En 2014, un artiste bien connu de la scène kinoise, également bien connu en tant que gay, a été retrouvé mort dans sa maison. Tout portait à croire que la dernière personne à l’avoir vu était un partenaire sexuel.

Le gardien de la maison de l’artiste, interrogé par la  police avait donné le nom de la dernière personne à avoir visité son employeur, et comment son patron lui avait demandé de leur donner un peu de temps seul pour discuter à l’intérieur de la maison.

Ne reconnaissant pas ce nom,  la communauté homosexuelle a commencé à enquêter sur qui pourrait bien être le partenaire sexuel de l’artiste dont personne n’avait entendu parler.

Il s’est avéré que l’homme était marié et père de trois enfants, qu’il voyait l’artiste depuis quelques semaines, et qu’il a rencontré par Internet sur ​​un site de rencontre francophone bien connue appelé  « Planet Romeo ».garcon de passe (3)

Le meurtrier, condamné deux semaine après, se trouve aussi être un tueur en série qui avait été  jugé au Congo Brazzaville, pour le meurtre de deux partenaires d’affaires, ou il avait échappé de prison et trouvé refuge dans sa ville natale de Kinshasa.)

Cela a soulevé, si pas pour la première fois, du moins très publiquement et ouvertement, le risque que court la communauté gaie du Congo lorsqu’ elle fait des rencontres avec des inconnus sur Internet. Ceci a montré clairement le besoin d’une stratégie  pour contourner les risques auxquels elle est confrontée en ligne.

 

La RDC est un pays post- conflit de l’Afrique.

Plus de 50 ans après son indépendance, le pays est en proie à la pauvreté, le chômage, la corruption et les conflits armés, qui se reflètent dans le plus récent rapport sur  l’Indice de développement humain. Selon la classification de l’ONUSIDA, la législation congolaise est dite être “neutre” en général quand il s’agit des questions liée aux lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres (LGBT). Cela veut dire qu’il n’est  ni question de protection ou de prohibition, car il ne punit pas les personnes sur la base de l’orientation sexuelle et de l’identité de genre.

Malgré cela, comme dans de nombreux autres pays africains, les minorités sexuelles sont victimes de toutes sortes des préjugés, la discrimination et la stigmatisation  en RDC.

En outre, les services de sécurité congolais (police, armée et services de renseignement) violent fréquemment les droits des personnes LGBT les plus visibles, comme indiqué dans le rapport alternatif sur les droits sexuels en République démocratique du Congo présenté au Conseil des droits de l’homme en 2013.

 

Avec les élections à venir ou la population se demande si le président va se représenter, malgré le fait que la constitution ne le lui permette pas, les organisations des droits humains dénoncent une répression de la liberté d’expression qui, à la fin de 2014, a touché principalement les services Internet et les SMS. Ces services ont été fermés pendant près de trois semaines, alors même que certaines stations de radio indépendantes ont été interdites d’antenne pour avoir prétendument alimenté la crise liée au processus électoral.

Quelques  politiciens ont également soulevé des préoccupations au sujet de leurs téléphones sur écoute et ont soulignés que certains des services internet ne sont pas revenus à la normale après trois semaines d’arrêt,  craignant le spectre de la surveillance du gouvernement.

La nécessité d’être en sécurité en ligne

La  RDC est classée par l’Association internationale des lesbiennes, gays, bisexuelles, trans et intersexuels (ILGA) parmi les pays qui ne criminalisent l’homosexualité. Les relations sexuelles entre personnes du même sexe ne sont pas explicitement incriminées par le Code pénal congolais. Cependant, l’homosexualité tombe, en vertu des lois dans l’indécence ». Mais, comme la preuve d’un manque de clarté dans le texte sur l’homosexualité, aucune sanction n’est y est associée.

 

Depuis 2010, la RDC a vu plusieurs tentatives de criminaliser les relations de même sexe. Ces nouveaux textes juridiques réclamés pour couvrir les lacunes qui existaient dans le droit pénal, contiennent également des dispositions sur l’interdiction des organisations qui promeuvent les droits des personnes LGBT.

Mais malgré l’absence d’une loi, l’homosexualité est évoquée implicitement dans certains textes juridiques. Par exemple, il se reflète dans la nouvelle loi de protection de l’enfance qui ne permet pas aux homosexuels d’adopter des enfants.

 

La législation en RDC ne traite pas des transgenres en aucune façon.

Cependant, socialement, les relations de même sexe sont considérées comme déviantes, pécheresses et comportement importé de l’Occident. Bien que les communautés LGBT existent, ils vivent dans la clandestinité et ont un profil bas, pour éviter d’attirer inutilement l’attention à la fois de la communauté dont ils font partie et des services de sécurité.

images (20)Les homosexuels Congolais sont aussi victimes de nombreuses formes de violations de leurs droits sans qu’ils ne recours nécessairement a la justice. . Ils sont régulièrement torturés par la police ; les services de sécurité, qui dans le même temps leur extorquent de l’argent. Ils sont également victimes de procès d’indécence, et sont décrits comme des déviants dans les médias congolais, en violation complète de l’éthique journalistique selon le rapport de la « sexual right initiative » sur ​​les droits sexuels en RDC présenté lors du 19ème Examen Périodique Universel  au Conseil des Droits de l’Homme, qui a collectés des témoignages  dans les communautés locales dans le pays

Pendant tout ce temps, en raison de l’anonymat qu’il permet et sa nature transnationale, Internet est devenu un outil puissant pour relier diverses communautés LGBT locales, ainsi que les individus qui ont des relations  de même sexe, mais ne se considèrent pas comme gay.

