Agressivité, violences domestiques, comportements nocifs ou agressifs envers les femmes ou les hommes, la domination par la violence : toutes ces actions énumérées et pleines d’autres encore constituent les signes d’une masculinité toxique.

Ces comportements sont surtout liés à la répression des émotions, à la fausse idée que pour être un “homme” il faut d’abord être invulnérable, insensible et se donner au maximum à son travail.

Bien souvent dans nos familles, nos communautés, nos écoles, nous observons des comportements agressifs de nos amis ou de nos frères ; quelles attitudes avons-nous face à cela?

Face à ce comportement qui plonge les jeunes dans des actes des violences, nous, Jeunes de Si Jeunesse Savait, à travers le projet EKOKI nous sensibilisons les jeunes filles et garçons dans les clubs dans le souci de prévenir ce comportement toxique, diminuer l’incidence de la violence auprès des jeunes et renforcer l’empouvoirement des filles pour dénoncer ces violences.

A travers ce projet, d’un côté, les filles participent aux clubs des jeunes filles et voient leur pouvoir renforcé pour dénoncer et ne pas se soumettre à la violence, d’un autre côté, les garçons intègrent des attitudes et des comportements équitables entre les garçons et les filles et ainsi, les communautés sont impactées par les campagnes et le relais des messages antiviolence.

Le projet est mis en œuvre pour créer effectivement des environnements favorables pour empêcher la participation des jeunes et des adolescents dans les situations de violences et ainsi transformer les comportements toxiques en comportement positifs.

Face aux comportements toxiques, nous devons tous agir, agir pour stopper cela, agir pour changer des mentalités, agir pour instaurer le respect et l’égalité entre tous.

Nous ne sommes pas obligés de faire la même chose, nous devons imiter les bonnes choses et abandonner celles qui sont nuisibles à nous et aux autres pour mettre fin aux masculinités toxiques et les transformer en masculinités positives.