaire et les adolescentes en sont des principales victimes.

Or nous savons qu’aujourd’hui les conséquences liées aux violences sexuelles, notamment les grossesses non désirées se soldant pour la plupart des cas par des avortements à risque.

Le faible pouvoir économique de la femme, son manque d’autonomisation, les barrières socio-culturelles, les lois restrictives empêchant la femme et particulièrement la jeune fille à s’épanouir, l’accès limité aux services de santé de la reproduction,…sont autant des facteurs qui favorisent l’accroissement de ces avortements.

 

Le protocole de Maputo

Face à ces défis, la RDC a ratifié le protocole de Maputo qui en son article 14, alinéa (2) la partie (c),  autorise l’avortement dans des situations particulières s’il est pratiqué médicalement en vue de protéger les droits reproductifs de la femme particulièrement, lorsque la grossesse met en danger la santé mentale et physique de la mère ou la vie de la mère ou du fœtus ou en cas d’agression sexuelle, de viol, d’inceste sur avis médical confirmé par une contre-expertise.

À ce jour, malgré les différents débats, études et propositions d’instruments juridiques sur la protection sociale enregistrés dans le pays, la RDC ne dispose d’aucune mesure ou instrument juridique en faveur de l’avortement médicalisé, même en cas d’agression sexuelle, de viol ou d’inceste. Par ailleurs, le code pénal sanctionne strictement toute pratique d’avortement en ses articles 166 et 167.

Selon un article de la Radio Okapi, publié sur son site www.radiookapi.net, le 14 avril 2014, le vice-premier Ministre et ministre de l’intérieur de la RDC est allé jusqu’ à penser qu’il faudrait préconiser la dépénalisation de l’avortement pour faire reculer le phénomène des bébés abandonnés.

L’accès à la contraception est aussi criminalisé par la loi bien que cette dernière soit  implicitement admise dans la pratique par l’existence d'un Programme national  de santé de la reproduction et d’un programme national de santé des adolescents.

Nous attendons avec beaucoup d’espoir que la proposition de loi de la santé de la reproduction (Loi SR) soit approuvée afin de corriger cette contradiction.

Au regard de ce tableau sombre et considérant l’importance des  adolescents et jeunes  qui représentent 32.8% de la population totale, il s’avère nécessaire qu’une attention particulière soit accordée.

C’est dans ce cadre et sous le haut patronage de son excellence Madame la ministre nationale de la femme, famille et enfant que les organisations de la société civile tels que l’association pour le bien-être familial (ABEF), Si jeunesse Savait (SJS), le cadre permanent de concertation de la femme congolaise (CAFCO), en collaboration avec le programme national sur la santé des adolescent-e-s et jeunes (PNSA), Programme spécialisé du Ministère de la Santé, la cellule technique du ministère de la femme, famille et enfants  et les facultés de Médecine et des sciences sociales de l’Université de Kinshasa( UNIKIN) ont organisé une conférence-débat et une série d’activités commémoratives autour de la journée du 28 septembre.

Ces initiatives abordent aujourd’hui la problématique des grossesses non désirées et des avortements, discuter sur les stratégies et identifier les initiatives pour répondre de manière appropriée à ces questions qui préoccupent notre société.

 

 

 

 

Dans le cadre d'une recherche qu'elle mène sur la qualité des services de planification familiale à Kinshasa, Si Jeunesse Savait (SJS) a organisé en février 2016, un atelier méthodologique avec quelques expert-es ainsi que les acteurs/trices clés de la planification familiale de Kinshasa, en RDCongo.

Le rapport de ces échanges intergénérationnels qui contribuent à la connaissance d'un des domaines les plus importants qui permettraient de donner plus de pouvoir aux femmes et filles est disponible en cliquant sur ce lien.

cette recherche qui porte sur la population en général fera également le point sur les barrières à un meilleure accès des jeunes ayant entre 15 et 24 ans dans les programmes de planification familiale à Kinshasa

Dans le contexte des des droits et de la santé sexuels et reproductifs (DSSR), le thème du plaisir reste un immense tabou.

Les personnes qui, dans le monde entier, comme Si Jeunesse Savait en RDC,  travaillent dans ce domaine peinent pourtant à transmettre aux jeunes un certain nombre d’informations vitales pour leur santé et leurs droits sexuels et reproductifs. Serait-ce parce que nous ne parvenons pas à prendre en considération les motivations et les désirs de ceux et celles que nous tentons d’atteindre ?

En privilégiant les solutions techniques, les prestations de services, les solutions de grande envergure, les dangers des pratiques sexuelles à risque, nous tentons de nous faire entendre par notre « clientèle » potentielle en usant d’un langage et de méthodes qui l’excluent.

Cela signifie-t-il que les personnes qui vivent dans certaines sociétés ne s’intéressent absolument pas aux sensations que procure le sexe ? Ces personnes contractent-elles des MST ou font-elles des enfants sans recourir au sexe ?

Il est évident que ce n’est pas le cas.

C’est la raison pour laquelle Love Matters, l’organisation pour laquelle  travaille l'auteure de l'article, s’évertue à combler ce fossé en parlant véritablement de la part « sexy et mouillée » du sexe. Nous agissons principalement dans l’espace numérique, ce qui nous permet de contourner les sentinelles traditionnelles de l’éducation sexuelle intégrée en combinant les médias, la technologie mobile et des récits convaincants pour atteindre les communautés qui nous visons.

Les organisations de ce type étant physiquement absentes de la vie des personnes que nous ciblons, le défi que nous devons relever consiste à devenir pour elles une ressource qu’elles rechercheront activement et vers laquelle elles retourneront.

Les membres de Love Matters ont compris que le « plaisir » pouvait être un moyen de travailler plus généralement sur les droits et l’éducation sexuelle.

Depuis nos débuts il y a 5 ans, nous avons organisé 50 millions de sessions, nos pages ont été vues 128 millions de fois et nous sommes suivi-e-s par 300 millions de personnes sur les médias sociaux.

Et devinez quoi : une grande partie de ces personnes entrent sur notre site internet par le biais de sujets traitant du plaisir.

En parlant ouvertement du plaisir sur nos plateformes, nous allons bien au-delà du badinage. Nous avons réussi à créer une zone sans tabous dans laquelle il est possible d’apprendre sans crainte d’être jugé-e.

Et quand ce processus se met en place, nous voyons les limites se défaire, et il devient possible d’entamer la discussion sur les comportements à risque.

Cette logique fonctionne au point que nos pages privées sur les réseaux sociaux ont permis à une jeune femme du Caire, sur le point de se marier et préoccupée par le fait qu’elle ait pu perdre sa virginité en se masturbant, de trouver un espace sûr où poser les questions qui l’inquiétaient et même montrer des photographies de son vagin.

Cette logique fonctionne au point qu’un jeune homme indien s’est mis à réfléchir à « toutes les mauvaises choses qu’il avait faites » après avoir lu un article qui expliquait à quel point les attouchements étaient désagréables du point de vue d’une femme. Il a expliqué qu’il avait l’habitude de tripoter les filles et les femmes dès qu’il en avait l’occasion et qu’il « frottait ses parties intimes contre elles dans les trains ou les bus bondés ». Il a déclaré se sentir maintenant coupable et s’est excusé pour son comportement.

Cette logique fonctionne au point qu’une jeune femme kenyane s’est tournée vers nous quand elle a découvert que son partenaire la trompait et qu’elle a dû trouver le courage de vérifier qu’elle n’avait pas été infectée par le VIH. Elle s’est encore tournée vers nous quand les services publics lui ont refusé la possibilité de passer ce test sous prétexte qu’elle n’était pas mariée, mais aussi quand elle a finalement appris qu’elle était porteuse du virus. Elle a décidé de faire connaître sa séropositivité à toute la communauté du forum et utilise désormais notre site kenyan pour inciter les autres à subir le test de dépistage du VIH.

Ce sont là des exemples bien réels.

Ces jeunes personnes vivaient une période décisive de leur vie et avaient besoin d’informations.

Il est par conséquent important de ne pas utiliser un langage qui catalogue, compartimente et juge. Il faut au contraire créer un espace de dialogue et de compréhension des différentes options pour permettre aux gens de prendre des décisions en toute connaissance de cause.

