SI JEUNESSE SAVAIT
Pour que le choix de la jeunesse compte
Association des jeunes féministes de la République Démocratique du Congo

Pour prévenir les violences à l’égard des femmes et des filles, chaque année depuis 28 ans, le monde célèbre la campagne 16 jours d’activisme pour mettre fin à toutes formes des violences faites aux femmes. La campagne annuelle débute le 25 novembre qui est la journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes et s’achève le 10 décembre dédié à la Journée des droits de l’homme.

 

Cette année, à travers le projet EKOKI (Assez en français) : « les jeunes femmes et les jeunes hommes contre les masculinités toxiques et les violences basées sur le genre à Kinshasa », projet qui a pour objectif de prévenir et répondre à la violence faite aux femmes et aux filles perpétrée en milieu scolaire (harcèlement, violences sexuelles, violence entre partenaires intimes, etc.) en incluant à la lutte contre ses violences la stratégie complémentaire de lutte contre les masculinités toxiques qui s’adressent aux hommes, Si jeunesse savait s’engage dans cette campagne pour continuer d’exiger que les Etats en générale et en particulier l’Etat congolais prennent toutes les mesures nécessaires pour que toutes les femmes et les filles soient à l’abri. SJS veut ainsi devenir un canal de communication pour la lutte contre les violences sexuelles, physiques, économiques, ou harcèlements à l’égard des femmes et filles.

Et pour y arriver, plusieurs activités de sensibilisation sont prévues dans les 4 communes de la villes provinces de Kinshasa à savoir : Bandalugwa, Masina, Kimbaseke et Nd’jili. Au travers de ces activités dans les clubs de jeunes, sensibilisation de masses dans les écoles, dans la communauté, les centres de formation et universités, Si Jeunesse Savait se donne la mission de faire comprendre à la communauté d’ici et d’ailleurs, le danger de la masculinité toxique et ses conséquences néfaste dans la promotion du genre.

Ceci dit, la difficulté de l’homme à reconnaitre qu’homme et femme sont égaux favorise les violences basées sur le genre ainsi que les masculinités toxiques. Nos cultures, communautés, nos croyances sont remplies des attitudes toxiques qui contribuent aux actes de violences à l’égard des femmes et des filles. Et aujourd’hui, nous disons EKOKI !

Ce n’est qu’ensemble que nous pourrons y arriver. Joignez-vous à nous et ensemble tressons des stratégies simples de lutte contre les violences basées sur le genre et les masculinités toxiques pour un monde libre et égalitaire.

Avez-vous moins de 30 ans, Êtes-vous une activiste féministe, êtes-vous intéressé-e par les droits sexuels des adolescentes, internet et l’entreprenariat ?

Aimeriez-vous diriger une équipe dynamique, et motivée à faire avancer les droits des jeunes congolais ?

Vous êtes certainement la/le prochain-e directrice/teur exécutive/tif que recherche si jeunesse savait.

Date limite le 31 mai 2019

Postulez

[easingslider id="652"]

La sexualité des femmes en Afrique est très souvent mal interprétée et incomprise, surtout quand deux femmes sont concernées.

Ainsi la conception du sexe entre femmes est très souvent obscurcie par les représentations machistes que l’on trouve habituellement sous la catégorie «Lesbiennes » des sites pornos. ces films réduisent les relations érotiques entre femmes à des gémissements bidons, des jouets sexuels et des doigts aux ongles longs, irréalistes et franchement inquiétants.

Ce guide traduit de l’anglais se propose  de monter comment se satisfaire sexuellement, sensuellement et surtout, prudemment. Plusieurs trucs et astuces. Depuis l’utilisation des préservatifs pour recouvrir tout objet utilisé lors de la relation sexuelle, en passant par le bricolage des jouets sexuels ou à la discussion sur le consentement sexuel, ce guide en renferme pour tous les goûts.

Chaque année, c’est devenu une institution. Le 08 mars. C’est la journée des femmes. NON. C’est la journée de lutte pour les droits des femmes. À ne pas confondre avec la saint-valentin.

Messieurs,  n’offrez pas de fleurs, ne réservez pas de restaurant.

Mesdames, ne vous attendez pas à un pagne, ne vous fâchez pas puisque personne autour de vous ne s’en est souvenu.

08 mars ; un moment pour réfléchir sur ce qui nous manque

Nous devons nous demander, comment une telle journée, partie de la récolte des femmes usinières des années 1800 est devenue la journée ou les commerçants offrent des rabais dans les magasins, font des promotions pour des crèmes de beauté et ou on emmène certaines femmes à danser.

Ce que les femmes ont toujours lutté et ce n’est pas seulement le 08 mars qu’elles le font. Mais cette journée et parfois ce mois est l’occasion de s’arrêter autour d’un thème précis et réorganiser nos stratégies.

2017 c’est l’égalité femmes-hommes au travail.

L’ONU femmes définit chaque année une thématique différente. Le thème choisi pour 2017 est « les femmes dans un monde du travail en évolution : une planète 50-50 d’ici 2030 ».

L’égalité de traitement entre les femmes et les hommes dans le travail implique le respect de plusieurs principes par l’employeur :

Pourquoi la parité au travail est-elle un atout ?

Dans une entreprise ou la parité est respectée, permet d’avoir une vision plus holistique et plus globales des enjeux de son domaine, mieux comprendre et cibler les consommateurs, attirent plus de talents (puisque les femmes talentueuses au côté de leurs collègues masculins sont encouragés) entre autres bienfaits.

En janvier 2017, cela faisait une année que l’union africaine a lancé la campagne pour la dépénalisation de l’avortement. Vous ne le saviez pas. Moi non plus.

L’idée est partie du fait que le protocole des droits des femmes ( à la charte africaine des droits de l’homme et des peuples) aussi connu en tant que protocole de Maputo, du nom de la capitale mozambicaine ou il a été signé, a déjà prévu que l’avortement soit rendu disponible en cas de viol, d’inceste et lorsque la grossesse menace la vie de la mère.

Ce protocole, véritable bible sur les droits des femmes africaines, source d’une modernité que nous envient même certaines pays européens tels que la Pologne, est au-dessus de la loi congolaise. Ratification du protocole de Maputo par la RD Congo C’est depuis 2006 que la RD Congo a ratifié le protocole de Maputo. Elle est donc au-dessus de la loi congolaise et donc applicable dès que publier au journal officiel (cela fait 11 ans qu’on attend que cette institution la sorte de ses imprimeries). Si la RD Congo l’a ratifié sans réserve aucune et que les questions de parité politique, d’égalité des femmes et des hommes dans le mariage et l’héritage est déjà choses faites, cela n’a pas été les cas pour d’autres pays africains.

Réserve liée à l’âge du mariage et l’héritage

La plupart des pays africains l’ont ratifié. Pour ceux qui ne l’ont pas fait, les réserves portent très souvent sur 2 choses :

• L’âge du mariage : des pays comme la Mauritanie qui ont une tradition (rétrograde) de marier les enfants à partir de très jeune Age (entre 12 et 14ans) ont posé une réserve quant à criminaliser le mariage avant 18 ans

• L’égalité devant l’héritage : sujet qui soulevé toutes les passions, l’héritage est dans la plupart des pays, une affaire d’hommes. la femme qui est considérée comme une perte pour sa famille et un enrichissement pour sa belle-famille ne devrait pas hériter au risque d’emporter avec elle la richesse de sa famille d’origine.

Combien de temps pour faire accepter l’égalité

Si nous comprenons tous pourquoi il faut avancer ces coutumes et traditions d’un autre âge, pour permettre aux filles d’aller à l’école, de devenir plus autonome et de gagner la chance de prendre des décisions éclairées, ces pays ont pensé qu’il faudrait du temps pour faire accepter cela à tous, la question reste combien de temps.

C’est le cas des avortements. Sujet tabou dans une Afrique perdue entre colonialisme et besoin de développement. Les avortements ont toujours existé en Afrique.

Chaque culture témoigne encore des plantes médicinales locales pouvant être utilisé pour cela. Aujourd’hui, en 2017, les femmes et les filles africaines avortent pour des raisons diverses. Beaucoup en meurent. Puisque les avortements clandestins sont organisés dans des conditions d’hygiène et d’asepsie plutôt déplorables.

Les lois qui l’interdisent depuis plus de 100 ans en RDC n’ont pas arrêté qu’elles se pratiquent malgré tout. Le permettre dans des conditions sécurisées, par de professionnels et pour les cas bien précis de viol, d’inceste et de menaces à la vie de la mère est ce que les 54 pays africains se sont engagés à faire.

Certains pays l’ont fait : l’Éthiopie a dépénalisé l’avortement. Il y a moins de mort de femmes et des filles. Le Ghana depuis 1981. Je peux en citer au moins 10 de mémoire. Nous attendons de voir concrètement ce que cela donnera au Congo.

L’union africaine est en marche. Plusieurs organisations de femmes, jeunes, médecins, journalistes etc. se mobilisent. La deuxième année de la campagne pour la dépénalisation de l’avortement en Afrique a commencé. Espérons qu’on l’entendra plus que la précédente.

Newsletter

Adresse :
8, Bamboma, Q/Bisengo, Kinshasa/ Bandalungwa, Rep. Dom. Du Congo
Webmail
crossmenu
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram