SI JEUNESSE SAVAIT
Pour que le choix de la jeunesse compte
Association des jeunes féministes de la République Démocratique du Congo

Les étudiantes en sont victimes directes et les conséquences sont néfastes. Le harcèlement sexuel. Mais il y a aussi un autre aspect de ce problème qui est vrai et réel que nous devons relever. Puisque certaines personnes en ont subi les conséquences. Il s’agit des victimes indirectes, l’entourage.

Comment sont-ils affectés ? Je vous donne quelques explications dans ce billet, partant d’une expérience vécue.

Nous étions dans une réunion d’information organisée par l’ONG Si Jeunesse Savait pour un renforcement des capacités sur les violences basées sur le genre. Activité organisée lors de l’implémentation du projet AWDF « Ensemble avec les étudiants pour lutter contre le HS des femmes à l’université ».

L’experte sur les questions VBG (Violences Basées sur le Genre) dit aux étudiants : « je vais partager mon expérience en ce qui concerne le Harcèlement Sexuel en milieu universitaire. Puisque je l’ai aussi vécue ». La voici.

Les « petits bitinda » et les messages d’amour

Nous sommes en 1969 à l’Université de Kinshasa, appelée « LOVANIUM » à l’époque. Notre témoin est alors étudiante en Droit et fiancée. Par chance ou peut-être pas, elle partage le même auditoire que son fiancé, ce qui fait que tous les deux passent pratiquement toutes les journées ensemble au campus.

Malheureusement, explique-t-elle, un professeur commence alors à la courtiser en envoyant un étudiant avec qui il s’entend bien pour faire sa commission. On les appelle les « petits bitinda », en lingala, ce genre des garçons.

Du commissaire donc, l’enseignant passe aux lettres d’amour tout en exprimant ses sentiments ou en proposant des rendez-vous auxquels l’étudiante refuse d’aller. « Voyant que je ne réponds pas favorablement à ses avances, explique l’ancienne étudiante, il passe aux menaces disant qu’il me fera échouer si je ne deviens pas sa concubine ».

Le refus de la jeune fille d’alors, enrage l’enseignant qui décide de rendre la vie dure à son fiancé. Le pauvre ! Désormais, il ne fait qu’essuyer des échecs dans chaque interrogation et travail pratique des cours dispensés par le professeur harceleur.

C’est donc devenu un bras de fer entre lui et le professeur qui ne manque pas une occasion pour le ridiculiser en plein cours en présence des autres camarades.

« Nous commençons sérieusement à prendre des dispositions pour changer d’option, explique notre témoin. A cette époque, changer d’université n’est pas facile. Nous étudions déjà dans l’université la plus prestigieuse du pays LOVANIUM », Université de Kinshasa aujourd’hui.

Coup de grâce, en fin d’année, c’est de justesse que le fiancé passe de promotion, parce que le professeur était en mission en Europe pour des études!

Et si on en prenait conscience ?

Cette triste histoire vraie à la fin heureuse est juste pour vous faire comprendre que le Harcèlement Sexuel n’est pas un nouveau problème que les femmes rencontrent et se racontent entre elles à l’université. Cela existe depuis toujours.

Aujourd’hui, le problème est devenu crucial. Parce qu’on n’a jamais trouvé de solution pour mettre fin à cela. Je crains qu’il soit difficile, si non un frein, à la parité que nous voulons absolument voir venir effectivement les prochains jours dans toutes les instances de prise de décision de ce pays. Cela, tant que toute la société reste silencieuse.

Pour revenir sur l’histoire de l’experte, son fiancé est devenu son mari après leurs études de droit. Quant à elle, elle était ministre pendant quelques années en RDC, ce qui était son rêve. En passant, combien de femmes n’ont pas pu réaliser leurs rêves à cause du Harcèlement Sexuel à l’université ? À vous d’en juger !

 

Alors qu’il était déjà établi que nombre d’étudiants et étudiantes subissaient de multiples formes de harcèlement sexuel de la part de leurs professeurs et autorités académiques, une recherche-action menée par l’Association Si Jeunesse Savait dans le cadre de la mise en œuvre du projet « Ensemble avec les étudiantes pour lutter contre le harcèlement sexuel fait aux  femmes en milieu universitaire » financé par le Fonds Développement  pour la Femme Africaine a permis de mettre en lumière plusieurs cas avérés de ce type de violence sexuelle.

En effet, des témoignages anonymes recueillis dans trois grandes universités de Kinshasa, à savoir : l’Université protestante du Congo, l’Institut supérieur de commerce et l'Institut Facultaire des Sciences de l’Information et de la Communication ont conduit à prendre conscience de la gravité du problème.

D’autre part, il a été constaté que l’administration du ministère chargée de l’enseignement n’a pas pris des mesures adéquates pour protéger les étudiant(e)s vis-à-vis de leurs harceleurs et le personnel du ministère n’est pas outillé pour bien appréhender la notion même de « harcèlement sexuel ».