La plupart des gens ne se perçoivent pas comme des auteurs de violences sexuelles ou comme des personnes susceptibles de violer les droits humains. Bien peu se considèrent comme des personnes « à risque ». Personne ne se classe spontanément parmi les « marginalisé-e-s ». Et ceux et celles qui le sont n’entreraient jamais ces termes dans un moteur de recherche.

Quand on parle de sexe et de plaisir sexuel, le langage est un outil puissant, souvent utilisé pour renforcer les stéréotypes négatifs et les déséquilibres de pouvoir.

Dans de nombreuses régions où nous travaillons, il n’existe par exemple aucun mot pour décrire le plaisir féminin, ce qui montre à quel point ce concept est tabou. Le vocabulaire commun élimine purement et simplement la possibilité de parler du plaisir féminin d’une manière positive ou du moins, neutre.

Au moment où Love Matters a lancé son site indien, la langue Hindi courante permettait d’exprimer l’idée de masturbation masculine, mais il n’existait aucun mot pour parler de la masturbation féminine. Nous utilisions un mot pour cela dans les cercles de DSSR, mais nous avons été les premiers-ères à le mentionner dans une discussion en ligne destinée aux jeunes. Nous en avons ainsi normalisé l’usage et l’avons fait connaître à un public plus large.

Nous avons également dû nous assurer que les jeunes femmes égyptiennes puissent avoir accès à une représentation de la vulve avec toutes ses composantes nommées en arabe. Nous voulions qu’elles puissent acquérir une meilleure connaissance de leur corps et qu’elles imprègnent leurs parties génitales de la puissance de leur nom. En Égypte, la plupart des manuels ne montrent pas – et nomment encore moins – les différentes composantes de la vulve. Il est donc habituel que les femmes ne sachent pas où se trouve le clitoris et ne soient pas capable de l’identifier sur une image, ce qui rend d’autant plus difficile tout dialogue sur les conséquences de l’excision ou des mutilations génitales féminines.

Le plaisir n’est pas un sujet à aborder une fois tous les autres problèmes réglés : le fait que les femmes identifient et comprennent leur plaisir ainsi que leur droit au plaisir est indispensable à leur autonomisation.

Le temps est donc venu de dépasser l’aspect instrumental de la DSSR pour les femmes. Parlons des humains et des humaines comme ils et elles sont, dans leur intégralité, dans toute leur beauté vivante, haletante et suante. Parlons de nous comme des personnes et non comme des futur-e-s porteurs-euses de maladies ou comme des mécanismes reproductifs.

Car le fait qu’une femme comprenne son plaisir, s’approprie ce plaisir et le recherche a des conséquences extrêmement importantes. Le rapport que nous entretenons avec notre corps en est bouleversé ainsi que les décisions que nous prenons à son sujet.

Alors maintenant, en avant ! Revendiquez votre droit au plaisir et invoquez le pouvoir du « Ooooooooooh »…

Par Hannah Wallace Bowman de lovematters

[easingslider id="516"]L’année 2014 a été, pour Si Jeunesse Savait (SJS), une année de grandes réalisations.

Par des projets innovants, SJS  a pu renforcer le leadership de ses membres, partenaires, alliées et camarades de lutte dans nos trois axes de travail que sont les droits sexuels et reproductifs (1), les technologies de l’information et de la communication (2), et entrepreneuriat.

Nous avons pu commencer, et cela avec succès, la mise en œuvre notre projet phare connu sous son label PIGA SIMU.

Retenu parmi les 5 projets à financer, au milieu d’une sélection de 300 projets internationaux, PIGA SIMU [i]a reçu le financement du projet ICT4Development de l’Agence suédoise de coopération internationale (SIDA) et cela pour deux ans (2014-2015).

PIGA SIMU qui vise à améliorer la capacité des femmes et des filles à recouvrer la dignité, la valeur de soi, à s’autodéterminer, après avoir subi des violences sexuelles, et s’organiser, en vue de faire un plaidoyer pour une meilleure protection de la part des responsables politiques, nous a demandé deux ans d’efforts pour son élaboration et près de 5 ans de stratégie de levée de fonds pour le voir enfin aboutir.

Sur le plan organisationnel, Si Jeunesse Savait (SJS) a employé 17 personnes dont l’âge moyen est de 25 ans, a travaillé de façon effectif et continue sur trois provinces de la République démocratique du Congo (Kinshasa, Nord kivu et Sud-Kivu), a mis en œuvre 6 projets dont son projet phare connu sous le label PIGA SIMU, a organisé 65 formations et activités au bénéfice de 6621 personnes et a été invité à 22 réunions/échanges/ateliers/conférences.

5 de ces formations/échanges se sont déroulés à l’étranger (Tactical tech boot camp (Allemagne), la célébration de la journée mondiale des droits humains (France), le 20eme anniversaire de l’organisation Le monde selon les femmes (Belgique), le forum africain sur la gouvernance de l’internet (Nigeria), le forum des femmes en marge du sommet de la francophonie (Sénégal)

Nous avons eu le plaisir, au cours de l’année 2014, de commencer à mettre en œuvre notre tout nouveau plan stratégique, adopté en 2013, après un processus qui a duré 4 semaines.

Avec des fonds propres, nous avons mis en place une collaboration avec les principaux groupes LGBT du pays, en ouvrant les activités prévues d’abord pour les minorités sexuelles membres de notre organisation, aux autres membres de la communauté où nous travaillions. Nous avons pu ensuite sécuriser nos premiers financements totalement dédiées aux questions LGBT qui nous ont permis de célébrer pour la première fois à Kinshasa, la journée mondiale de lutte contre l’homophobie et la transphobie (IDAHOT) avec des membres de la communauté LGBTI représentants 5 provinces du pays ( Kinshasa, sud kivu, Nord-Kivu, Bandundu, Bas-Congo).

Nous avons également continuée une belle relation avec le programme pour les droits des femmes de l’association pour les progrès des communications (APC) avec qui nous avons continué à faire des formations sur la sécurité en ligne pour que les femmes et les filles continuent à utiliser les technologies de l’information et de la communication pour s’informer, communiquer, apprendre, se divertir et revendiquer plus d’espaces dans les débats publiques.

Nous avons ensemble participé à une recherche sur les remèdes légaux et les politiques clientèles qui peuvent aider les femmes qui sont victimes de violences perpétrées au moyen de ces mêmes technologies de l’information et de la communication (TIC), nous avons organisé des séances de renforcement des capacités sur le plaidoyer pour faire changer les politiques TIC défavorables aux femmes et pour faire comprendre certaines notions notamment celles de la vie privée qui entre en compte lorsqu’il faut juger des abus commis en ligne.

Au cours de l’année 2014, SJS a pu inviter 3 formateurs internationaux (Zimbabwe, Burundi, Belgique) pour renforcer les capacités de notre personnel.

Nous avons tenu à rajeunir notre staff, en ouvrant des postes spécialement dédiés aux moins de 25 ans et en encourageant les jeunes diplômées des universités de Kinshasa à postuler à des stages dans notre organisation.

Nous avons invité plus de 1576 personnes aux 55 évènements que nous avons organisés pour cette année. Nous avons travaillé avec 319 allies, partenaires et camarades de lutte sur 6 projets dont le montant global est de 258.656 USD

Nous espérons que vous prendriez plaisir à lire ce rapport et que nous pourrions toujours compter sur votre soutien pour la suite de notre lutte.

Le changement n’arrive pas tout seul, nous y contribuions tous.

[i] Veut dire littéralement en swahili, langue parlée à l’Est de la RDC et compris à Kinshasa “appelles à partir de ton téléphone ».

Pour lire le rapport, merci de cliquez sur ce lien.

sida 3

Dans le cadre du rapport global sur le progrès de la réponse au VIH en République démocratique du Congo connu sous son sigle anglais GACPR, les practicien-ne-s et activistes congolais de la lutte contre le VIH se sont retrouvés autour du programme multisectoriel de la lutte contre le SIDA (PNMLS) en janvier 2016.