Facebook et WhatsApp sont appréciés pour leur facilité d’utilisation et, dans le cas de WhatsApp, pour son accès gratuit sur la plupart des réseaux de télécommunications dans le pays.

D’autres plates-formes,  médias sociaux et  applications mobiles sont également utilisés, l’un d’eux, « planetRomeo », un site Web basé en France, dédié  aux rencontres entre homosexuels francophones. Sur plantRomeo, on peut créer un compte et avoir des conversations privées ainsi que  forums de discussion.

 

Gay Malebo force, une communauté en ligne pour les gays d’origine  congolaise, est un autre exemple de la façon dont Internet est utilisé par la communauté locale. Il a d’abord ciblé la communauté gay de la diaspora voulant rester en contact avec leur pays d’origine, jusqu’à ce que les Congolais sur place  aient commencés à l’utiliser.

Gay malebo force a commencé comme une liste de diffusion, mais a grandi dans son utilisation de la technologie. Maintenant, il offre une variété de fonctionnalités sur le site Web, y compris un blog sur les questions gaies à la fois au Congo et dans le monde, une page Facebook privée où les gens peuvent échanger des informations d’intérêt public, ainsi que d’une page plus érotique appelé MIBALI AFRIKA où les membres peuvent se laisser aller à la plupart de leurs fantasmes.

Justice Walu, le fondateur du site a déclaré: «Nous étions préoccupés par la stigmatisation rampante liée à l’homosexualité et nous avons donc pensé qu’Internet était une bonne façon de faire de l’activisme et des rencontres  en toute sécurité. Personnellement,  je ne savais pas qu’il y avait des organisations ou des  groupes de soutien pour des gays et lesbiennes, ainsi que les personnes transgenres. Maintenant que je les connais et participe à certaines de leurs activités, je pense néanmoins que le besoin d’une communauté en ligne subsistent, au moins pour tous ces gens qui sont homosexuels mais ne participeront jamais  à des activités en personne, de peur d’être étiquetés et peut-être perdre tout ce a quoi ils tiennent ».

Selon lui, de plus en plus de gens utilisent Internet, mais ne sont pas conscients des failles de sécurité à leur vie privée ou de l’exposition auxquelles  ils peuvent être confrontés:

“Même moi, je viens de m’inscrire dans un cours sur sécurité en ligne après 10 ans de maintien d’un blog suivi par plus de 20.000 personnes aujourd’hui. Je pensais qu’adopter un pseudonyme était suffisant, mais j’ai compris que cela ne suffisait pas “.

Comme  Justice, Foko, leader d’un groupe de jeunes LGBT tient  une page facebook publique: «Nous sommes plusieurs administrateurs sur la page. Nous vérifions les antécédents des personnes qui nous suivent ou font une demande d’amis, pour que tout le monde soit en sécurité. Si la plupart des personnes qui prennent part à notre page  le parcourt avec leur profil réel,  c’est parce qu’ils nous font confiance, ils nous ont vu en personne et savent qui nous sommes. Mais il arrive qu’il y ait de faux profils ajoutés par les administrateurs qui ne sont pas très prudents sur leurs choix d’amis. Nous ne divulguons jamais cela pour éviter la panique de nos membres ».

 

couple gay femme « Gays de la République démocratique du Congo », un autre groupe facebook gay fermé, est l’une des pages Facebook les plus populaires où les  Congolais gay de la diaspora ainsi que tous ceux qui visitent le pays, peuvent   recourir. Sur la page, les membres  laissent parfois leurs numéros de téléphone pour tous ceux qui voudraient les rencontrer. Une fois un jeune activiste gay a donné l’adresse complète de son domicile pour que les gays et les lesbiennes qui le voudraient viennent participer a sa fête d’anniversaire.

Lorsqu’un membre du groupe lui a conseillé publiquement d’effacer l’adresse, il a semblé  ne pas comprendre pourquoi, disant que de toutes les façons, tout le monde savait déjà qu’il était gay. Cependant,  quelqu’un a fait remarqué que certains de ses amis n’étant pas ouvertement gay et pourraient  ne pas se présenter à un anniversaire annoncé a tous comme fête gaie.

« Notre  lutte n’est pas considérée comme politique ni importante par la communauté ou les services  de sécurité, et la plupart des violations que connaissent les personnes LGBT sont en ligne avec les violations massives des droits auxquelles font face les congolais depuis des décennies. Ce n’est pas un problème jusqu’à ce que cela le devienne » dit Foko.

 

Toutefois, les membres de la communauté homosexuelle ne voient pas qu’il est important d’utiliser des stratégies de sécurité en ligne très strictes. Si Jeunesse Savait, les encourage en organisant des cours de sécurité en ligne spécifiques aux problèmes qu’ils rencontrent dans leurs utilisations des services basées en ligne.