Les spécialistes de la santé le confirment et le déplorent avec insistance : les femmes Congolaises n’ont pas dans leurs habitudes de recourir à un gynécologue ou tout autre spécialiste de santé pour avoir des informations fiables sur leur santé. Cela a des conséquences graves conduisant à des complications, parfois à la mort.

Il est très important de faire certaines mises au point ou bilan, de prendre soin de soi pas seulement en se coiffant bien ou en s’habillant avec style. Il faut se palper régulièrement les seins et se masser les aisselles, regarder son sexe à l’aide d’un miroir, le sentir parfois, avoir l’habitude de se rincer les seins à l’eau froide, surveiller l’évolution de son poids, demander conseil à un spécialiste quand on veut avoir recours à une méthode contraceptive, faire annuellement l’examen du frottis vaginal, pourquoi faut-il prendre soin de son périnée ?, etc.

Rachel Izizaw infirmière et instrumentiste de formation, militante féministe et formatrice, professeur à l’École Nationale Pilote d’Enseignement de Soins de Santé (INPESS) de Kinshasa a échangé avec les membres de Si Jeunesse Savait (SJS) et les a éclairé  et surtout nous apportera des réponses précises sur la prévention de la santé féminine le 25 mars 2015.

Cette activité fait partie de nombreuses autres alignées dans le cadre de la commémoration du mois de la femme.