Si Jeunesse Savait (SJS), partenaire communautaire incontournable de la lutte contre le VIH sur les droits des minorités sexuelles que sont les professionnel-les de sexe ainsi que les gays et bisexuels a participé à cette rencontre qui visait à organiser la collaboration des diverses organismes gouvernementaux, des mouvements sociaux ainsi que des practicien-ne-s pour l’élaboration de la version 2016 dudit rapport ;

Des nouveautés ont été apporté au processus d’élaboration de ce document qui permet de faire un meilleur suivi de ce mécanisme mondial précieux pour s’assurer qu’à défaut d’atteindre les 3 zéros (Zéro nouvelle infection au VIH, Zéro discrimination et Zéro décès lié au Sida) en

) On puisse néanmoins poursuivre l’objectif 90-90-90 (tester 90 % des personnes, mettre sous traitement 90 % des personnes, et réduire la charge virale de 90 % des personnes sous traitement), pour mettre fin au SIDA d’ici 2030.

3 choses sont à retenir dans la nouvelle version que le fonds mondial de la lutte contre le VIH a bien voulu divulgué avant la fameuse version en ligne qui, les années passées, ne pouvaient être parcouru que quelques semaines avant le délai butoir et qui surprenait par le niveau de détails qu’ils demandaient, et mettaient toute la communauté du VIH en émoi.

Voici les 3 choses qui feront une réelle différence dans la vie des minorités sexuelles :

  1. Les prisonniers et transgenres s’ajoutent désormais à la liste des populations-clés   : en effet, durant plusieurs années, les militants de la lutte contre le VIH au plan mondial s’était accordé que les populations clés qui comprennent les gens les plus à risques de contracter le VIH étaient principalement les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes (HSH), des professionnelles de sexe (entendu ici féminin, puisque les professionnels masculins sont déjà compris dans la catégorie des HSH) ainsi que les usagers de drogues injectables. Même si cette liste pouvait nettement varier selon les contextes nationaux. L’inclusion des prisonniers et des transgenres répond donc à une question de plaidoyer et permet de voir l’évolution des mentalités qui permet maintenant de faire la différence dans ce grand fourre-tout qu’était la catégorie HSH. Une personne transgenre ne serait plus juste un homme très efféminé et qui aime parfois s’habiller en fille, mais bien une personne à l’identité individuelle et qui aurait des problèmes singuliers et différents des gays et bisexuels. Les prisonniers à leur tour, HSH occasionnel mais surtout courroie de transmission entre le monde carcéral et l’extérieur sera l’objet d’une attention particulière du moins au Congo. Dans un monde parfait, je rêve qu’il pourra par exemple se faire dépister en toute confidentialité, recevoir des antirétroviraux, une aide alimentaire particulière, des lubrifiants et des préservatifs entre autre.
  1. Le VIH et son rapport avec d’autres maladies opportunistes seront mieux scrutés. En plus de la tuberculose qui était déjà pris en compte, les hépatites ainsi que les infections sexuellement transmissibles feront l’objet d’une attention particulière dans ce rapport. Des études effectuées en RD Congo montrent que ces deux dernières sont les maladies les plus répandues au sein des populations clés.
  2. La charge virale des personnes vivant avec le VIH devra être systématiquement contrôlé et refréné dans le rapport ainsi que les décès liés au VIH.

Une avancée très importante et qui aboutira nous l’espérons sur une pression forte pour mettre toutes les personnes vivant avec le VIH sous antirétroviraux sans attendre le seuil de charge virale qui nécessite un soutien d’urgence.

 Si ce rapport permet de voir les progrès, les défis et les faiblesses d’un système ambitieux, espérons qu’il ressortira mieux les besoins des populations clés pour qu’une réponse plus adéquate puise être apportée à ces communautés qui d’après les chiffres généralement circulé en RD Congo ont une prévalence au VIH de 15 fois plus élevé que la population générale.

Dans le monde,  plusieurs pensent encore que le mot « esclavage », renvoi à des personnes achetées, vendues, transportées d'un continent à l'autre, et au fait que l'esclavage a été aboli au début du XIXème siècle. Même quand nous ne savons rien de la traite des esclaves, nous considérons qu'elle appartient à une époque révolue. Pourtant c’est une fausse affirmation.

Nous vivons actuellement une époque de haut-esclavagisme. Aujourd'hui le nombre d'êtres humains qui vivent dans les conditions d'esclavage dépasse de beaucoup les esclaves des siècles passés.Les formes d'esclavage sont multiples et elles varient avec l'époque, la culture et le système économique.

Bien qu'il a été aboli depuis longtemps, il existe encore aujourd’hui, au 21ème siècle. Nous pouvons retrouver l'esclavage dans:

 enfant au travail 2

Le mariage précoce ou forcé qui renvoie à des femmes ou des jeunes filles mariées sans leur consentement, et forcées à vivre en état de servitude, faisant souvent l'objet de sévices corporels, ou lorsqu’une femme peut être donné en héritage à une tierce personne à la mort de son mari.

L’esclavage  traditionnel, une forme d’esclavage ou on trouve les enfants nés des  esclaves, qui à leurs tour subissent les mêmes sorts  que leurs parents.

Le servage pour dette : cette forme d’esclavage existe depuis longtemps et augmente en pourcentage selon les pays et dont la principale cause est la pauvreté. Dans le monde, cette pratique touche au moins 20 millions de personnes dans le monde.  Ces personnes deviennent victimes, Par exemple, lorsqu’elles n’ont pas d'argent pour acheter un médicament à leur enfant malade, et qu'elles doivent donc en emprunter, quelquefois convaincues par de fausses promesses. Le pire dans cette forme d’esclavage est que : lorsqu’une personne emprunte en échange d’un travail, le salaire est tellement-bas et le taux d’intérêt est très élevé que le remboursement devient impossible. Pour le rembourser, elles seront contraintes à travailler de longues journées, sept jours par semaine, 365 jours par an. En guise de « rémunération », elles reçoivent gîte et couvert, mais quelquefois n'arrivent jamais à éponger leur dette, qui peut alors être transmise aux générations suivantes. Cette pratique se vit à la plus part de cas  dans nos villages  ou des coins reculés de la ville, voir aussi dans le centre-ville. En Europe de l'Est par exemple, des femmes sont forcées de se prostituer ; en Afrique de l'Ouest, des enfants font l'objet de trafic entre différents pays ; au Brésil, des hommes sont contraints à travailler comme esclaves dans les grands domaines. L'esclavage d'aujourd'hui a de multiples visages et ses victimes sont très diverses, par leur âge, leur sexe ou leur origine ethnique.

L'exploitation sexuelle des enfants à des fins commerciales : Les enfants font l'objet d'une exploitation commerciale dans le cadre de prostitution, de trafic, de pornographie. Fréquemment, ils sont enlevés, achetés, forcés à se prostituer.

Parlant de l’esclavage domestique il y a besoin de souligner que les  salariés  ne sont pas protégés par la législation en rapport avec le salaire minimum surtout les femmes et les enfants voir aussi les immigrés. Un fléau qui date de longtemps. La situation sur le travail des enfants dans le monde et en RDC en particulier, est un point sur le quelle aucun de nous ne devraient rester indifférent. A Kinshasa par exemple,  le système KUZU (peut se traduire littéralement en français « cachette »), le jeu de TUNNEL (équivalent de kuzu), les maisons d’un quartier PAKADJUMA à Kinshasa, les enfants qui vendent de l’eau sur la tête dans toute la capitale qui sont appelés père et mère  ou enfants responsable par le fait que ce sont eux qui nourrissent  leur famille, etc. sont les quelques détails qui sautes aux yeux et dont le gouvernement congolais devrait en tenir compte. Ces faits banales en premier lieu, tourne vite à l’esclavagisme sexuelle de ces filles par les trafiquants ou par les agences de proxénétismes qui profitent de la situation et tirer bénéfice en les exploitant sexuellement.

« Dans un système économique mondial dominé par le profit, se sont développées de nouvelles formes d’esclavage, d’une certaine façon pires et plus inhumaines que celles connues par le passé », déclare le pape François qui exhorte à « les dénoncer et les combattre ».

Connaissant bien que ce problème existe, les dirigeants congolais et de partout doivent en tenir compte et considérer l’esclavage comme une preuve indéniable de ce qui peut se produire si on laisse triompher l’intolérance, l’impunité et la cupidité. Voilà pourquoi nous devons «  encourager toutes les victimes de l’esclavage et faire en sorte que cette pratique sous toutes ses formes soit éradiquée »; exhortes Ban Ki-moon, parlant de la situation des esclaves.

La République Démocratique du Congo à adhéré à la Convention supplémentaire relative à l'abolition de l'esclavage, de la traite des esclaves et des institutions et pratiques analogues à l'esclavage de l’ONU en 1975, soit 18 ans après  son entré en vigueur. D'où, le besoin de se dire que les nouvelles formes d’esclavages ne sont pas à tolérer.

L’esclavage est bien réel, à nous de lutter pour aider les victimes. et comme le dit si bien l'ONU dans son message, C'est à nous tous qu'il incombe de remédier aux causes profondes de l'esclavage, d'aider et de protéger ses victimes et de veiller à punir ceux qui perpétuent cette pratique.  

 

 

DSC03683A l’occasion de la journée internationale pour la dépénalisation de l’avortement célébré chaque 28 septembre, le Programme National de Santé de l’Adolescent (PNSA) en collaboration avec  PATHFINDER INTERNATIONAL, a organisé le jeudi  01 octobre 2015 à Kinshasa, une journée de réflexion  sur les grossesses non désirées chez les adolescent-e-s et les jeunes en RDC.

Susciter un élan d’idées en vue de créer un environnement favorable et qui soutient l’offre globale des services de santé sexuelle et de la reproduction aux femmes et jeunes filles en RDC tel était l’objectif  visé par les organisateurs de cette journée, en présentant les rapports des deux études récentes réalisées respectivement  par Médecins du Monde (MDM) et le programme national de la santé des adolescents (PNSA) et PATHFINDER INTERNATIONALsur la question de la santé sexuelle et reproductive des adolescent-e-s .

Contexte du pays sur la santé sexuel et reproductif

En République Démocratique du Congo, les adolescents et jeunes sont confrontés à des multiples problèmes de santé, plus particulièrement ceux de la santé sexuelle et reproductive. D’après le facilitateur de cette journée,le docteur Franck Akamba de Pathfinder,  un rapport publié en  2013-2014 réalisé par une organisation internationale , démontre que 27.2% des adolescents ont déjà leur vie procréative alors que ces jeunes femmes âgées de 15-19 ans constituent un groupe à risque en matière de fécondité étant donné que la fécondité précoce a souvent des effets négatifs sur la santé des enfants et des mères jeunes . Parmi ces problèmes figurent : maternité précoce (27%), des IST  (Infection Sexuellement Transmissible) et symptômes déclarés d’IST (19,3% chez les files) et 11.6% chez les garçons ; les avortements non sécurisés ; les violences sexuelles et celles basées sur le genre (16 ; 4%), les pratiques traditionnelles néfastes (le mariage précoce et autres formes), etc.

Parlant de la question des violences sexuelles et celles basées sur le genre ; le même rapport dit - il, indique que 71% de toutes les femmes en RDC ont connu une certaine forme de violence par un partenaire et les adolescents en sont des principales victimes avec la cohorte des conséquences, comme les grossesses non désirées se soldant pour la plupart des cas par des avortements provoqués dans des conditions très dangereuses. On estime à 14% le pourcentage d’avortements pratiqués chaque année chez les adolescentes dans des conditions dangereuses. 30% d’adolescentes et jeunes ont déjà fait un avortement, Une adolescente sur 6 (16,2%) a déjà fait un avortement provoqué.

Etat de loi en matière de droit et la santé sexuel et reproductif

DSC03680En RDC, d’une part le code pénal criminalise l’avortement sous toutes ses formes y compris les grossesses issues des situations particulières comme le viol et l’inceste. La jouissance des droits en matière de santé sexuelle et de la reproduction est limitée uniquement au contrôle des naissances réduisant ainsi la prise de décision, le pouvoir économique, l’accès libre à la contraception, la qualité limitée des services de santé et favorisant les expériences de violence sexuelle et sexiste des jeunes femmes (SGBV) et les normes sociales qui stigmatisent les survivants de violence sexuelle et sexiste ;

D’autres parts, le pays a ratifié le protocole de Maputo qui en son article 14 autorise l’avortement dans des situations particulières s’il est pratiqué médicalement en vue de protéger les droits reproductifs de la femme particulièrement, lorsque la grossesse met en danger la santé mentale et physique de la mère ou la vie de la mère ou du fœtus ou en cas d’agression sexuelle, de viol, d’inceste sur avis médical confirmé par une contre-expertise.

Au regard de ce tableau sombre et considérant l’importance de cette tranche d’âge qui représente 32.8% de la population totale, pour l’avenir de la nation, il s’avère nécessaire, martèle maître Pélagie Ebeka, militante des droits des femmes et membre de la CAFCO, qu’une attention particulière soit accordée à la santé des adolescent-e-s, futur-e-s cadres de demain.

Parlant de l’avortement…

Le résulta de l’étude mené par la PNSA et le Pathfinder auprès de 503 jeunes de deux sexes âgés de 15 à 24 ans habitant les zones de santé de Masina1, Matete et Ngiri Ngiri à Kinshasa , avec l’objectif générale de vouloir comprendre les problèmes de Santé Sexuelle et de la Reproduction (SSR) des adolescents et jeunes qui  les empêchent d’exercer leurs droits en matière de santé en général et de SSR, note que toutes filles (interrogées) qui ont déjà eu des rapport sexuels, près d’une fille sur trois (30,2%) a déjà avorté au moins une fois. Il a un peu plus d’une fille sur dix (10,8%) qui pense qu’une fille a le droit d’avorter et près d’un jeune sur dix (8,4%) est pour la légalisation de l’avortement médicalisé. Dans 25,9% des cas, les jeunes sont favorables à l’avortement lorsque les rapports sexuels ont été forcés.

Pratique de l’avortement clandestin et ses méthodes

Pour ce qui est des avortements, il ressort que dans 68% des cas, les filles fréquentent les centres de santé pour avorter et dans 27,4% des cas elles avortent elles mêmes en utilisant les produits suivants : l’acide folique, le cube magique, le tanzol, la quinene, le tangawisi (potion à base des plantes), le décaris ; l’ampicilline, la papavérine, le permanganate, la tétracycline. Dans 15% des cas, elles vont chez les tradi-praticien-ne-s ou chez les charlatans. Tous ceci, souligne Mr Mbadu Muanda, directeur du PNSA en présentant le rapport, montre l’importance de la société de réfléchir sur la question de l’avortement médicalisé, pour éviter à ces jeunes filles de courir les risques qui souvent conduisent à la perte de vie, ou de la maternité chez ses jeunes qui sont l’espoir du pays.

DSC03669

  Les violences sexuelles ne sont pas toujours dénoncées.

Le résulta de l’étude qu’a réalisé le PNSA, Programme spécialisé du Ministère de la Santé, avec l’appui technique et financier de Pathfinder International qui ont organisé cette conférence débat pour mettre sur table la question des grossesses non désirées de viol et inceste chez les adolescents, a permis une compréhension généralisée de la SSR, Santé Sexuel de la Reproduction  des adolescents et jeunes dans les zones de santé du projet. Elle a entre autre montré qu’il existe plusieurs formes de violences sexistes à l’endroit des filles.

Certains jeunes pensent que la femme n’est pas égale à l’homme, n’a pas les mêmes droits que l’homme, ne peut pas proposer un préservatif à l’homme etc. ces attitudes inégalitaires entre hommes et femmes influencent l’utilisation des services de SSR. Les mariages précoces sont une des pratiques traditionnelles nuisibles, qui malheureusement semble bénéficier d’une attitude favorable auprès de près d’un tiers des filles elles-mêmes. Les violences sexuelles ne sont pas toujours dénoncées.

En 2014, un artiste bien connu de la scène kinoise, également bien connu en tant que gay, a été retrouvé mort dans sa maison. Tout portait à croire que la dernière personne à l’avoir vu était un partenaire sexuel.

Le gardien de la maison de l'artiste, interrogé par la  police avait donné le nom de la dernière personne à avoir visité son employeur, et comment son patron lui avait demandé de leur donner un peu de temps seul pour discuter à l’intérieur de la maison.

Ne reconnaissant pas ce nom,  la communauté homosexuelle a commencé à enquêter sur qui pourrait bien être le partenaire sexuel de l’artiste dont personne n'avait entendu parler.

Il s’est avéré que l'homme était marié et père de trois enfants, qu’il voyait l’artiste depuis quelques semaines, et qu'il a rencontré par Internet sur ​​un site de rencontre francophone bien connue appelé  « Planet Romeo ».garcon de passe (3)

Le meurtrier, condamné deux semaine après, se trouve aussi être un tueur en série qui avait été  jugé au Congo Brazzaville, pour le meurtre de deux partenaires d’affaires, ou il avait échappé de prison et trouvé refuge dans sa ville natale de Kinshasa.)

Cela a soulevé, si pas pour la première fois, du moins très publiquement et ouvertement, le risque que court la communauté gaie du Congo lorsqu’ elle fait des rencontres avec des inconnus sur Internet. Ceci a montré clairement le besoin d’une stratégie  pour contourner les risques auxquels elle est confrontée en ligne.

 

La RDC est un pays post- conflit de l’Afrique.

Plus de 50 ans après son indépendance, le pays est en proie à la pauvreté, le chômage, la corruption et les conflits armés, qui se reflètent dans le plus récent rapport sur  l'Indice de développement humain. Selon la classification de l'ONUSIDA, la législation congolaise est dite être "neutre" en général quand il s’agit des questions liée aux lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres (LGBT). Cela veut dire qu'il n’est  ni question de protection ou de prohibition, car il ne punit pas les personnes sur la base de l’orientation sexuelle et de l'identité de genre.

Malgré cela, comme dans de nombreux autres pays africains, les minorités sexuelles sont victimes de toutes sortes des préjugés, la discrimination et la stigmatisation  en RDC.

En outre, les services de sécurité congolais (police, armée et services de renseignement) violent fréquemment les droits des personnes LGBT les plus visibles, comme indiqué dans le rapport alternatif sur les droits sexuels en République démocratique du Congo présenté au Conseil des droits de l'homme en 2013.

 

Avec les élections à venir ou la population se demande si le président va se représenter, malgré le fait que la constitution ne le lui permette pas, les organisations des droits humains dénoncent une répression de la liberté d'expression qui, à la fin de 2014, a touché principalement les services Internet et les SMS. Ces services ont été fermés pendant près de trois semaines, alors même que certaines stations de radio indépendantes ont été interdites d’antenne pour avoir prétendument alimenté la crise liée au processus électoral.

Quelques  politiciens ont également soulevé des préoccupations au sujet de leurs téléphones sur écoute et ont soulignés que certains des services internet ne sont pas revenus à la normale après trois semaines d’arrêt,  craignant le spectre de la surveillance du gouvernement.

La nécessité d'être en sécurité en ligne

La  RDC est classée par l’Association internationale des lesbiennes, gays, bisexuelles, trans et intersexuels (ILGA) parmi les pays qui ne criminalisent l’homosexualité. Les relations sexuelles entre personnes du même sexe ne sont pas explicitement incriminées par le Code pénal congolais. Cependant, l'homosexualité tombe, en vertu des lois dans l'indécence ». Mais, comme la preuve d'un manque de clarté dans le texte sur l’homosexualité, aucune sanction n’est y est associée.

 

Depuis 2010, la RDC a vu plusieurs tentatives de criminaliser les relations de même sexe. Ces nouveaux textes juridiques réclamés pour couvrir les lacunes qui existaient dans le droit pénal, contiennent également des dispositions sur l'interdiction des organisations qui promeuvent les droits des personnes LGBT.

Mais malgré l'absence d'une loi, l'homosexualité est évoquée implicitement dans certains textes juridiques. Par exemple, il se reflète dans la nouvelle loi de protection de l'enfance qui ne permet pas aux homosexuels d'adopter des enfants.

 

La législation en RDC ne traite pas des transgenres en aucune façon.

Cependant, socialement, les relations de même sexe sont considérées comme déviantes, pécheresses et comportement importé de l’Occident. Bien que les communautés LGBT existent, ils vivent dans la clandestinité et ont un profil bas, pour éviter d'attirer inutilement l'attention à la fois de la communauté dont ils font partie et des services de sécurité.

images (20)Les homosexuels Congolais sont aussi victimes de nombreuses formes de violations de leurs droits sans qu’ils ne recours nécessairement a la justice. . Ils sont régulièrement torturés par la police ; les services de sécurité, qui dans le même temps leur extorquent de l’argent. Ils sont également victimes de procès d’indécence, et sont décrits comme des déviants dans les médias congolais, en violation complète de l’éthique journalistique selon le rapport de la « sexual right initiative » sur ​​les droits sexuels en RDC présenté lors du 19ème Examen Périodique Universel  au Conseil des Droits de l’Homme, qui a collectés des témoignages  dans les communautés locales dans le pays

Pendant tout ce temps, en raison de l'anonymat qu'il permet et sa nature transnationale, Internet est devenu un outil puissant pour relier diverses communautés LGBT locales, ainsi que les individus qui ont des relations  de même sexe, mais ne se considèrent pas comme gay.

Facebook et WhatsApp sont appréciés pour leur facilité d’utilisation et, dans le cas de WhatsApp, pour son accès gratuit sur la plupart des réseaux de télécommunications dans le pays.

D'autres plates-formes,  médias sociaux et  applications mobiles sont également utilisés, l'un d’eux, « planetRomeo », un site Web basé en France, dédié  aux rencontres entre homosexuels francophones. Sur plantRomeo, on peut créer un compte et avoir des conversations privées ainsi que  forums de discussion.

 

Gay Malebo force, une communauté en ligne pour les gays d’origine  congolaise, est un autre exemple de la façon dont Internet est utilisé par la communauté locale. Il a d'abord ciblé la communauté gay de la diaspora voulant rester en contact avec leur pays d’origine, jusqu'à ce que les Congolais sur place  aient commencés à l’utiliser.

Gay malebo force a commencé comme une liste de diffusion, mais a grandi dans son utilisation de la technologie. Maintenant, il offre une variété de fonctionnalités sur le site Web, y compris un blog sur les questions gaies à la fois au Congo et dans le monde, une page Facebook privée où les gens peuvent échanger des informations d’intérêt public, ainsi que d'une page plus érotique appelé MIBALI AFRIKA où les membres peuvent se laisser aller à la plupart de leurs fantasmes.

Justice Walu, le fondateur du site a déclaré: «Nous étions préoccupés par la stigmatisation rampante liée à l'homosexualité et nous avons donc pensé qu'Internet était une bonne façon de faire de l'activisme et des rencontres  en toute sécurité. Personnellement,  je ne savais pas qu'il y avait des organisations ou des  groupes de soutien pour des gays et lesbiennes, ainsi que les personnes transgenres. Maintenant que je les connais et participe à certaines de leurs activités, je pense néanmoins que le besoin d’une communauté en ligne subsistent, au moins pour tous ces gens qui sont homosexuels mais ne participeront jamais  à des activités en personne, de peur d'être étiquetés et peut-être perdre tout ce a quoi ils tiennent ».

Selon lui, de plus en plus de gens utilisent Internet, mais ne sont pas conscients des failles de sécurité à leur vie privée ou de l'exposition auxquelles  ils peuvent être confrontés:

"Même moi, je viens de m’inscrire dans un cours sur sécurité en ligne après 10 ans de maintien d'un blog suivi par plus de 20.000 personnes aujourd'hui. Je pensais qu’adopter un pseudonyme était suffisant, mais j’ai compris que cela ne suffisait pas ".

Comme  Justice, Foko, leader d'un groupe de jeunes LGBT tient  une page facebook publique: «Nous sommes plusieurs administrateurs sur la page. Nous vérifions les antécédents des personnes qui nous suivent ou font une demande d’amis, pour que tout le monde soit en sécurité. Si la plupart des personnes qui prennent part à notre page  le parcourt avec leur profil réel,  c’est parce qu'ils nous font confiance, ils nous ont vu en personne et savent qui nous sommes. Mais il arrive qu’il y ait de faux profils ajoutés par les administrateurs qui ne sont pas très prudents sur leurs choix d'amis. Nous ne divulguons jamais cela pour éviter la panique de nos membres ».

 

couple gay femme « Gays de la République démocratique du Congo », un autre groupe facebook gay fermé, est l'une des pages Facebook les plus populaires où les  Congolais gay de la diaspora ainsi que tous ceux qui visitent le pays, peuvent   recourir. Sur la page, les membres  laissent parfois leurs numéros de téléphone pour tous ceux qui voudraient les rencontrer. Une fois un jeune activiste gay a donné l’adresse complète de son domicile pour que les gays et les lesbiennes qui le voudraient viennent participer a sa fête d’anniversaire.

Lorsqu’un membre du groupe lui a conseillé publiquement d’effacer l’adresse, il a semblé  ne pas comprendre pourquoi, disant que de toutes les façons, tout le monde savait déjà qu’il était gay. Cependant,  quelqu’un a fait remarqué que certains de ses amis n’étant pas ouvertement gay et pourraient  ne pas se présenter à un anniversaire annoncé a tous comme fête gaie.

« Notre  lutte n’est pas considérée comme politique ni importante par la communauté ou les services  de sécurité, et la plupart des violations que connaissent les personnes LGBT sont en ligne avec les violations massives des droits auxquelles font face les congolais depuis des décennies. Ce n’est pas un problème jusqu'à ce que cela le devienne » dit Foko.

 

Toutefois, les membres de la communauté homosexuelle ne voient pas qu'il est important d’utiliser des stratégies de sécurité en ligne très strictes. Si Jeunesse Savait, les encourage en organisant des cours de sécurité en ligne spécifiques aux problèmes qu’ils rencontrent dans leurs utilisations des services basées en ligne.

 

Le Réseau Genre et Droits de la Femme « GEDROFE » en sigle a organisé le 28 Mai 2015 au centre carter, a Kinshasa, une rencontre des leaders des structures féminine et de droits de l’homme pour commémorer le 28 mai, la journée Internationale de l’accès de la femme à la santé.

Créée initialement en 1987 par le Costa Rica lors de cinquième Rencontre internationale sur la santé des femmes, la Journée d’action pour la santé des femmes avait pour objectif de  combattre la mortalité et la morbidité maternelles. Elle a ensuite été orientée vers les problèmes d’accès à des services de santé de qualité, accès considéré comme un droit des femmes11377097_898506350239326_2269397710671480292_n

Placée sous le thème de« Quid du cancer du Col  utérin et des seins :   la santé de la reproduction dans le  Protocole à la Charte Africaine des Droits de l’homme et des peuples relatifs aux droits de la femme (article 14), face à la justice congolaise », cette rencontre organisée par GEDROF avait pour but de permettre aux participant-e-s d’avoir une idée un peu approfondi sur la prévention de la santé sexuelle de la femme et de  faire un point sur les lois inscrites dans le protocole  à la Charte Africaine des Droits de l’homme et des peuples relatifs aux droits de la femme appelé aussi le « protocole de MAPUTO » afin d’analyser si oui ou non les femmes peuvent se présenter devant la justice Congolaise en s’appuyant sur ce dernier.

Sur ce, plus d’une vingtaine de participants âgés de 22 à ± 45 ans d’âges était au rendez-vous, pour représenté particulièrement leurs associations dans cette rencontre signé par GEDROFE, dont Si Jeunesse Savait avait délégué deux ses membres.

Madame Joséphine NGALULA la coordonnatrice de GEDROF et Présidente de FORFEM avait profité de cette rencontre pour faire la restitution d’un atelier tenu du 23 au 24 Février 2015 à Nairobi avec15 membres de la société Civile venues de plusieurs pays africain , sur le Protocole de MAPUTO, qu’avait organisé la Cour « Africaine des droits de l’homme et des peuples », et qui était appuyé par GIZ , dans de but de parler de la santé reproductive de la femme pour arriver à identifier les cas qui posent problème dans le protocole de MAPUTO et qui empêchent les femmes d’utiliser ce protocole devant la cour pénale de droits de l’homme.

L’Acceptation  de loi sur l’avortement était l’un de frein soulevé par plusieurs intervenants et participant de cet atelier, rajouter à cela les refus par les groupes des confessions religieuses qui sous entends que le « protocole  de MAPUTO » tue la vie. Pour eux, les femmes conçoivent les enfants pour qu’ils naissent et non pour être tués.

Parlant de la situation en RDC, Joséphine NGALULA a informé les participant-e-s que comparer à d’autres pays de l’Afrique tel que le MALI et tant d’autres qui sont en retard sur la ratification du protocole de MAPUTO, la RDC est en ordre vue qu’elle l’a ratifié depuis 1999. Tout ce qui nous reste, c’est de voir les femmes congolaises utiliser dans les prochains jours ce protocole devant la justice et trouver gain à leurs causes.

Mais pour ca, il faut encore que la société civile et les ONG de droits de la femme et ceux de droits de l’homme fassent des mouvements de pression, de plaidoyer etc…  au près des décideurs pour demandé si pas exigée son applicabilité effective dans les cours et tribunaux.

Le cancer et  prévention de la santé de la femme.11270166_898335390256422_6313905838128393171_n

Selon la définition donnée par le docteur Yulia BOLEBE de FOMACA (Fondation Maman Cady) une Asbl non gouvernemental qui évolue pour la formation et le développement de la femme, la jeune fille et de l’enfant,  l’une des intervenants venue parlé sur la prévention de la santé féminine particulièrement du « cancer du Col  utérin et des seins », le cancer est une maladie ayant pour mécanisme: multiplication désordonnée, incontrôlée et continue des cellules du corps ; et provoque une compromission de l’équilibre social de la famille vu le rôle que la femme y joue. Le docteur BOLEBE a aussi souligné que le cancer du col de l’utérus tue plus que la  tuberculose, le sida et le paludisme réunis. Sur cette maladie, la population congolaise n’est pas épargnée. Pour y remédier, le dépistage précoce serait une victoire sur le cancer ; mais elle a déploré le manque d’information de la population sur ce moyen de prévention. Pour le traitement du cancer, il faut penser à la chirurgie, la radiothérapie, Chimiothérapie isolée ou en association

Cependant, le cancer du sein, serrait la 1ère cause de la mortalité chez la femme de 35 – 65 ans ; au moins Un (1) décès serait enregistré toutes les 53 minutes ; et son dépistage précoce baisse à 25% les risques des séquelles avait affirmé le docteur Michael MBOMA qui avait intervenu juste après son homologue à savoir le docteur Yulia BOLEBE.

Les moyens de dépistages11329836_898335220256439_7659946205132709008_n

Les moyens le plus recommander de dépistage du cancer selon le docteur Michael MBOMA sont entre autre : La Palpations régulières ou Autopalpations ; les Consultations médicales ; la Mammographie (femmes de 40 ANS ou plus), l’Échographie, la Cytoponction, l’Anapath (biopsie).

Par ailleurs, les symptômes du cancer de sein sont entre autre l’apparition d’une masse (boule) au sein, une peau d’orange, et l’écoulement. Cependant, une absence de la grossesse ou la conception d’une première grossesse à plus de 35 ans étaient souligné par ce dernier comme les facteurs de risque. Ajouté à cela une ménopause tardive (55 ans), une règle précoce (12 ans), le tabac ou l’alcool font partit de liste de ces facteur de risque.

 

 

Selon la définition donnée par le docteur Yulia BOLEBE de FOMACA  (Fondation Maman Cady) une Asbl non gouvernemental œuvrant pour la formation et le développement de la femme, la jeune fille et de l’enfant ; le cancer est une maladie ayant pour mécanisme: multiplication désordonnée, incontrôlée et continue des cellules du corps. Dans la santé féminine, ce dernier provoque une compromission de l’équilibre social de la famille vu le rôle que la femme y joue.

Le cancer de sein peu être provoqué par une absence de la grossesse, ou par la conception d’une première grossesse à plus de 35 ans, allaitement Pour une femme qui n’a jamais été enceinte, ou qui l’a été tardivement (après 40 ans),  sont les facteurs de risque, ajouté à cela une ménopause tardive (55 ans), une règle précoce (12 ans), le tabac ou l’alcool font partit de liste de ces facteur de risque. Mais ont peu y ajouté les Antécédents personnels ou familiaux,  le Mode de vie, L’excès de poids et l’obésité font partit de la liste de facteur de risque.

Quant au  cancer du col utérin, c’est un cancer qui se développe à partir de l'épithélium du col de l'utérus. Le cancer du col de l'utérus est la deuxième forme la plus fréquente de cancer chez les femmes à l’échelle mondiale après le cancer du sein. Ce cancer est directement en rapport avec l'activité sexuelle.

