Si Jeunesse Savait et Santesexuelle.cd lancent la campagne “Respectez Mon Choix!” Cette campagne, essentiellement en ligne, vise à réduire les impacts de la stigmatisation sur des femmes et filles ayant bénéficié de soins d’avortement, grâce à une communication de changement de mentalité.

La République démocratique du Congo a adhéré en 2008 à la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples relative aux droits de la femme en Afrique, communément appelée “Protocole de Maputo”. Publié le 14 mars 2018 dans le Journal Officiel congolais, cet instrument international autorise, dans son article 14, alinéa 2, point C, les recours à l’avortement en cas de grossesses issues « de viols, d’agressions sexuelles, d’incestes et celles qui mettent en danger la santé mentale et physique des femmes ou la vie de la mère ou encore du fœtus ».

Dans sa circulaire publiée dans le Journal Officiel le 6 avril 2018, le président du Conseil supérieur de la Magistrature a rappelé aux chefs des juridictions et office des parquets civils et militaires l’application de cette disposition. La Constitution, dans son article 125, consacre la primauté des dispositions d’un traité ou d’un accord international régulièrement conclus sur les dispositions légales contraires. Ainsi, l’article 14.2.C du Protocole de Maputo prime sur le Code pénal congolais qui, dans ses articles 165, 166 et 178, interdit tout recours à l’avortement quelles qu’en soient les raisons.

Bien avant le Protocole de Maputo, l’avortement thérapeutique et les soins après avortement sont appliqués depuis 1970, dans les règles de la déontologie médicale.

Malgré toutes ces avancées en termes des droits, des femmes et des filles qui ont eu recours aux services légaux d’IVG continuent de faire l’objet des stigmatisations et des rejets dans une société congolaise moins informée sur la question et dominée par des pesanteurs socioculturels.

A travers la campagne #RespectezMonChoix, Si Jeunesse Savait, structure féministe qui promeut le leadership des jeunes femmes dans les domaines des droits sexuels et reproductifs, l’entrepreneuriat et les technologies de l’information et de la communication et  Santesexuelle.cd, premier média congolais spécialisé sur les questions de santé sexuelle et reproductive  veulent réduire les impacts de la stigmatisation des femmes ayant bénéficié des soins après avortement. Cela, grâce à une communication de changement de mentalité. La campagne bénéficie de l’accompagnement de Monde selon les  Femmes, de la Coalition de lutte contre les grossesses non désirées (CGND) et de Hesperian Health Guides.

Durant un mois, soit du 10 août au 10 septembre, des articles de presse narratifs et des messages accompagnés des visuels seront partagés en ligne sous le hashtag #RespectezMonChoix! pour toucher les internautes congolais et de l’Afrique.

Il est également envisagé, dans le cadre de cette campagne, un accompagnement de personnalités (artistes, politiques…) qui soutiennent les droits en santé sexuelle et reproductive des femmes et jeunes filles. Mais aussi des plaidoyers auprès des décideurs pour que le choix légal de chaque femme et chaque fille congolaise en cette matière soit respecté.

Equipe de la campagne