TBTT 1 violence_silences2014_FR

De nos jours, de plus en plus d’histoires de femmes qui lorsque elles se connectent sur internet font l’objet d’attaques ou de harcèlement, qui visent à les intimider ou les faire taire. De plus-en plus, ses attaques sont orientés vers les femmes qui font de l’internet un outil pour exprimer leurs idées (leur ras-le-bol, ou simplement  leur point de vue sur des sujets d’actualité) parfois certaines ne font que presenter  leurs créations innovantes.

Entre blagues déplacées, insultes, injures, vols d’identité, menaces, harcèlements par messages anonymes ou au moyens de  comptes privés, courriels insultant,  modifications d’images personnelles, publications des images intimes sans consentement, incitations au suicide etc, les femmes  subissent des milliers d’actes d’agressions tous les jours en ligne.

En Asie par exemple, les résultats d’une recherche réalisée en 2014  par une association féministe APC (l’Association pour les Progrès des Communications (APC),  à révéler le cas d’un harceleur qui a utilisé les médias sociaux pour lancer des injures sexuelles et menacer une femme de violence, y compris le viol et l’assassinat. L’internet lui a également permis de découvrir son adresse physique. Les médias sociaux et les sites intermédiaires ont également permis d’accuser la victime de blasphème et d’inciter des tiers à user de violence contre elle. Dans ce cas, la technologie a été efficacement utilisée pour entraver la liberté d’expression de cette femme.images (4)

Les plateformes telles que Youtube, Twitter, Facebook et les blogues ont permis de harceler et d’abuser sexuellement une femme, notamment par la diffusion d’images portant son visage transformé sur des corps de stars du porno. Des dizaines de faux comptes Twitter ont été créés à son nom au fil du temps pour porter atteinte à sa dignité et/ou envoyer du matériel pornographique et odieux à ses amis et ses connaissances. Ces plateformes ont également été utilisées pour menacer de violence sexuelle extrême, y compris le viol et l’assassinat. La victime a été régulièrement maltraitée, menacée et agressée de la même manière sur son courrier électronique. En outre, le harceleur a utilisé un blogue pour publier des renseignements personnels détaillés sur la jeune femme et les membres de sa famille immédiate en menaçant de les tuer tous. Près d’un mois plus tard, la victime et son mari ont fait l’objet d’une attaque à main armée mais y ont survécu. L’abus et la violence envers cette victime étaient directement motivés par ses opinions politiques et sociales et visaient à la faire taire.

Cherchant à savoir qui sont les auteurs de ses actes, plusieurs cas tels qu’illustré par le résultat de cette recherche, indique que les hommes comme les principaux acteurs de ses actes.

Ceci renvoi donc à se poser des questions sur la responsabilité du pourquoi de ses actes envers les femmes. Vite, on se rend compte que, les motivations premières des auteurs de ses actes, sont entre autre faire taire la femme, limité sa liberté d’expression ou sa mobilité, impose une crainte à la femme d’approcher les outils de technologie pour s’exprimer.

Pris dans son ensemble, ceci est considéré comme des actes de violences faites à l’égard de la femme en ligne ou par la voix des outils de technologie. Ce qui démontre le besoin qu’à la société pour instaurer des nouvelles lois, non seulement pour sanctionner les violences physiques, mais particulièrement celle commises sur internet ou par des moyens des outils de technologies.  Car, derrière de tels actes, plusieurs femmes perdent leurs identités ou leurs emploies, d’autre connaissent des crises psychiques ou mentales, sans compter les traumatismes qui empêchent encore à certains d’utiliser tel ou tel plateforme si elles arrivent à résister à la pression destiner à leur faire arrêter l’utilisation de l’internet.