SI JEUNESSE SAVAIT  et HABARI RDC lancent aujourd'hui la campagne de sensibilisation #UnivSansharcelement. Cette campagne impliquera toute la communauté de blogueurs de Habari RDC ainsi que l’ensemble des lecteurs et followers de nos plateformes en ligne. Elle sera accompagnée en parallèle par des activités hors ligne (Face aux jeunes) dans les quatre régions de notre intervention (Katanga, Kasaï, Kivu et Kinshasa).

L’objectif général de cette campagne sera d’amplifier le travail de sensibilisation en partenariat avec l’association Si Jeunesse Savait, afin que :

Merci de dénoncer par vos multiples témoignages si vous avez été victime ou témoin du harcèlement sexuel dans nos milieux universitaires en écrivant des posts, des blogs avec hashtag #UnivSansharcelement #Harsexuniv #SJS #AWDF #HABARIRDC.

 

Guy Muyembe

Le forum en ligne est l’une des activités qui nous permet d’atteindre un grand nombre des participants issus des universités et autres corporations à savoir les associations de lutte contre les violences faites aux femmes, organisations de la société civile et d’assistance juridique, et clubs des étudiants. Au cours d’un forum en ligne sur la page Facebook https://www.facebook.com/Sjsawdf-163826447666632/ dont le thème était « quelles sont les formes que peut prendre le harcèlement sexuel dans l’enseignement supérieur et universitaire ? » , ce thème a abouti à une discussion en ligne très participative et interactive.

J’étais touché  par la contribution d’une participante  sur un fait vécu dans son auditoire. Elle était victime du harcèlement sexuel par son directeur de travail de fin de cycle, ce dernier lui a envoyé des mails et messages de menaces en lui spécifiant « si tu parles, tu seras grillée, moi la faculté me soutiendra toujours, alors tu ne pourras jamais être une financière. » La victime était très paniquée, pour remédier aux intimidations et menaces de son professeur, elle a relaté les faits répétitifs en exhibant les preuves écrites à quelques amis de son auditoire, elle s’est rendue compte que plusieurs filles de son auditoire aussi étaient victimes du harcèlement sexuel par le même professeur. Un jour, pendant que le professeur harceleur entrait dans l’auditoire pour dispenser son cours, toutes les étudiantes victimes avec le soutien des autres étudiants ont commencé à hurler sur l’enseignant :

‘’’’’SEMEKI !!! SEMEKI !!! SEMEKI !!! éééé ééééé ééééé éééé’’’’’’’’’ qui signifie beau-frère !!!!

Ce professeur réputé grand harceleur sexuel était convaincu qu’il bénéficierait d’une totale impunité, finalement il a été démasqué, et même s’il n’est pas allé comparaitre devant une juridiction compétente mais il a été sanctionné de façon diffuse par les victimes et l’ensemble de son auditoire.

Ensemble luttons contre le harcèlement sexuel fait aux femmes en milieu universitaire, par manque des mécanismes internes sur la sanction des auteurs de ces abus, ont poussés ces étudiants à agir.

Mettons en place de mesures disciplinaires de sanction pour qu’aucun abus ne reste impuni.

Pendant la vidéo projection organisée par Si Jeunesse Savait (SJS) dans le cadre de la clôture des activités des seize jours d’activisme, ces assises étaient une occasion de réunir les étudiants des universités suivantes : Université Protestante au Congo(UPC), Institut Supérieur de Commerce( ISC), Institut Facultaire des Sciences de L’Information et de la Communication (IFASIC), Université de Kinshasa( UNIKIN), Institut Supérieur des Techniques Appliquées (ISTA), Académie des Beaux-Arts (ABA), Université Technologique Bel Campus( UTBC), Université Simon Kimbangu(USK), Université Islamique Al-Mustapha(UIAM)… pour suivre les films et documentaires sur le harcèlement sexuel fait aux femmes en milieu universitaire.

Le silence lié au harcèlement sexuel, d'où provient-il? 

Cette vidéo projection a engendré un débat houleux qui m’a personnellement instruit sur la culture du silence lié au harcèlement sexuel, les victimes (étudiantes) n’ont jamais approchées les instances judiciaires ou l’administration de leurs universités respectives pour parler de leur expérience dont elles sont victimes, même si elles avaient  des preuves  du harcèlement sexuel.

Elles ont peur de dénoncer ce problème dont elles sont victimes de façon récurrente, pour des raisons suivantes : certains  harceleurs sont élevés en dignité, ils  occupent des fonctions influentes dans notre pays, Ces derniers se croient au-dessus de la loi et autres mécanismes internes de sanctions des universités. D’autre parce que ils ont des relations particulières avec les membres du comité de gestion, et ils savent que quoi qu’il arrive ils ne seront pas poursuivis ou chassés de l’université ou institut.

Cela décourage les victimes à déposées plaintes via les canaux institutionnels de l’université ou saisir les instances  judiciaires compétentes en matière du harcèlement sexuel et autres formes des violences, elles ont témoignées à tour de rôle pour signifier que ces harceleurs suite à leur positionnement dans la société et de l’impunité dont ils jouissent, ces derniers n’ont pas la crainte de laisser les traces écrites (sms), des vidéos pornographiques, des intimidations, des insultes…

Au cours de ce débat, c’est encore l’accoutrement des femmes qui revient comme cause du harcèlement sexuel. Étudiants, ont déclarés en disant « lorsque les femmes à l’université s’habillent de manière sexy, c’est une façon de dire aux hommes, suivez nous, nous sommes la proie du harcèlement sexuel !!! » ; ces croyances préjudiciables culpabilisent les victimes et déresponsabilisent les auteurs du harcèlement sexuel. Après avoir visionné le film prévu pour le débat de ce jour-là, les étudiants ont compris qu’être victime du harcèlement sexuel n’est pas seulement due à l’accoutrement, c’est l’état d’esprit de la personne qui veut à tout prix avoir des relations sexuelles avec son étudiante. Raison pour laquelle il multiplie des tacts, des chantages, menaces, des pièges etc…

Comment remédier à ce problème liée à l’impunité et d’abus du pouvoir des harceleurs

A mon humble avis, pour répondre à cette situation préoccupante liée à l’impunité et d’abus du pouvoir des harceleurs dignitaires de l’enseignement supérieur et universitaire, l’élaboration des normes disciplinaires par les experts de l’ESU et experts en droit, appuyé par Si Jeunesse Savait (SJS) est une urgence qui viendra en appui de la loi N° 017/002 du 3 octobre 2002 portant code de bonne conduite de l’agent public de l’Etat.

Les enseignants jouant de trafic d’influence ou de leur position hiérarchique dans la société doivent servir la génération future de modèles en cherchant à se corriger de toute immoralité qui ternie l’image de nos universités et instituts supérieurs.

Lors d’une réunion organisée tôt dans la matinée par l’association des jeunes féministes « Si Jeunesse Savait » (SJS) les étudiants de l’UPC, l’ISP et l’IFASIC étaient invités à participer à des conférences sur le thème du harcèlement sexuel. Parmi ces étudiants, nombreux étaient ceux qui venaient pour la première fois et n’avaient jamais été sensibilisés sur la problématique du HS à l’université.

Certains des participants taquinaient une étudiante qui venait juste d’arriver. Ils l’ont fixée du regard et ont commencé  à la submerger de questions, du genre « pourquoi était-elle venue en retard ? Pourquoi était-elle mal-habillée comme ça? Ne savait- elle pas qu’elle faisait honte à voir ? »

L’accoutrement de la jeune étudiante , est une raison valable pour se faire harceler ?

Ces garçons lui demandaient donc la raison qui l’avait

poussée à porter une petite robe fleurie parce qu’ils trouvaient cette robe très sexy et ils la considéraient comme une impudique de se vêtir de cette manière. La jeune femme s’était retrouvée accablée de honte, mise extrêmement mal à l’aise et ne pouvait supporter de suivre sa formation tant l’attitude de ces garçons l’avaient dérangée. Heureusement que le thème de la formation parlait du Harcèlement Sexuel !

La première intervenante, avait comme thème « les violences sexuelles et le genre ». Ce thème tout justement nous avait emmené à faire un débat sur l’habillement des filles/femmes. Elle avait pris la parole pour interpeller ces étudiants sur le fait qu’ils avaient intimidé et menacé cette jeune étudiante en raison de son habillement. Elle leur avait expliqué et fait comprendre que ce n’est pas le fait que la fille s’habille en une courte robe qui leur donne le droit de la harceler.

Ce jour-là, cette histoire de robe  avait servi de parfaite illustration pour sensibiliser les étudiants sur la lutte contre le harcèlement sexuel en milieu universitaire. En effet, même des remarques anodines sur la manière de s’habiller peuvent être assimilé à du harcèlement sexuel.

Selon moi je pense que les étudiants avaient eu beaucoup de chance à pouvoir participé à cette réunion d’autant plus parmi ces étudiants, il y a encore une majeure partie qui vivent dans l’ignorance, et qu’ils n’ont pas souvent l’occasion de participer à des telles formation. Il sera donc impérieux de penser à sensibiliser également le corps professorale, académique et administratif car à nos jours le harcèlement sexuel est un fait réel qui semble être négligé.

Les enseignants aussi doivent s’investir dans l’éducation éthique et morale des étudiants et étudiantes, ce n’est pas seulement former des médecins, économistes, avocats ; mais aussi quand ils terminent l’université ils accèdent dans le monde professionnel avec un bagage d’éthique avec eux.

 

Abonnez vous à notre Newsletter
Adresse :
8, Bamboma, Q/Bisengo, Kinshasa/ Bandalungwa, Rep. Dom. Du Congo
crossmenu
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram