Si vous êtes au Congo, connaissez-vous ? Avez-vous déjà entendu parler d’une fille morte à la suite d’un avortement ? Si comme moi, votre réponse est oui à cette question, sachez qu’aujourd’hui, dans le monde entier, nous réfléchissons sur ce problème qui, selon une étude de Guttmacher, prend la vie de près de 50.000 femmes dans le monde. Ces filles et femmes meurent chaque année de complications liées à un avortement à risque. Ceci contribue à 13% de la mortalité maternelle.  En plus de cela, 8 millions des femmes dont 86% dans les pays sous-développés sont soignées annuellement pour les complications liées à l’avortement à risque.

285 millions de femmes qui souhaiteraient éviter ou repousser une grossesse n’ont pas accès aux méthodes de contraception moderne.

À Kinshasa, près d’une grossesse sur deux n’est pas désirée et dans le pays, une fille sur quatre est enceinte pour la première fois avant l’âge de 19 ans. Or l’accès à la contraception est illégal pour les mineures comme pour toutes les femmes en âge de procréer et l’avortement n’est autorisé qu’à des fins thérapeutiques. Même dans ces cas l’accès effectif est difficile.

Pourquoi à ton recours à un avortement à risque ?

Les adolescentes et jeunes (10 à 24 ans) contribuent de façon significative à ces statistiques car ils sont  confrontés à de multiples problèmes de santé sexuelle et reproductive.

Des rapports révèlent que 27.2% d’entre eux ont déjà commencé leur vie procréative. Ces jeunes femmes âgées de 15-19 ans constituent un groupe à risque car la fécondité précoce a souvent des effets négatifs sur la santé des enfants et des mères jeunes.

Concernant les violences sexuelles, ces mêmes études indiquent que 71 % de toutes les femmes en RDC ont connu une certaine forme de violence par un partenaire et les adolescentes en sont des principales victimes.

Or nous savons qu’aujourd’hui les conséquences liées aux violences sexuelles, notamment les grossesses non désirées se soldant pour la plupart des cas par des avortements à risque.

Le faible pouvoir économique de la femme, son manque d’autonomisation, les barrières socio-culturelles, les lois restrictives empêchant la femme et particulièrement la jeune fille à s’épanouir, l’accès limité aux services de santé de la reproduction,…sont autant des facteurs qui favorisent l’accroissement de ces avortements.

 

Le protocole de Maputo

Face à ces défis, la RDC a ratifié le protocole de Maputo qui en son article 14, alinéa (2) la partie (c),  autorise l’avortement dans des situations particulières s’il est pratiqué médicalement en vue de protéger les droits reproductifs de la femme particulièrement, lorsque la grossesse met en danger la santé mentale et physique de la mère ou la vie de la mère ou du fœtus ou en cas d’agression sexuelle, de viol, d’inceste sur avis médical confirmé par une contre-expertise.

À ce jour, malgré les différents débats, études et propositions d’instruments juridiques sur la protection sociale enregistrés dans le pays, la RDC ne dispose d’aucune mesure ou instrument juridique en faveur de l’avortement médicalisé, même en cas d’agression sexuelle, de viol ou d’inceste. Par ailleurs, le code pénal sanctionne strictement toute pratique d’avortement en ses articles 166 et 167.

Selon un article de la Radio Okapi, publié sur son site www.radiookapi.net, le 14 avril 2014, le vice-premier Ministre et ministre de l’intérieur de la RDC est allé jusqu’ à penser qu’il faudrait préconiser la dépénalisation de l’avortement pour faire reculer le phénomène des bébés abandonnés.

L’accès à la contraception est aussi criminalisé par la loi bien que cette dernière soit  implicitement admise dans la pratique par l’existence d’un Programme national  de santé de la reproduction et d’un programme national de santé des adolescents.

Nous attendons avec beaucoup d’espoir que la proposition de loi de la santé de la reproduction (Loi SR) soit approuvée afin de corriger cette contradiction.

Au regard de ce tableau sombre et considérant l’importance des  adolescents et jeunes  qui représentent 32.8% de la population totale, il s’avère nécessaire qu’une attention particulière soit accordée.

C’est dans ce cadre et sous le haut patronage de son excellence Madame la ministre nationale de la femme, famille et enfant que les organisations de la société civile tels que l’association pour le bien-être familial (ABEF), Si jeunesse Savait (SJS), le cadre permanent de concertation de la femme congolaise (CAFCO), en collaboration avec le programme national sur la santé des adolescent-e-s et jeunes (PNSA), Programme spécialisé du Ministère de la Santé, la cellule technique du ministère de la femme, famille et enfants  et les facultés de Médecine et des sciences sociales de l’Université de Kinshasa( UNIKIN) ont organisé une conférence-débat et une série d’activités commémoratives autour de la journée du 28 septembre.

Ces initiatives abordent aujourd’hui la problématique des grossesses non désirées et des avortements, discuter sur les stratégies et identifier les initiatives pour répondre de manière appropriée à ces questions qui préoccupent notre société.