Le Réseau Genre et Droits de la Femme « GEDROFE » en sigle a organisé le 28 Mai 2015 au centre carter, a Kinshasa, une rencontre des leaders des structures féminine et de droits de l’homme pour commémorer le 28 mai, la journée Internationale de l’accès de la femme à la santé.

Créée initialement en 1987 par le Costa Rica lors de cinquième Rencontre internationale sur la santé des femmes, la Journée d’action pour la santé des femmes avait pour objectif de  combattre la mortalité et la morbidité maternelles. Elle a ensuite été orientée vers les problèmes d’accès à des services de santé de qualité, accès considéré comme un droit des femmes11377097_898506350239326_2269397710671480292_n

Placée sous le thème de« Quid du cancer du Col  utérin et des seins :   la santé de la reproduction dans le  Protocole à la Charte Africaine des Droits de l’homme et des peuples relatifs aux droits de la femme (article 14), face à la justice congolaise », cette rencontre organisée par GEDROF avait pour but de permettre aux participant-e-s d’avoir une idée un peu approfondi sur la prévention de la santé sexuelle de la femme et de  faire un point sur les lois inscrites dans le protocole  à la Charte Africaine des Droits de l’homme et des peuples relatifs aux droits de la femme appelé aussi le « protocole de MAPUTO » afin d’analyser si oui ou non les femmes peuvent se présenter devant la justice Congolaise en s’appuyant sur ce dernier.

Sur ce, plus d’une vingtaine de participants âgés de 22 à ± 45 ans d’âges était au rendez-vous, pour représenté particulièrement leurs associations dans cette rencontre signé par GEDROFE, dont Si Jeunesse Savait avait délégué deux ses membres.

Madame Joséphine NGALULA la coordonnatrice de GEDROF et Présidente de FORFEM avait profité de cette rencontre pour faire la restitution d’un atelier tenu du 23 au 24 Février 2015 à Nairobi avec15 membres de la société Civile venues de plusieurs pays africain , sur le Protocole de MAPUTO, qu’avait organisé la Cour « Africaine des droits de l’homme et des peuples », et qui était appuyé par GIZ , dans de but de parler de la santé reproductive de la femme pour arriver à identifier les cas qui posent problème dans le protocole de MAPUTO et qui empêchent les femmes d’utiliser ce protocole devant la cour pénale de droits de l’homme.

L’Acceptation  de loi sur l’avortement était l’un de frein soulevé par plusieurs intervenants et participant de cet atelier, rajouter à cela les refus par les groupes des confessions religieuses qui sous entends que le « protocole  de MAPUTO » tue la vie. Pour eux, les femmes conçoivent les enfants pour qu’ils naissent et non pour être tués.

Parlant de la situation en RDC, Joséphine NGALULA a informé les participant-e-s que comparer à d’autres pays de l’Afrique tel que le MALI et tant d’autres qui sont en retard sur la ratification du protocole de MAPUTO, la RDC est en ordre vue qu’elle l’a ratifié depuis 1999. Tout ce qui nous reste, c’est de voir les femmes congolaises utiliser dans les prochains jours ce protocole devant la justice et trouver gain à leurs causes.

Mais pour ca, il faut encore que la société civile et les ONG de droits de la femme et ceux de droits de l’homme fassent des mouvements de pression, de plaidoyer etc…  au près des décideurs pour demandé si pas exigée son applicabilité effective dans les cours et tribunaux.

Le cancer et  prévention de la santé de la femme.11270166_898335390256422_6313905838128393171_n

Selon la définition donnée par le docteur Yulia BOLEBE de FOMACA (Fondation Maman Cady) une Asbl non gouvernemental qui évolue pour la formation et le développement de la femme, la jeune fille et de l’enfant,  l’une des intervenants venue parlé sur la prévention de la santé féminine particulièrement du « cancer du Col  utérin et des seins », le cancer est une maladie ayant pour mécanisme: multiplication désordonnée, incontrôlée et continue des cellules du corps ; et provoque une compromission de l’équilibre social de la famille vu le rôle que la femme y joue. Le docteur BOLEBE a aussi souligné que le cancer du col de l’utérus tue plus que la  tuberculose, le sida et le paludisme réunis. Sur cette maladie, la population congolaise n’est pas épargnée. Pour y remédier, le dépistage précoce serait une victoire sur le cancer ; mais elle a déploré le manque d’information de la population sur ce moyen de prévention. Pour le traitement du cancer, il faut penser à la chirurgie, la radiothérapie, Chimiothérapie isolée ou en association

Cependant, le cancer du sein, serrait la 1ère cause de la mortalité chez la femme de 35 – 65 ans ; au moins Un (1) décès serait enregistré toutes les 53 minutes ; et son dépistage précoce baisse à 25% les risques des séquelles avait affirmé le docteur Michael MBOMA qui avait intervenu juste après son homologue à savoir le docteur Yulia BOLEBE.

Les moyens de dépistages11329836_898335220256439_7659946205132709008_n

Les moyens le plus recommander de dépistage du cancer selon le docteur Michael MBOMA sont entre autre : La Palpations régulières ou Autopalpations ; les Consultations médicales ; la Mammographie (femmes de 40 ANS ou plus), l’Échographie, la Cytoponction, l’Anapath (biopsie).

Par ailleurs, les symptômes du cancer de sein sont entre autre l’apparition d’une masse (boule) au sein, une peau d’orange, et l’écoulement. Cependant, une absence de la grossesse ou la conception d’une première grossesse à plus de 35 ans étaient souligné par ce dernier comme les facteurs de risque. Ajouté à cela une ménopause tardive (55 ans), une règle précoce (12 ans), le tabac ou l’alcool font partit de liste de ces facteur de risque.