Accepter son homosexualité peut être difficile pour la personne qui le découvre et être un choc pour l’entourage et les parents.

images (21)

J’ai rencontré Jeanne (nom d’emprunt pour assurer son anonymat) dans une banque en plein centre-ville de Kinshasa. Jeanne est une femme d’affaires bien installée et dévouée à son travail. Quoique ayant un agenda bien chargé et des voyages très fréquents, Jeanne comme tout mère aimante est une femme qui a su  garder de bonnes  relations avec ses enfants.

Cette petite conversation sur le comportement de l’un de ses enfants qu’elle qualifie de bizarre est arrivée quand un homme étalant ouvertement ses minauderies, comme ceux que l’on retrouve auprès des gays très efféminés est entré dans la banque.

Jeanne en bonne mère de famille, qui prétend connaitre parfaitement ses enfants, s’est rappelé avoir noté cette même façon de marcher (en se dandinant et tenant son sac d’une main comme le font généralement les femmes) auprès de son fils.

C’est en ce moment-là qu’elle a commencé à se poser des questions et à se dire que son fils était peut-être homo, du moins bisexuel.

Quoique elle et son mari soient des parents ouvert à l’homosexualité, Jeanne était affectée de comprendre que  son fils n’arrivaient pas a en parler avec eux.

Serait-il opportun d’aborder le sujet, ou devait-elle attendre absolument qu’il m’en parle de lui-même ? C’est la question que Jeanne se posait depuis toujours.

cette situation, jeanne n’est pas la seule a la vivre. Selon le psychologue  et sexologue Jean LUMBALA, auteur du livre la vie sexuelle des congolais, qu’il arrive, pour toutes sortes de raisons, qu’en tant que parent, l’on se questionne sur l’orientation sexuelle de son enfant. Ce questionnement est tout à fait compréhensibles et assez fréquent du moment où votre enfant ne répond ni aux exigences de l’expression de genre auquel vous vous attendiez de lui tel que sintéresser au foot et a tout autre activité dite masculine. Il n’y a toutefois pas de façon de connaître l’orientation sexuelle de votre enfant avant qu’il ou elle ne la confirme.

Plusieurs raisons incitent les jeunes à ne pas parler de leur orientation sexuelle avec leurs parents. Leur propre incertitude quant à leur orientation, la difficulté de l’accepter, l’espoir de changer et la peur du rejet font partie des barrières auxquelles se heurtent les personnes lesbiennes, gaies, bisexuelles, transgenres et intersexes lorsque vient le temps de parler de ce qu’ils vivent. Il est possible que votre enfant se sente offusqué et se referme si vous abordez le sujet de son orientation sexuelle directement.

Il est donc important de ne pas  pousser votre enfant à parler. Vous pouvez toutefois créer un environnement sécurisant pour votre enfant afin qu’il/elle se sente à l’aise de parler de sexualité avec vous. Pour ce faire, vous pouvez continuer d’exprimer des opinions positives quant à la diversité sexuelle et condamner les commentaires négatifs. Plus votre enfant sentira que vous l’accepterez comme il ou elle est, plus il y a de chances qu’il ou elle vous parle de son orientation ou de ses questionnements.

Et si à votre niveau vous n’arrivez pas à vous en sortir vous pouvez parler à un psychologue qui vous aidera à surmonter cette épreuve.

La ligne d’informations sur les droits et la santé des LGBT de Kinshasa est également disponible au 0890000667