Il y a lieu de souligner que le cancer du col de l’utérus tue plus que la  tuberculose, le sida et le paludisme réunis. D’après les recherches, Le cancer du col est la 1re cause de mortalité par cancer chez la femme dans de nombreux pays du tiers monde et représente 20 à 30 % des cancers de la femme dans ces pays contre 4 à 6 % des cancers féminins en Amérique du Nord et Europe.  Sur ce, la population congolaise n’est pas épargnée.

Pour y remédier, le dépistage précoce serait une victoire sur le cancer affirme le docteur Yulia BOLEBE ; mais elle a déploré le manque d’information de la population Congolaise sur ce moyen de prévention. Pour le traitement du cancer, il faut penser à la chirurgie, la radiothérapie, Chimiothérapie isolée ou en association. Ce qui veut dire que Grâce à une amélioration des traitements anticancéreux, la mortalité associée tend à diminuer, notamment dans les pays riches. le cancer du sein, serrait la 1ère cause de la mortalité chez la femme de 35 – 65 ans ; au moins Un (1) décès serait enregistré toutes les 53 minutes ; et son dépistage précoce baisse à 25% les risques des séquelles affirme un autre médecin membre de FOMECA, docteur Michael MBOMA . Dans le monde de façons générale, il représente la seconde cause des cancers féminins dans le monde avec près de 400 000 nouveaux cas annuels,  et son incidence est en faible augmentation1. Il est responsable de près de 200 000 décès annuels2, dont plus des trois quarts dans les pays du tiers monde.

Il a la particularité de toucher la femme relativement jeune, ce qui en fait le cancer responsable de la perte de plus d'années de vie dans le tiers monde3.

Son aspect MST semble avoir été sous-estimé en raison d'une sous estimation de l'importance des infections à papillomavirus4. De même ses liens avec le tabagisme ont pu être mésestimés ou avoir fait durant quelque temps l'objet de biais d'observation5.

Les moyens de dépistages

Les moyens le plus recommander de dépistage du cancer selon le docteur Michael MBOMA sont entre autre : La Palpations régulières ou Autopalpations ; les Consultations médicales ; la Mammographie (femmes de 40 ANS ou plus), l’Échographie, la Cytoponction, l’Anapath (biopsie).

Par ailleurs, les symptômes du cancer de sein sont entre autre l’apparition d’une masse (boule) au sein, une peau d’orange, et l’écoulement.foto gratia siteweb

   Comment prévenir le cancer

D’après le docteur Michel de FOMACA, l’unique façon de prévenir le cancer du col de l’utérin serait d’éviter les rapports sexuel précoces, choisir le rapport sexuel protégé, arrêté le tabac et faire un traitement adéquat des infections urogénitales avérées.

Pour ce qui est de la prévention du cancer de sein, Sachant que le ce dernier est une maladie hormonale, toute action ou thérapeutique visant à diminuer la durée et l'intensité de l'exposition aux œstrogènes ou à des perturbateurs endocriniens mimant ces œstrogènes est supposée théoriquement efficace.

Cependant,  Le choix de pilule contraceptive, Une première grossesse à un âge jeune, L'allaitement prolongé, Choix de mode de vie, Éviter le traitement hormonal de la ménopause (THS), Choix de mode de vie, Les choix alimentaires etc. sont des méthodes conseillé.

Le jour où Sifa (appelons-là ainsi) m’a appelé pour de me dire qu’elle était avec sa sœur et qu’elles devaient à tout prix me parler, je ne saurais dire pourquoi mais j’ai su que nous n’allions pas parler du nouveau bar en vue, ni de qui est qui ou encore qui sort avec qui.

Pour la petite histoire, Sifa est une lesbienne de 36 ans, de forte corpulence, avec une voix grave, toujours à la dernière mode des jeunes artistes Hip Hop branchés. Sifa est une fille fascinante : Belle, toujours a fréquenté les stars de la musique congolaise, qui d’ailleurs, très souvent lui laissent la garde de leurs maitresses quand ils ne sont pas disponibles…elle est le genre de personne qui fait facilement des ami(e)s.

Orpheline de mère, Sifa est la fille d’un de ces hommes d’affaires Congolais qui a fait fortune dans le commerce. J’ai rencontré Sifa il y a près de 5 ans aujourd’hui. Une amie commune, en apprenant que je militais pour les droits des personnes gays et lesbiennes, nous a mise en contact. En fait, nous nous étions croisées brièvement à l’école mais je ne me souvenais plus très bien d’elle.

L’histoire commence après qu’elle ait rencontré une congolaise sur Facebook et qu’elles se soient liées d’amitiés au point que la fille en question ait décidé de venir en vacances au Congo, après plusieurs années à l’extérieure. Les deux entament alors une relation très intense que la famille de la fille n’appréciait guère. Cette famille décide alors de dénoncer Sifa aux services de renseignements sous prétexte qu’elle faisait du détournement de filles mineures pour tourner des clips pornographiques chez elle.

Le jour où elle et sa sœur que je rencontrais pour la première fois, sont venues me voir a la maison donc, je voyais Sifa pour la première fois après son opération chirurgicale. J’apprend par la sœur que Sifa vit chez elle depuis deux jours et qu’elle l’accompagnait afin que je sache que la situation était sérieuse. Convoquées par leur père ce jour-la, le but de leur visite chez moi était de me demander de les accompagner à cette convocation pour mieux expliquer à leur père ce qui se passait dans la tête (et dans le corps) de sa fille, Sifa.

Elles avaient mise une voiture à ma disposition pour me permettre d’avoir un trajet aller-retour plus ou moins agréable dans les embouteillages de Kinshasa. Dans toute l’histoire qui suit, ce qui m’a le plus touché dans l’entretien avec le père, cet homme d’affaires dont toute la ville avait entendu les exploits mais que je n’avais jamais vu, était sa grande sincérité devant une situation qui le dépassait complètement. Cet homme d’une soixantaine d’années, encore en pleine forme malgré son âge, me reçu dans son salon particulier où il me servi lui-même de l’eau et amuse-gueule.
– As-tu vu ce qui vient de se passer ? (je ne comprenais pas le sens de sa question)
– As-tu vu comment tous ces hommes se sont battus pour allumer le générateur d’électricité? et c’est Sifa qui vient de leur montrer comment le faire fonctionner ?
En effet, j’étais arrivée dans une grande demeure complètement plongée dans le noir et d’où on entendait que les arguments des gardiens, chauffeurs et autres travailleurs de la maison qui essayaient de faire fonctionner le générateur.

Son père a commencé par me raconter l’histoire de sa fortune, comment il l’avait amassé petit a petit, à force de sacrifice. Lui qui grandi auprès d’une veuve et qui mangeait le même poisson pendant deux jours, me raconta comment il avait vendu des allumettes de ville en ville, avait pris, pendant plusieurs années l’unique douche de sa journée dans les gares de train, jusqu’à devenir un jour le premier fournisseur de container de l’état Congolais. «Pour l’africain que je suis, cela me choque énormément qu’on me dise que j’ai sacrifié le bonheur de mes enfants contre ma fortune. Ces enfants sont nés avant que je ne sois riche. J’ai déjà une fille malade. Elle fait une collepsie. Elle dort plus que la normale. On m’a traité de tous les noms à cause de sa condition et j’ai du l’envoyer à l’étranger pour des soins appropriés. Et Maintenant mon autre fille, Sifa, me dit qu’elle se sent homme dans son corps!»

Ce cri de cœur venait d’un homme qui venait de payer 5000 Dollars américains pour qu’un groupe de policiers et agents de renseignements Congolais n’amène pas sa fille, toute juste sortie de l’hôpital dans un lieu inconnu. Ce n’était pas la première fois qu’il faisait un tel geste, et même s’il aimait ses enfants, tous avec leurs qualités et leurs défauts, il se disait qu’il était temps que cette situation avec Sifa cesse. Il avait donc chassé Sifa de la maison et lui avait coupé de tous les vivres jusqu’à ce qu’elle lui dise qu’elle était l’alternative de ce comportement qui privait la famille entière d’une revenue substantielle.

Je me trouvais donc au milieu de ce drame familial, car la sœur ainée de Sifa avait promis de trouver quelqu’un qui parlerait à leur père, lui expliquerait l’orientation sexuelle de sa fille et lui prouverait qu’elle n’est pas la seule. Sifa, elle-même tenait à ce que leur père sache que les gens comme elle, peuvent vivre heureux. Qu’ils peuvent subvenir à leur besoin financier afin de ne pas vivre toute leur vie aux crochets de leurs parents. Me faisait-elle si confiance que ça?

Ma relation avec Sifa, comme je l’ai dit au début, remonte à 5 ans. Nous sommes devenues collègues quand je lui avais récemment offert un travail dans l’ONG que je dirige. On peut dire que j’étais un peu son guide dans l’activisme LGBT. A la centaine de lesbiennes et alter sexuelles qui rêvaient toutes de vivre leur vraie sexualité en Europe ou aux USA, je répétais sans cesse que nous sommes congolaises et c’est dans notre pays que se trouve notre vie. Que nous devrions nous battre pour vivre en paix. Pour ne pas payer ces amendes policières qui nous pourrissent la vie et qui forcent nos familles à s’endetter. Pour ne pas subir ces détentions et ses viols dans les prisons du Congo. Pour ne pas se sentir forcer d’abandonner l’école quand nos camarades de classe, nos professeurs et les administrations scolaires ne nous acceptent pas tels que nous sommes et nous forcent au changement.

C’est aussi ce que j’ai expliqué au père de Sfia. A Sifa qui rêvait toujours d’aller vivre aux Etats-Unis, je lui ai demandé de considérer que même là-bas, les gays et lesbiennes avaient leurs problèmes. A elle qui se faisait du souci de ce que la police et autres extorqueurs allaient nuire à la fortune de son père, J’ai conseillé de prendre toute sa rage, sa déception et de les diriger vers la lutte pour les droits humains en République Démocratique du Congo. A son père, je l’ai supplié de reprendre sa fille, qu’elle avait besoin de sa protection et son amour chaleureux pour vivre « sa vie » à Kinshasa. C’était la première fois que je rencontrais une homosexuelle qui avait autant de soutien familiale.

Depuis cette médiation familiale il y a cinq mois, Sifa est rentrée chez ses parents, mais après avoir passé 3 mois, en dehors de Kinshasa pour se changer les idées. Son père a promis de se rendre disponible pour des émissions publiques où l’on aurait besoin de témoignage de parents sur la vie de leurs enfants homosexuels. Peut-être qu’un jour, nous lui demanderons aussi de contribuer financièrement à notre action?

Chaque fois que je repense à cette histoire, c’est l’image d’une affiche que j’ai au bureau qui me revient. Au dessus d’une belle photo d’une mère qui sourit a son petit bébé, il est tout simplement écrit : “maman, si tu savais que j’étais gay, m’aimeras-tu de la même façon?

Accepter son homosexualité peut être difficile pour la personne qui le découvre et être un choc pour l’entourage et les parents.

images (21)

J’ai rencontré Jeanne (nom d’emprunt pour assurer son anonymat) dans une banque en plein centre-ville de Kinshasa. Jeanne est une femme d’affaires bien installée et dévouée à son travail. Quoique ayant un agenda bien chargé et des voyages très fréquents, Jeanne comme tout mère aimante est une femme qui a su  garder de bonnes  relations avec ses enfants.

Cette petite conversation sur le comportement de l’un de ses enfants qu’elle qualifie de bizarre est arrivée quand un homme étalant ouvertement ses minauderies, comme ceux que l’on retrouve auprès des gays très efféminés est entré dans la banque.

Jeanne en bonne mère de famille, qui prétend connaitre parfaitement ses enfants, s’est rappelé avoir noté cette même façon de marcher (en se dandinant et tenant son sac d’une main comme le font généralement les femmes) auprès de son fils.

C’est en ce moment-là qu’elle a commencé à se poser des questions et à se dire que son fils était peut-être homo, du moins bisexuel.

Quoique elle et son mari soient des parents ouvert à l’homosexualité, Jeanne était affectée de comprendre que  son fils n’arrivaient pas a en parler avec eux.

Serait-il opportun d'aborder le sujet, ou devait-elle attendre absolument qu’il m’en parle de lui-même ? C’est la question que Jeanne se posait depuis toujours.

cette situation, jeanne n'est pas la seule a la vivre. Selon le psychologue  et sexologue Jean LUMBALA, auteur du livre la vie sexuelle des congolais, qu’il arrive, pour toutes sortes de raisons, qu’en tant que parent, l’on se questionne sur l’orientation sexuelle de son enfant. Ce questionnement est tout à fait compréhensibles et assez fréquent du moment où votre enfant ne répond ni aux exigences de l’expression de genre auquel vous vous attendiez de lui tel que sintéresser au foot et a tout autre activité dite masculine. Il n’y a toutefois pas de façon de connaître l’orientation sexuelle de votre enfant avant qu’il ou elle ne la confirme.

Plusieurs raisons incitent les jeunes à ne pas parler de leur orientation sexuelle avec leurs parents. Leur propre incertitude quant à leur orientation, la difficulté de l’accepter, l’espoir de changer et la peur du rejet font partie des barrières auxquelles se heurtent les personnes lesbiennes, gaies, bisexuelles, transgenres et intersexes lorsque vient le temps de parler de ce qu’ils vivent. Il est possible que votre enfant se sente offusqué et se referme si vous abordez le sujet de son orientation sexuelle directement.

Il est donc important de ne pas  pousser votre enfant à parler. Vous pouvez toutefois créer un environnement sécurisant pour votre enfant afin qu’il/elle se sente à l’aise de parler de sexualité avec vous. Pour ce faire, vous pouvez continuer d’exprimer des opinions positives quant à la diversité sexuelle et condamner les commentaires négatifs. Plus votre enfant sentira que vous l’accepterez comme il ou elle est, plus il y a de chances qu’il ou elle vous parle de son orientation ou de ses questionnements.

Et si à votre niveau vous n’arrivez pas à vous en sortir vous pouvez parler à un psychologue qui vous aidera à surmonter cette épreuve.

La ligne d'informations sur les droits et la santé des LGBT de Kinshasa est également disponible au 0890000667

 

 

Les spécialistes de la santé le confirment et le déplorent avec insistance : les femmes Congolaises n’ont pas dans leurs habitudes de recourir à un gynécologue ou tout autre spécialiste de santé pour avoir des informations fiables sur leur santé. Cela a des conséquences graves conduisant à des complications, parfois à la mort.

Il est très important de faire certaines mises au point ou bilan, de prendre soin de soi pas seulement en se coiffant bien ou en s’habillant avec style. Il faut se palper régulièrement les seins et se masser les aisselles, regarder son sexe à l’aide d’un miroir, le sentir parfois, avoir l’habitude de se rincer les seins à l’eau froide, surveiller l’évolution de son poids, demander conseil à un spécialiste quand on veut avoir recours à une méthode contraceptive, faire annuellement l’examen du frottis vaginal, pourquoi faut-il prendre soin de son périnée ?, etc.

Rachel Izizaw infirmière et instrumentiste de formation, militante féministe et formatrice, professeur à l’École Nationale Pilote d’Enseignement de Soins de Santé (INPESS) de Kinshasa a échangé avec les membres de Si Jeunesse Savait (SJS) et les a éclairé  et surtout nous apportera des réponses précises sur la prévention de la santé féminine le 25 mars 2015.

Cette activité fait partie de nombreuses autres alignées dans le cadre de la commémoration du mois de la femme.

Un des locataires dans une cour commune, profita de l’absence de sa femme pour abuser d’une mineur de sa cour qui elle aussi à l’absence de ses parents à pour habitude de les attendre chez le voisin. Le voisin proposa à la petite fille un film, qui contre toute attente il projeta un film porno qui mis le voisin dans touts ses états et commença à se masturber devant la fille et finalement eu des rapports sexuels avec elle. Mais elle ne dira rien à ses parents comme l’avait fait promettre le voisin et qui après quelques années quitta le milieu. C’est à ce moment là que la petite tomba malade et après des examens médicaux qui indiquèrent qu’elle était atteinte du VIH/SIDA, au grand étonnement de ses parents sachant que leur fille ne s’était jamais fait une transfusion sanguine, qu’elle avoua avoir eu des rapports sexuels avec son ancien voisin.

Newsletter

Adresse :
8, Bamboma, Q/Bisengo, Kinshasa/ Bandalungwa, Rep. Dom. Du Congo
Webmail
crossmenu linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram